Airplane!
"Don't Call Me Shirley!" Edition
Paramount Home Entertainment

Réalisateurs: Jim Abrahams, David Zucker
Année: 1980
Classification: 14A
Durée: 87 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20), Français (Mono)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 26
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
26 décembre 2005

Certains films ne se démoderont jamais, mais pas tous pour la même raison. Il y a bien entendu les chefs-d'œuvre qui rallient la plupart des spectateurs et des critiques et qui accumulent les prix et les récompenses. Et il y a ceux qui n'ont pas cette chance ni cette aura, mais qui, pour toutes autres raisons, seront peut-être tout autant célèbres sinon plus que les précédents. Et dans cette liste, je pense bien que "Airplane!" (ou "Y a-t-il un pilote dans l'avion?") figure certainement dans les premiers de la liste. Arrivé il y a maintenant 25 ans sur nos écrans, ses gags à répétition font toujours rire et Paramount a décidé de nous offrir une édition spéciale de ce film bien à part.

Tout d'abord, permettez-moi d'expliquer rapidement le titre bizarre que le studio a donné à cette édition "Airplane! Don't call me Shirley!". Les amateurs reconnaîtront aussitôt la réplique et comprendront le jeu de mots. Pour les autres, il s'agit en fait d'une réponse que fait le docteur Rumack, joué par Leslie Nielsen, quand Ted (Robert Hayes) rajoute, en anglais, le mot "surely" dans ses réponses et que le toubib croit comprendre "Shirley". Il répond alors à Ted en rajoutant "And don't call me Shirley!". Bien entendu, dans l'action de la scène, c'est bien plus drôle.

Sorti en plein dans la période des grands films catastrophes de la fin des années 70 et du début des années 80, "Airplane!" ne pouvait pas, dans un sens, rêver meilleur moment. Le rapprochement avec le célèbre Airport est aussi rapide. Mais ce que l'on sait moins (en tout cas, tant que l'on n'a pas vu les suppléments des éditions DVD de Airplane!), c'est que le film est en fait une parodie d'un film plus ancien, Zero Hour, de 1957, qui raconte l'histoire d'un empoisonnement de l'équipage et des passagers lors d'un vol de routine d'un DC-4. Certains personnages portent d'ailleurs le même nom. La ressemblance avec d'autres productions plus récentes serait donc fortuite ou peut-être un peu volontaire. Pour le film qui nous concerne, nous sommes donc au début des années 80, à Los Angeles. Conducteur de taxi, Ted Stryker doit absolument rejoindre sa petite amie Ellen Dickinson (Julie Hagerty), hôtesse chez Trans American, avant qu'elle ne s'envole pour Chicago. Ted ne comprend pas qu'Ellen le rejette. Il décide de monter à bord afin de pouvoir lui parler. Mais un empoisonnement général de l'équipe de pilotage obligera Ted, ancien pilote de guerre, à prendre les commandes. Mais à quel prix?

Résumer ce film est plutôt difficile, car pratiquement chaque scène contient un gag ou une singularité qui n'a pas vraiment de rapport avec l'histoire. D'ailleurs, le film commence avec un aileron de queue qui navigue au-dessus des nuages sur la musique de Jaws. C'est tout dire. Et cela dure pendant 87 minutes (ne pas arrêter le film tant que le générique de fin n'est pas fini... le film ne l'est pas non plus. Et tant que vous y êtes, lisez bien le générique et essayez de trouver les inscriptions qui n'ont rien à faire là. Je vous le dis, tout est drôle dans ce film). Personnellement, ce qui m'a le plus agacé, c'est qu'il m'a fallu 25 ans pour constater que le bruit d'avion que l'on entend dans les plans extérieurs est celui d'un avion à hélices alors que nous voyons un avion à réaction. Comme quoi, on en apprend à chaque visionnement. Mais regardez aussi plus bas dans les suppléments.

L'édition que Paramount nous offre ici est en partie reprise de la précédente sortie du film sur DVD il y a cinq ans. Il n'y a pas d'améliorations du point de vue image et cette dernière est tantôt assez belle, tantôt un peu plus poussiéreuse. Dans l'ensemble, c'est assez convenable, mais comme pour toute nouvelle édition, on est en droit à s'attendre à de petites améliorations. Il en va de même avec les pistes sonores, avec cette fois-ci la présence de la piste originale anglaise 2.0. La piste 5.1 n'est qu'un remixage qui n'apporte pas grand-chose au film, si ce n'est une ambiophonie légèrement plus enveloppante. Le menu (aussi appelé "Main Cabin") reprend l'apparence du manuel de sécurité que l'on retrouve à chaque siège dans un avion, mais avec des images, des sons et des animations plus en rapport avec le film (pour la page principale). Les autres pages de menu sont statiques et muettes, mais avec les mêmes images. On fera la sélection des scènes dans "Seat Selection" et les bonus se retrouvent dans "Safety Features", histoire de rester dans l'ambiance. Le boîtier traditionnel, bilingue, est dans un fourreau de carton, lui aussi bilingue, avec des effets de relief pour le titre et l'avion.

Ce sont les suppléments qui vont différencier cette nouvelle édition de celle déjà sortie en 2000. Tout d'abord, la piste de commentaires des réalisateurs Jim Abrahams et David et Jerry Zucker accompagnés du producteur Jon Davison est la même que celle de la précédente édition. Malgré tout, elle est remplie de détails sur le tournage, d'anecdotes et même de remarques qui sont tout à fait dans l'esprit du film: sans intérêt particulier, mais irrésistibles. Tant qu'à y être, autant se refaire un visionnement, mais cette fois-ci avec l'option "Long Haul" activée. Cette fois-ci, un peu plus de 50 fois durant le film, nous sommes invités à voir des séquences supplémentaires comme des scènes supprimées, des entrevues exclusives avec certains membres de l'équipe et des acteurs. Cette option est indiquée comme étant sous-titrée en français, mais je n'ai pas vu de sous-titrages. Et tant qu'à y être encore, pourquoi pas un troisième visionnement? Cette fois-ci, ce seront des anecdotes sur le tournage qui s'afficheront de temps en temps. Bien souvent en fait, on se moque des erreurs relevées dans le film que l'on nous signale par des flèches et des bulles explicatives. Très amusant et intéressant. Par contre, on regrettera peut-être d'être obligé de repasser le film pour voir ou entendre ces suppléments. Mais c'est quand même un beau travail que Paramount nous offre dans cette édition spéciale.

La première fois que j'ai vu "Airplane!" au cinéma, j'étais jeune et tout ce dont je me rappelle, c'est d'avoir tellement ri que je n'avais pas vraiment vu le film. Aujourd'hui, je ris peut-être moins, mais je souris toujours autant et j'arrive même à dire les répliques en même temps. C'est un signe. Si vous décidez de faire venir le pilote gonflable "Otto" avec l'offre dans la boîte, sachez qu'il n'est pas aussi grand que l'original (seulement environ 30 cm de haut) mais par contre sa valve de gonflage est placée au même endroit... Le contraire aurait été dommage. Voilà donc une édition spéciale 25e anniversaire qui n'est pas exceptionnelle, mais qui ravira les amateurs avec les suppléments spécifiques à cette édition. Quant à ceux qui ne connaissent pas, profitez-en. Vous ne devriez pas le regretter.


Cotes

Film9
Présentation4
Suppléments6
Vidéo6
Audio7