And Now... Ladies and Gentlemen
Paramount Home Entertainment / Peanuts Home Entertainment

Réalisateur: Claude Lelouch
Année: 2003
Classification: PG
Durée: 128 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 18
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Daniel Cyr
1er février 2004

Voici l'histoire de Valentin Valentin (Jeremy Irons), un arnaqueur de charme d'origine britannique. Passé maître dans l'art du déguisement et du cambriolage, Valentin a dérobé les plus grandes bijouteries du monde en utilisant avec brio deux seules armes: la supercherie et l'intelligence. Vivant en concubinage depuis plusieurs années avec une femme qui rêve maintenant de mariage et souffrant de pertes de mémoire de plus en plus fréquentes, il décide de faire le point sur sa vie. Il se procure un splendide voilier de course et prend le large en solitaire, pour un voyage autour du monde. Dû à une perte de mémoire, il fait escale à Essaouira, au Maroc... sa vie ne sera plus jamais la même. Il va croiser sur sa route Jane Lester (Patricia Kaas), une chanteuse de piano-bar, écorchée par la vie distillant son blues dans l'indifférence générale et qui souffre du même mal que lui... les trous de mémoire. Pour une histoire de vol de bijoux, il fait un séjour éprouvant en prison et finit par s'écrouler. On l'amène voir un médecin qui lui fait passer un scanner. Le diagnostique tombe comme un couperet, il a une tumeur au cerveau et il doit être opéré immédiatement... ses chances de survies sont bien minces. La police lui refuse ce droit, à moins qu'il n'avoue son crime, dont il n'a aucun souvenir... il finit par avouer. L'opération est une réussite! Guéri, disculpé du dernier vol, il veut rompre avec son passé et entreprend de dédommager ses victimes avec intérêts, puis se trouve une nouvelle compagne de vie en la personne de Jane Lester.

Le cinéma de Claude Lelouch est unique et intelligent. Il a réalisé des œuvres magnifiques... rappelez-vous des titres tels Un homme et une femme, un classique et probablement son plus prestigieux film de 1966, le troublant Vivre pour vivre de 1967, le bouleversant Le bon et les méchants réalisé en 1976 et l'extraordinaire Les uns et les autres conçu en 1981. En résumé, je m'attendais à voir un film de qualité à la hauteur de sa notoriété. Quelle ne fut pas ma déception de visionner une histoire originale, mais racontée de façon aussi banale!

Le scénario de Claude Lelouch, écrit avec Pierre Leroux et son éternel associé Pierre Uytterhoeven est à priori des plus intéressant. Entre autres, le personnage de Valentin est une sorte d'Arsène Lupin, un gentleman cambrioleur qui aime dérober des bijoux aux riches en se payant leurs têtes, tout en se déguisant et en personnifiant des personnages pittoresques sans jamais être reconnu. Malgré cela, cet aspect est mal exploité et peu approfondi. L'aventure est également bizarre puisqu'à plusieurs reprises, nous ne savons plus si ce que nous voyons est un rêve ou la réalité.

Les dialogues aiguisés et futés dans les histoires de Lelouch sont primordiaux, il aime raconter et dire des choses profondes. Il y a aussi une rafale de petites phrases savoureuses qui cartonnent genre: "Quand on veut vivre trop vite, on meurt trop jeune", "Il ne faut jamais épouser sa maîtresse, car le mariage est le meurtre parfait de l'amour" ou encore lorsque Jane dit à Valentin: "Comme au cinéma, vous m'avez embrassée comme jamais personne ne m'avait embrassée". Et celui-ci réplique en disant: "C'est un beau film, d'ailleurs s'il repasse ce soir, j'aimerais bien le revoir".

La performance de Jeremy Irons est parfois enjouée et parfois terne. Nous avons l'impression qu'il est laissé complètement à lui-même sans aucune direction artistique... laissant supposer une absence de fermeté et de cohérence de la part de Lelouch. Pour ce qui est de Patricia Kaas qui faisait ses débuts au cinéma... je préfère l'entendre chanter que de la voir aussi monolithique dans sa façon de jouer, récitant son texte sans émotion. Les rôles secondaires apportent heureusement un peu de couleur à cette production insipide, dont l'admirable performance de Jean-Marie Bigard qui personnifie deux rôles, la savoureuse Claudia Cardinale dans le rôle caricatural de madame Falconnetti, Amidou dans la peau du perspicace inspecteur de police et le très charmeur Thierry Lhermitte.

Les plans de caméra de Lelouch sont souvent féeriques dans ses films où il utilise parfois un peu trop son sempiternel travelling circulaire. Cette fois-ci, ses images sont plutôt sobres et s'attaquent à ses héros de façon plus conventionnelle en les filmant en gros plan.

La plus grande partie de l'action se situe au Maroc. Toute la beauté et le charme du désert de ce coin du Maghreb sont très bien desservis par le directeur de la photographie Pierre-William Glenn qui donne avec authenticité son paysage luxuriant, frayant avec ses dunes de sable d'ambre. L'image est particulièrement bien définie, ce qui est capital pour un film présentant des panoramas désertiques. Le sable peut rapidement devenir un agrégat confus, comme une sorte de mirage si le transfert n'est pas de qualité, ce qui n'est pas du tout le cas sur ce DVD. Le contraste est parfait, les couleurs sont abondantes, saturées et vivantes et les tons de peau sont rendus avec exactitude.

En ce qui touche l'audio, je vous conseille de mettre le DVD sur la piste française dans laquelle fut tourné ce film, parce qu'il est envoûtant d'entendre Jeremy Irons s'exprimer avec grâce aussi bien dans la langue de Shakespeare que dans celle de Molière. Les séquences où l'on voit Patricia Kaas chanter des grands succès français en anglais (quelle horreur!) sont trop longues et mal ficelées. Bref, on dirait d'exécrables vidéos clips mal composés et réalisés par un amateur. La musique de Michel Legrand ne m'a pas non plus accroché... fade et peu convaincante, elle nous laisse un goût amer dans la gorge. Les pistes sonores anglaise et française offrent le même genre de mixage ambiophonique 5.1. Sans être d'une qualité exceptionnelle, il est efficace et permet d'apprécier avec justesse la trame sonore. Les voix sont précises, naturelles et surtout toujours intelligibles.

Au niveau des suppléments alors là, c'est le vide total! J'ignore s'il y a eu une sorte de revue de tournage sur ce film, mais cela aurait incontestablement rendu ce DVD plus distrayant à regarder.

En conclusion, une histoire romantique qui avait beaucoup de potentiel, mais qui fut mal exploitée. "And Now... Ladies and Gentlemen" est un gros désappointement malgré la belle prestation de Jeremy Irons, une production qui est à mon point de vue sans attrait.


Cotes

Film4
Menu2
Suppléments-
Vidéo7
Audio7