The Air I Breathe
ThinkFilms / Les Films Séville Pictures

Réalisateur: Jieho Lee
Année: 2008
Classification: 18A
Durée: 95 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20), Espagnol (DD20), Français (Mono)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Émilie Langevin
25 mai 2008

Il est toujours intéressant de visionner un film dans lequel plusieurs histoires différentes sont toutes reliées entre elles. Toutefois, les liens entre les divers personnages sont parfois douteux, mais lorsqu'ils sont bien faits, le résultat est vraiment agréable à voir. Nous n'avons qu'à penser à Crash, Babel, Magnolia et de nombreux autres. Récemment, dans la même veine est sorti "The Air I Breathe" qui présente quatre histoires différentes, chacune associée à une émotion précise.

D'abord, nous suivons un homme, Bonheur, qui en vient à parier une importante somme d'argent (qu'il n'a pas) sur un cheval qui ne gagne malheureusement pas la course. Il devra alors se procurer cette somme d'argent qu'il doit à un mafioso sans scrupules appelé "Fingers". La deuxième histoire dresse le portrait d'un homme, Plaisir, qui possède le don de voir le futur, mais pas celui de le changer. Celui-ci se trouve à être le bras droit de "Fingers" et gagne chacune de ses batailles grâce à son don, jusqu'au jour où il se trompe, ce qui lui procurera énormément de plaisir. La troisième histoire présente Douleur (ou Trista), une vedette que son agent a dû vendre à l'irrémédiable "Fingers" et qui s'amourachera de son bras-droit, plaisir. Finalement, nous suivons un médecin, Amour, qui est prêt à tout pour sauver la femme qu'il aime.

"The Air I Breathe" est un film qui s'inspire d'un proverbe chinois qui divise la vie en quatre différentes émotions : bonheur, plaisir, douleur et amour. Ainsi, tout gravite autour de ce principe, ce que j'ai trouvé bien intéressant. De plus, il importe de mentionner que les acteurs, bien connus pour la grande majorité, ont tous offert de très solides performances. Il faut préciser également que ce film est plutôt déprimant et que la fin nous laisse sur notre appétit.

L'aspect visuel de celui-ci est impeccable, l'image étant pratiquement exempte d'imperfections. De plus, les couleurs sont vraiment appropriées aux émotions véhiculées et certaines scènes sont vraiment belles, notamment celle où Douleur entend mettre fin à ses jours. Quant à l'aspect audio, celui-ci est également de bonne qualité, le mélange entre la trame sonore et musicale agréable à entendre étant bien réussie et les dialogues étant parfaitement audibles. En ce qui a trait à la présentation, celle-ci est modeste, mais tout de même jolie, les menus nous présentant différentes images statiques des personnages sous un fond musical.

Pour ce qui est des suppléments, ceux-ci consistent d'abord en une trame de commentaires émise par Jieho Lee, le réalisateur et coscénariste, Bob DeRosa, directeur de la photographie, et Robert Hoffman, monteur du film. Nous en apprenons davantage sur le tournage et diverses anecdotes sont racontées, mais j'ai été déçue lorsqu'il a été dit que la fin était faite ainsi pour que chacun puisse l'interpréter à sa guise. De plus, nous avons droit à des scènes supprimées d'une durée de cinq minutes et aucune sélection individuelle n'est possible. D'autre part, nous pouvons visionner les scènes manquées, mais il est difficile d'en rire, étant donné le côté dramatique du film. Finalement, nous pouvons visionner la bande-annonce du film.

"The Air I Breathe" est un film qui présente un scénario original et bien ficelé, mais plutôt déprimant à visionner. Les quatre histoires sont vraiment bien imbriquées les unes dans les autres et certains liens entre différents personnages viennent parfois nous surprendre. Je recommande ce film à tous, sauf peut-être à ceux qui se sentent tristes et déprimés.


Cotes

Film8
Présentation6
Suppléments6
Vidéo8
Audio7