29th & Gay
TLA Releasing

Réalisateur: Carrie Preston
Année: 2005
Classification: NR
Durée: 97 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD20)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Ostiguy
6 mai 2007

On sait tous que parallèlement au cinéma américain traditionnel, il existe un monde à part: le cinéma indépendant. On le sait parce que certains films de cette seconde catégorie parviennent quelques fois à obtenir une certaine notoriété, pensons à The Eternal Sunshine of the Spotless Mind ou plus récemment à Little Miss Sunshine. Il arrive même que certains de ces films parviennent à remporter un Oscar (le plus souvent celui du meilleur scénario original). Mais il existe en fait des milliers de productions indépendantes dont on n'entend jamais parler et qu'on n'a pas l'occasion de voir. C'est le cas de ce film, "29th and Gay" présenté uniquement dans des festivals de cinéma gay et lesbien aux États-Unis.

Ce film fort sympathique raconte de façon assez originale une année dans la vie de James Sanchez, sa vingt-neuvième, en fait. Sanchez est gay et il habite à Hollywood. Célibataire malgré lui et acteur sans emploi, il se voit contraint de jouer au guide pour faire visiter les studios à des touristes blasés. La scène d'ouverture, très drôle, nous le montre d'ailleurs aux prises avec une horde de voyageurs s'entendant pour lui rendre la vie difficile. Ce n'est d'ailleurs qu'un avant-goût de l'année terrible qui l'attend. Ce film en fait parle de la crise de la trentaine. Ceux et celles qui ont trouvé cette étape difficile (ce qui est mon cas) se retrouveront certainement dans ce film qui traite habilement de la question.

Le rôle de James Sanchez est interprété par James Vasquez, qui est également l'auteur du scénario. On l'aura compris, il s'agit pratiquement d'une autobiographie. Le film est réalisé par Carrie Preston, une bonne amie de Vasquez. Et les rôles secondaires sont tous interprétés par des acteurs méconnus, amis de Vasquez et de Preston. On sent d'ailleurs une grande complicité entre les acteurs et c'est ce qui fait de ce petit film sans prétention une belle réussite.

James Sanchez est tout ce qu'il y a de plus ordinaire... et c'est justement ce qui le désole. Il rêve d'une grande carrière au cinéma et d'une belle histoire d'amour. Il approche la trentaine, les deux lui manquent et il panique. Son meilleur ami, Brandon, l'amène voir une diseuse de bonne aventure qui semble assez pessimiste sur ses chances de s'en tirer. L'entourage immédiat de James est composé de Brandon, être superficiel au cœur gros comme ça, de Roxy, le type même de la fille à gay et de ses parents. Comme la plupart des gays, Sanchez vit une relation un peu difficile avec sa mère. Cliché, direz-vous? Je ne sais pas. En fait, l'auteur a une façon très originale et très drôle de nous montrer l'évolution de ses relations avec sa mère. Lorsqu'elle apprend l'homosexualité de son fils, elle pleure sans arrêt durant six mois, puis petit à petit, elle tente de lui montrer qu'elle l'accepte en lui offrant à chacun de ses anniversaires des cadeaux de plus en plus significatifs. Elle atteint un point culminant pour son 29e anniversaire lorsqu'elle lui offre un habit de drague en cuir noir!

James rencontre un serveur (qui s'appelle Andy Griffith!!!) qu'il trouve bien de son goût, mais il prend presque six mois uniquement pour déterminer s'il est gay ou hétéro. De plus, il est d'une grande maladresse lorsqu'il se trouve en sa présence, rentrant dans les poteaux de téléphone ou s'ébouillantant avec son café. Sa vie sexuelle n'est pas non plus sensationnelle. Il n'a eu qu'une seule relation en un an. Mais étant très responsable et consciencieux, il tient tout de même à passer son test annuel de VIH. L'infirmière chargée de lui faire passer le test se moquera méchamment de lui à ce propos. Kali Rocha, une comédienne que je ne connaissais pas est tordante dans le rôle de la méchante infirmière et elle nous offre sans doute la meilleure scène du film.

Finalement, comme on s'en doute bien, les choses s'arrangeront pour James lorsqu'il atteindra ses 30 ans. Ce qui est normal, Vasquez s'étant certainement servi de son scénario comme d'un exutoire. Côté suppléments, on est assez gâté, comme c'est souvent le cas avec les films indépendants. On nous offre des scènes coupées au montage et une finale alternative. On nous montre également des scènes de tournage et des bloopers. En prime, Sandra Ellis-Troy, la diseuse de bonne aventure lit réellement dans les lignes de la main de Vasquez et elle lui apprend qu'il va se marier durant l'année! Fait malheureux à noter cependant, le film n'est pas sous-titré pour malentendants, même avec un décodeur, ce qui est très rare!

Je recommande donc l'achat de ce film. Il est évident qu'il est plus parlant pour les personnes gay, car il décrit avec beaucoup de justesse leur univers, mais par extension, je trouve qu'il brosse un tableau amusant et fidèle du phénomène de la crise de la trentaine!


Cotes

Film8
Présentation8
Suppléments9
Vidéo8
Audio7