Albert Nobbs
Entertainment One

Réalisateur: Rodrigo García
Année: 2011
Classification: 14A
Durée: 113 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212002847

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sarah Szefer
19 juillet 2012

Bien avant leur émancipation, les perspectives de carrière des femmes étaient très limitées, notamment lors des périodes difficiles pour tous. Au 19e siècle à Dublin, la misère règne chez les moins bien nantis, et tous les moyens sont permis pour tenter de gagner sa vie. C'est ainsi qu'une jeune femme orpheline adoptera le prénom d'Albert et travaillera pendant trente ans comme serviteur dans un hôtel. Personne ne connaît le secret d'Albert Nobbs (Glenn Close) jusqu'au jour où elle devra partager son lit avec le peintre de maison Hubert Page (Janet McTeer), qui découvrira sa vraie nature... mais révélera aussi la sienne. Albert sera bouleversée de cette révélation et questionnera son choix de vie. Elle rêvera ainsi de s'ouvrir une petite tabagie tout en vivant l'amour.

La jaquette présente le personnage d'Albert entourée de la bonne Hélène (Mia Wasikowska) et de l'homme à tout faire Joe (Aaron Johnson), qui sont officiellement les deux personnages secondaires principaux du film. Après avoir choisi entre la version anglaise ou française, on accède aux menus, qui sont bien animés et font appel à des scènes du long métrage. Côté suppléments, nous avons droit à des scènes supprimées (qui n'apportent à vrai dire que peu au film) et à de passionnantes entrevues avec Glenn Close, qui agit à titre de co-scénariste et de co-productrice de ce long métrage basé sur un court roman de George Moore. On apprend notamment dans ces entretiens que Glenn Close avait joué dans l'adaptation théâtrale du livre dans les années 1980. La qualité du transfert est très bonne pour un DVD et les défauts de compression habituels sont réduits au minimum, bien qu'ils y soient tout de même sous forme de pixélisation et d'effets d'escalier qui sont visibles que lors d'un visionnement à proximité de l'écran.

La recréation de l'Irlande victorienne est très réussie et on plonge réellement en cette époque où le fossé entre les classes était aussi profond que celui qui séparait les hommes des femmes. "Albert Nobbs" est un récit touchant sur l'identité sexuelle en temps de répression et avec le passage du temps. Cependant, les personnages de Joe et de Helen, qui formeront pourtant un triangle amoureux avec Albert, ne sont pas aussi bien définis ni aussi intéressants. On aurait préféré voir plus souvent Hubert qui exerce une telle fascination sur Albert qu'elle en crève l'écran. On peut se demander de prime abord comment il serait possible que Albert ait réussi à protéger son secret pendant trois décennies, mais la transformation est spectaculaire et au final, Albert passe pour un petit homme bizarre qui passe quelque peu inaperçu. Hubert est encore plus crédible, faisant même tourner les têtes des servantes de l'hôtel.

Glenn Close et Janet McTeer offrent des interprétations remarquables qui furent soulignées par de nombreuses nominations à des prix, dont ceux des Oscars (où Glenn Close eut le malheur d'être nommée parmi une sélection très pointue de grandes actrices dont Meryl Streep sortit grande gagnante). Les critiques ont été mitigées, mais les amateurs de films d'époque et d'histoires à saveur féministe aimeront beaucoup "Albert Nobbs". Quand un film donne le goût de lire l'oeuvre d'origine, c'est que l'adaptation est une réussite. Chapeau à Glenn Close et à Janet McTeer!


Cotes

Film8
Présentation9
Suppléments6
Vidéo7
Audio8