Amreeka
E1 Entertainment

Réalisateur: Cherien Dabis
Année: 2009
Classification: 14A
Durée: 96 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20), Français (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212103063

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
16 mars 2010

Gentille fable sur le rêve américain, "Amreeka" doit beaucoup à ses fabuleux interprètes et à ses dialogues généralement justes qui transcendent une mise en scène appliquée, mais finalement un peu trop conventionnelle.

Mouna (Nisreen Faour) et son fils de 16 ans Fadi (Melkar Muallem) décident de quitter leur maison en plein territoire occupé pour aller s'installer chez sa sœur Raghda (Hiam Abbass) en Illinois. Ils découvrent un nouveau pays plein de promesses et de possibilités. Sauf qu'ils doivent travailler forts pour s'intégrer, car les emplois sont difficiles à dénicher et que l'adolescent doit subir plusieurs affronts à l'école, se faisant régulièrement traiter de terroriste.

Voilà un valeureux petit film qu'a accouché la cinéaste et scénariste Cherien Dabis. Sans jamais jouer la carte de l'exotisme de bas étage et sans trop faire la morale (hormis peut-être dans la dernière ligne droite), la réalisatrice confronte les mœurs de deux pays, divisant une famille dont quelques membres veulent rester aux États-Unis et les autres retourner en Cisjordanie. Cela amène des conversations intéressantes sur l'identité et l'appartenance. Le tout est doublé d'un discours politique et social alors que des questions culturelles sont soulevées ici et là, renvoyant au sort d'une minorité qui est conspuée pour habiter dans une région du monde qui n'est pas éloignée de l'Irak.

Même si les enjeux et les situations ne détonnent guère et que la progression se veut plutôt prévisible (avec cette relation mère-fils traitée avec subtilité et ces flèches de Cupidon qui arrivent ultimement), le soin apporté aux personnages est constant. Tant mieux, ce sont eux qui font le succès du long-métrage. Tous les comédiens sont habilement dirigés, principalement les adultes qui évitent de trop en faire. Devant l'exubérante Nisreen Faour, Hiam Abbass se révèle étonnamment sobre, confirmant que sa prestation dans l'excellent Lemon Tree n'était pas fortuite.

La musique orientale se veut assez mélodique, campant rapidement l'atmosphère voulue. Les pistes sonores sont de bonnes qualités, et elles n'oublient pas de prendre soin de toutes les enceintes, les agrémentant notamment de bruit de klaxons, de voix, de neige et de voiture. Les dialogues s'entendent aisément, et puisque le doublage français laisse terriblement à désirer, mieux vaut insérer la version originale en arabe (et en anglais) et rajouter d'assez visibles sous-titres jaunes. Les images demeurent acceptables, avec ses teintes solides et son agréable définition des contours. Dommage que les couleurs manquent d'éclat, que le grain se fasse parfois un peu trop ressentir et que les contrastes trop foncés nuisent légèrement à la qualité des détails.

La pochette montre une rue ponctuée de maisons interchangeables et de deux nouveaux arrivants avec leurs valises. Mais pourquoi le titre est accompagné du soporifique sobriquet "Les aventures les plus palpitantes de la vie sont les périples du coeur" qui ne donne vraiment pas le goût de procéder au visionnement? Statique et sans mélodie, le menu principal du DVD se résume à quelques photographies. Les suppléments assez intéressants regroupent la bande-annonce originale, une série de publicités et plusieurs entrevues avec l'équipe technique, les acteurs, réalisatrice, producteur, etc. Ces segments sont peut-être courts, mais ils demeurent pertinents, racontant les enjeux vécus par chaque personne. Le tout est complété par un épisode de "The Fabulous Picture Show". Cette émission télévisée comporte généralement deux sujets... et les deux figurent sur cette édition. Il y a donc une éclairante entrevue avec la cinéaste, mais également un reportage sur le très populaire Inglourious Basterds de Quentin Tarantino! C'est ce qu'on appelle un bonus insoupçonné.

Œuvre douce-amère qui en dit long sur les espoirs fondés en l'Oncle Sam et le terrible retour à la réalité, "Amreeka" est un drame éclairant, non dénué d'humour, et finalement presque optimiste, qui est composé par une belle distribution homogène qui livre de touchantes performances. Un petit film fait avec presque rien qui a beaucoup plus à dire que bien des superproductions qui prennent régulièrement l'affiche.


Cotes

Film6
Présentation3
Suppléments6
Vidéo6
Audio7