The 9th Life of Louis Drax
EOne Entertainment

Réalisateur: Alexandre Aja
Année: 2016
Classification: 13+ (QC)
Durée: 108 minutes
Ratio: 2.40:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212113864

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
10 mars 2017

Maître du film d'horreur plus ou moins convaincant, le réalisateur français Alexandre Aja change sa veste de bord avec "The 9th Life of Louis Drax" où il plonge avec assurance dans les déchirements d'un jeune garçon.

Louis Drax (Aiden Longworth) a passé sa vie à se blesser et le jour de son neuvième anniversaire, il tombe en bas d'une falaise. Dans le coma, il est pris en charge par un neurologiste (Jamie Dornan) qui s'occupe également de sa mère éplorée (Sarah Gadon), pendant que son père (Aaron Paul) est recherché par les autorités.

Cette adaptation du roman de Liz Jensen change continuellement de registre, alliant drame familial, suspense, romance et fantastique. Un amalgame pas toujours au point qui connaît des baisses de registres, mais également des moments plus puissants et inspirants. Entre humour et larmes, le cinéaste et son scénariste Max Minghella visitent le monde de l'enfance avec un intérêt certain. Malgré des invraisemblances de plus en plus fâcheuses au fil du récit, l'interprétation sincère et la mise en scène élaborée confère à l'ensemble un charme kitch qui est loin d'être désagréable.

L'esthétisme de grande qualité et la photographie soignée sont secondés par une riche palette de couleurs, des teintes précises et des contrastes généralement détaillés. La musique mélodique de Patrick Watson berce favorablement la piste sonore anglophone en Dolby Digital 5.1 qui fait ressortir des enceintes des bruits d'eau, d'hélicoptères, de tonnerre et d'applaudissements. Les voix sont claires et il y a de visibles sous-titres blancs en anglais ou en espagnol en cas de nécessité.

La pochette bleutée qui superpose les héros et des moments importants n'est pas particulièrement convaincante. On lui préfère nettement plus le joli menu principal du disque où une musique inspirante défile sur un montage harmonieux de scènes. Le seul et unique supplément est un petit segment de trois minutes qui met l'eau à la bouche en présentant à la vitesse de l'éclair quelques enjeux du long-métrage.

Difficile de ne pas penser à A Monster Calls qui a pris l'affiche quelques mois à peine après "The 9th Life of Louis Drax" et qui développent des univers semblables. Dans les deux cas, on a doit à des oeuvres sensibles versant dans le sentimentalisme dont les finales surprenantes apportent une nouvelle dimension à l'intrigue.


Cotes

Film6
Présentation6
Suppléments1
Vidéo7
Audio7