Alien Quadrilogy
20th Century Fox Home Entertainment

 AlienAliensAlien 3Resurection
Réalisateur:Ridley ScottJames CameronDavid FincherJean-Pierre Jeunet
Année:1979198619921997
Classification:RRRR
Durée:117/116 minutes137/154 minutes114/144 minutes109/116 minutes
Ratio:2.35:11.85:12.35:12.35:1
Anamorphique:OuiOuiOuiOui
Langue:Anglais (DD51, DTS51), Français (DD20)Anglais (DD51), Français (DD20)Anglais (DD51), Français (DD20)Anglais (DD51, DTS51), Français (DD20)
Sous-titres:Anglais, EspagnolAnglais, EspagnolAnglais, EspagnolAnglais, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 9 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
30 décembre 2003

La série des films "Alien" a beaucoup de fans. Tout le monde connaît ces films… sauf moi. En effet, je n'ai vu aucun de ces films mettant en vedette Sigourney Weaver dans le rôle d'Ellen Ripley. Bien sûr, j'en ai entendu parlé et vu des images, les bandes-annonces et tout le bla bla autour d'eux par les médias et les fans. Mais cette série ne m'a jamais vraiment intéressé auparavant, vous savez moi et les films "d'horreur". À temps pour le vingtième anniversaire du premier film, Fox lança en 1999 un coffret des quatre DVD des films et un disque boni que nous pouvions obtenir par la poste (malheureusement en quantité très limitée). C'est bien beau pour plaire aux fans et aux premiers propriétaires de lecteurs DVD qui n'étaient pas aussi nombreux dans ce temps-là qu'aujourd'hui. Le coffret "Alien Legacy" était considéré l'ultime chef d'œuvre de son temps en offrant le premier transfert anamorphique sur DVD du studio et du matériel supplémentaire à n'en plus finir (pour les débuts du DVD bien entendu). Depuis ce temps, les DVD se sont améliorés autant dans leur transfert numérique que dans la quantité et qualité de leurs suppléments… Le temps de sortir une nouvelle version de tout cela. La sortie de ce mégacoffret de neuf DVD a enfin percé mon intérêt pour la série. Pour qu'un studio mette autant d'effort à la création d'un coffret monstre, ça ne doit pas être une série désagréable à regarder. Ma curiosité l'emporte et je me laisse ravir par ce nouvel ensemble qui inclut plus de 45 heures de suppléments et de nouvelles versions des films.

Ma première réaction est qu'il y a beaucoup plus de science-fiction que d'horreur dans ces films, ce qui m'a réellement plu. Évidemment, avec beaucoup d'années de recul, je dois avouer que les extra-terrestres et les monstres m'ont toujours effrayé durant ma jeunesse, y compris le gentil E.T., mais heureusement ce problème n'est plus en moi. De plus, j'ai vu bien des photos du fameux "Alien" pour savoir à quoi m'attendre. Même à cela, il m'a fait sursauter à quelques reprises!

Le premier film de cette saga très populaire nous introduit au personnage de Ripley ainsi qu'à la découverte d'une race d'extra-terrestres qui naissent dans un œuf en tant que parasite qui s'accroche à un être vivant afin de faire sa gestation pour devenir un grand monstre terrifiant à dentier extensible qui bave comme une rivière et a de l'acide comme sang. La compagnie qui est propriétaire de la mission originale du vaisseau minier avait placé un androïde à bord afin de veiller à rapporter des armes extra-terrestres. Celui-ci tentera rapatrier un de ces monstres afin de l'étudier, mais avec un courage à toute épreuve, Ripley tentera de détruire la bête avant qu'elle n'en finisse avec tout l'équipage.

Le second film de la série débute aussi lentement que le premier avec le sauvetage de Ripley de la capsule avec laquelle elle s'en enfuie de la planète lors de la finale du film. Il s'est passé 57 ans depuis ces événements, mais elle les a passés en cryogénie. Elle raconte ce qui est arrivé à l'équipage, mais le tout est accueilli avec scepticisme. Toutefois, la "compagnie" enverra quelqu'un examiner l'endroit dont elle parle pour encore une fois étudier le Alien. Le contact avec la planète LC-426 est coupé et des soldats haute technologie sont envoyés examiner la situation en compagnie de Ripley en tant que consultante. Sur place, les Aliens ont bel et bien pris l'endroit d'assaut et le reste se transforme totalement en film d'action dans lequel on a peu de répit. Elle réussit encore à s'en sauver en tuant la reine de Alien.

Le troisième film offre une meilleure vue de l'Alien grâce à l'informatique qui lui permet de courir partout sur les murs à toute vitesse. Dans ce troisième épisode de la saga, le vaisseau de Ripley s'écrase sur la planète Fiorina 161 qui se trouve à être une prison de sécurité maximale. Les vingt-cinq habitants dans cette colonie pénitentiaire viennent à son secours. À son insu, un Alien était à bord de son vaisseau et attaque maintenant les gens un à un, tous sauf elle, car elle porte en elle une nouvelle reine. Maintenant, Ripley doit détruire l'Alien et en finir avec elle-même et son parasite.

Le quatrième et dernier film de la série donne littéralement naissance à un duo explosif alors que 200 ans après sa mort, un clone de Ellen Ripley (et de la reine Alien qui est en elle) voit le jour. Elle est en fait le huitième clone. Comparativement aux sept autres, c'est elle qui semble le plus normal, mais elle partage maintenant des qualités avec son ennemi. Elle est plus rapide, forte et a de l'acide pour sang. La reine et ses progénitures sont beaucoup plus intelligentes et ne suivent plus seulement leur instinct comme dans les autres films. La reine porte une autre modification génétique, mais celle-là je vous en laisse la surprise. En gros, Ripley tentera avec certaines personnes à bord du laboratoire génétique de mettre fin une fois pour toute à la race Alien. À mon avis, c'est le film le plus intéressant visuellement (malgré que rien ne puisse battre la première vision du vaisseau Alien au loin sur l'horizon dans le premier film).

C'est un bien court résumé pour une telle série qui a influencé le cinéma de son genre, mais vous en dire plus gâcherait le plaisir de l'expérimenter (ou la réexpérimenter pour plusieurs). Ceux qui croient avoir tout vu de la série seront agréablement surpris de retrouver sur ce DVD plusieurs versions de chaque long-métrage. "Alien" contient la version originale de 1979 du film de Ridley Scott en plus de la version 2003 qui a été projetée dernièrement en salle. La version 2003 contient une option qui nous indique où le film a été modifié. "Aliens" contient la version originale de James Cameron tournée en 1986 ainsi que l'édition du réalisateur avec dix-sept minutes supplémentaires qui s'étaient retrouvées sur laserdisc avant d'arriver aujourd'hui sur DVD. "Alien 3" est offert en version théâtrale de 1992 en plus d'une nouvelle version restaurée expressément pour ce DVD qui inclus près de trente minutes de ce qui avait été originalement coupé avant sa sortie en salle. Selon le communiqué de presse de Fox, cette version marque la première fois qu'un studio complète un film. Le dernier film de la saga, "Alien Resurrection" est offert lui aussi en deux versions, soit la version originale parue 1997 et une version avec une introduction et une fin allongée. En fin de compte, la Quadrilogie est bien plus qu'un méga-ramassis de suppléments comme plusieurs le disaient. Tout ce travail de rapièçage de versions alternes se doit d'être aussi important dans cette collection. Les gens clés des productions originales ont tous été rappelés pour compléter les films, plusieurs avec tout un bagage de nouvelles connaissances techniques apprises au cours des années.

Les menus des DVD sont bien intégrés dans le style de la série et sont très plaisants à naviguer. Côté sonore, "Alien" et "Alien Resurrection" m'ont surpris avec des pistes sonores DTS anglaise alors que les autres films ont seulement des pistes sonores Dolby Digital anglaise et français (ou espagnole sur la version américaine). Les pistes sonores transpirent bien l'atmosphère du film avec des effets d'ambiance dans tous les haut-parleurs et du punch quand il y en a de besoin. La raison que j'ai eu de Fox pour l'absence d'une piste sonore DTS sur les deux autres films était le manque d'espace sur le DVD et que la qualité de l'image était plus importante qu'une piste sonore supplémentaire. Une qualité vidéo assez surprenante que je pourrais dire. Il est très rare que je ne vois pas quelques problèmes dans un transfert vidéo. Le transfert est à quelques détails près parfait et très peu d'artéfacts de compression ont été détectés à l'œil nu. Le tout est certifié THX, ce qui nous promet habituellement une qualité exemplaire.

La cerise sur le sundae de cette délicieuse monstruosité de coffret (se déplie sur une longueur de 1,615 mètre!) est évidemment les suppléments. Tout d'abord, nous retrouvons des pistes de commentaires sur les quatre DVD contenant les longs-métrages. Sur "Alien", nous avons les commentaires de Ridley Scott en compagnie des acteurs Sigourney Weaver, Tom Skerritt, Veronica Cartwright, Harry Dean Stanton et John Hurt ainsi que les scénaristes Dan O'Bannon et Ronald Shusett. Les participants semblent avoir été enregistrés en groupes de 2-3 personnes et mixés ensemble plus tard. La piste est relativement intéressante et contient un bon mélange de technique / anecdotes. La piste de commentaires du DVD "Aliens" est un pur plaisir à écouter. Elle comprend comme participants James Cameron, la productrice Gale Anne Hurd, les superviseurs des effets visuels Stan Winston, Robert Skotak, Dennis Skotak et Pat McClung, ainsi que les acteurs Michael Biehn, Bill Paxton, Lance Henriksen, Jenette Goldstein, Christopher Henn et Carrie Henn. James Cameron semble avoir été enregistré seul cette fois-ci et les autres tous ensemble. C'est comme un gros party et c'est très efficace dans les anecdotes! "Aliens 3" met en vedette, sur la piste de commentaires la plus plate du coffret, le cinématographe Alex Thomson, l'éditeur Terry Rawlings, les spécialistes des effets visuels Alec Gillis, Tom Woodruff, Jr. et Richard Edlund, ainsi que les acteurs Lance Henriksen et Paul McGann. Nous nous croirions à une réunion sur la création des effets visuels tellement que peu d'autres sujets sont abordés. Sur la piste de commentaires du dernier film de la série, le réalisateur Jean-Pierre Jeunet, l'éditeur Hervé Schneid, les superviseurs des effets visuels Alec Gilli, Tom Woodruff, Jr. et Pitof, l'artiste de conception Sylvain Desperetz et les acteurs Ron Pearlman, Dominigue Pinon et Leland Orser nous entretiennent sur les sujets qui les intéressent et se mettent un moment donné à se répéter continuellement. C'est une piste de catégorie "bof".

Passons au crémage du gâteau avec les cinq DVD uniquement dédiés aux suppléments! Les quatre premiers DVD sont reliés à chacun des films qui les précèdent. Chacun d'entre eux est divisé en section "Pré-Production", "Production" et "Post-Production". Une option de navigation vous permet de faire jouer les uns à la suite des autres les segments documentaires, dessins conceptuels et photos de production, ou encore de les passer un à un comme normalement nous faisons sur tout DVD par les divers menus qui nous sont proposés. J'ai trouvé agaçant que les articles vidéos et statiques ne sont pas regroupés ensemble, mais plutôt entrelacés. Chaque disque a un extra caché qui est activé en tapant la date de sortie américaine de chaque film.

Le DVD des suppléments du film "Alien" contient les documentaires "Star Beast: Developing the Story", "The Visualists: Direction and Design", "Truckers in Space: Casting", "Fear of the Unknown: Shepperton Studios, 1978", "The Darkest Reaches: Nostromo and the Alien Planet", "The Eighth Passenger: Creature Design", "Future Tense: Editing and Music", "Outward Bound: Visual Effects" et "A Nightmare Fulfilled: Reaction to the Film" en plus de l'audition de Sigourney Weaver (avec les commentaires optionnels de Scott), les pages de la première version du scénario de Dan O'Bannon, des Ridleygrams (notes de productions accompagnées de dessins très détaillés), sept scènes retranchées, une séquence multi-angles de la sortie de l'alien de la poitrine de l'acteur (commentée), des scénarimages et des tas de dessins conceptuels et des tonnes de photos de production des plateaux des acteurs, effets visuels, des affiches et de la première du film. Le tout est très intéressant et assez complet… et ce n'est que le premier disque!

Le quatrième DVD de la collection contient les suppléments du film "Aliens" à commencer par les documentaires "57 Years Later: Continuing the Story", "Building Better Worlds: From Concept to Construction", "Preparing for Battle: Casting and Characterization", "This Time It's War: Pinewood Studios, 1985", "The Risk Always Lives: Weapons and Action", "Bug Hunt: Creature Design", "Beauty and the Bitch: Power Loader vs. Queen Alien", "Two Orphans: Sigourney Weaver and Carrie Henn", "The Final Countdown: Music, Editing and Sound", "The Power of Real Tech: Visual Effects", "Aliens Unleashed: Reaction to the Film". Ensuite, il y a des segments de prévisualisation avec commentaires, le traitement original du scénario de James Cameron, des dessins conceptuels et des photos de production (y compris le studio de Stan Winston).

Le sixième disque de ce coffret aborde les extras pour le film "Alien 3", soit les documentaires "Development: Concluding the Story", "Tales of the Wooden Planet: Vincent Ward's Vision", "Pre-Production: Part III", "Xeno-Erotic: H.R. Giger's Re-Design", "Production: Part I, II & III", "Adaptive Organism: Creature Design", "Optical Fury: Visual Effects", "Music, Editing and Sound" et "Post-Mortem: Reaction to the Film" suivi de galeries de photos et dessins de production et des scénarimages.

Les suppléments du huitième disque concernent le film "Alien Resurection" et est composé en premier lieu des documentaires "From the Ashes: Reviving the Story", "French Twist: Direction and Design", "Under the Skin: Casting and Characterizations", "Death from Below: Fox Studios, Los Angeles, 1996", "In the Zone: The Basketball Scene", "Unnatural Mutation: Creature Design", "Genetic Composition: Music", "Virtual Aliens: Computer Generated Imagery", "A Matter of Scale: Miniature Photography" et "Critical Juncture: Reaction to the Film". Par la suite, nous y retrouvons des segments de tests de coiffure, de costumes, la prévisualisation multi-angles de quelques scènes, la première version du scénario de Joss Whedon et des galeries de photos, de dessins conceptions et de scénarimages.

Le dernier disque de l'ensemble contient tout d'abord, en mode DVD-ROM, les scénarios interactifs de chaque film en plus de liens vers le site web de Fox qui contient encore plus de matériel (tant qu'il existera bien sûr). Nous retrouvons ensuite, sur la partie standard du DVD, plusieurs items reliés à chacun des films ainsi que d'autres items qui touchent à tous les quatre films. Tout d'abord, pour le film "Alien", il y a un documentaire très sérieux produit par la chaîne de télévision britannique Channel 4 suivi du documentaire promotionnel de 1979 "Experience in Terror", d'une session de questions-réponses avec Ridley Scott pour la Cinémathèque Américaine et des bandes-annonces. Ceux qui n'ont jamais vu les laserdiscs "Alien: Special Widescreen Collector's Edition" et "Aliens: Special Widescreen Collector's Edition" pourront recréer l'expérience de naviguer linéairement sur ce format avec toutes les archives contenues sur ces deux collections (sinon vous pourrez utiliser le menu pour accéder chaque élément). Pour compléter les suppléments pour le film "Aliens", nous avons une série de bandes-annonces. Le film "Alien 3" est représenté sur ce dernier disque par rien de moins que de douze bandes-annonces en plus d'un genre de "making-of" qui avait été présenté au public avant que le film soit complété. Pour "Alien Resurrection", il n'y a que des bandes-annonces.

Nous avons ensuite une série de dessins de couvertures de bandes dessinées "Aliens" de la compagnie Dark Horse accompagnée de synopsis de chacune des histoires associées aux couvertures. Le meilleur supplément avait été gardé pour la fin. "Aliens in the Basement: The Bob Burns Collection" nous propose une visite d'un musée privé contenant des objets préservés par le collectionneur/historien Bob Burns des films de la série.

Cet ensemble monumental fait une grosse coche dans le standard habituel des titres de catalogue. Avec plus de soixante-quinze heures de programmation, c'est assez difficile à battre. Est-ce maintenant le début un grand combat entre les studios en vue d'offrir leurs séries populaires dans ce format? Aurons-nous droit dans le futur à quelque chose comme "Star Wars Sexilogy" avec les six films sur 12 DVD?? On ne sait jamais!


Cotes

Film9
Menu6
Suppléments10
Vidéo10
Audio8