American Dreamer
Paramount Home Entertainment

Réalisateur: Rick Rosenthal
Année: 1984
Classification: PG
Durée: 105 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20), Français (Mono)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
26 juin 2005

Les comédies légères, comme on les appelle parfois, nous permettent de passer un moment en général agréable à regarder des aventures vécues par un héros (ou une héroïne) sans trop avoir à réfléchir. C'est le but. Mais parfois, on doit justement essayer de comprendre ce qui se passe et alors on perd vite l'intérêt de l'histoire. C'est un peu ce qui se passe dans cette comédie américano-européenne réalisée par Rick Rosenthal et que nous propose Paramount.

Rick Rosenthal est un réalisateur très connu dans le monde de la télévision. Il a laissé sa trace dans des séries telles que Smalville, Buffy The Vampire Slayer, The Practice, Law and Order et plus récemment dans Tru Calling. Au cinéma, il a signé deux productions de la série "Halloween" (Halloween II (1981) et Halloween Resurrection (2002)). Entre les deux, Rosenthal a tourné en 1984 cette comédie mettant en vedette JoBeth Williams et Tom Conti: "American Dreamer".

Le film débute par une poursuite à l'intérieur d'un train, quelque part en France. Rapidement, l'héroïne, Rebecca Ryan, retrouve le méchant, déguisé en femme, au wagon-restaurant, et procède à son arrestation. C'est alors que l'histoire hésite. En fait, c'est Cathy Palmer (Jobeth Williams) qui essaie d'inventer une nouvelle aventure de son personnage préféré. Elle participe à un concours lancé par l'auteure du roman, Margaret McMann, et qui permettra à la personne qui écrira la meilleure histoire de Rebecca de se voir offrir un voyage pour deux à Paris à l'occasion du lancement du dernier livre de McMann. Quelle belle opportunité pour Cathy qui a toujours voulu voyager. Mais son mari, Kevin (James Staley) ne vit que pour son travail, qu'il amène même jusque dans la chambre à coucher. Quant à ses deux fils, ils sont un peu trop jeunes pour apprécier les efforts de leur mère. Comme on s'y attendrait, Cathy gagne le concours et bien entendu son mari est trop occupé pour l'y accompagner. Elle part seule. Tout va bien jusqu'à ce qu'elle soit victime d'une attaque sur le parvis de la basilique Notre-Dame. Elle perd connaissance et se réveille à l'hôpital, mais elle n'est plus Cathy Palmer, mais Rebecca Ryan. Dès lors, se prenant pour son héroïne sans peur et entreprenante, elle va mener la vie dure à tous ceux qui voudront se mettre sur sa route, dont le fils de Margaret McMann, Alan (Tom Conti). Mais petit à petit, elle essaie de le convaincre d'une réelle conspiration au sein d'une organisation européenne et il embarque dans ses folies, tout en gardant malgré tout la réalité que Rebecca Ryan n'est qu'un personnage de roman et qu'elle n'existe pas.

Sans être mauvais, ce film, qui se veut une amusante et palpitante aventure, manque malheureusement d'un minimum de vraisemblance dans certaines situations. Même s'il s'agit de fiction dans une "réalité", certains gestes des personnages sont difficiles à comprendre ou à accepter. Et si on ajoute les nombreuses erreurs de tournage (comme la boîte à lettres de Cathy qui passe du côté gauche au côté droit de la porte d'entrée en une seconde), on décroche du visionnement, car on doit replacer les éléments. C'est un peu dommage, car l'idée dans l'histoire est plaisante et amusante.

Malgré tout, la qualité technique générale de cette édition est plutôt bonne. L'image bénéficie d'un niveau de luminosité toujours bien adapté, avec parfois un contraste un peu en dessous de la moyenne. Il en résulte aussi des couleurs parfois fades. Pas moins de trois pistes sonores sont disponibles, avec bien entendu un petit plus pour la version Dolby Digital 5.1 anglaise par rapport à la mono française. Les pages de menus sont statiques et il n'y a pas de suppléments.

Voici un film qui aurait mérité un petit peu plus de travail, notamment sur le tournage et certains points de l'histoire. Malgré tout, si on accepte de faire abstraction des situations faciles et un peu trop rocambolesques, on ne s'ennuie pas trop avec les aventures de Rebecca et de sa bande.


Cotes

Film5
Présentation1
Suppléments-
Vidéo7
Audio7