Aladdin [Blu-ray]
Diamond Edition
Walt Disney Home Entertainment

Réalisateurs: Ron Clements, John Musker
Année: 1992
Classification: G
Durée: 91 minutes
Ratio: 1.85:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DD51), Espagnol (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50 + DVD-9)
Code barres (CUP): 786936844405

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Yan Bouchard
19 octobre 2015

Un seul mot pour vous parler de cette sortie, enfin. C'est effectivement la réaction de plusieurs cinéphiles qui pourront finalement mettre la main sur l'un des plus beaux classiques de Disney, Aladdin, qui se pointe le bout du nez en haute définition dans le nouveau produit des éditions diamants des studios. Film paru originalement en 1992, le film a connu un succès instantané avec notamment deux statuettes dorées au gala des Oscars de 1993 dans les catégories "Best Music, Original Song" pour la pièce "A Whole New World" d'Alan Menken et Tim Rice, ainsi que "Best Music, Original Score" pour l'ensemble de l'œuvre de Menken pour le film de Ron Clements et John Musker. Certains diront qu'ils ont échappé la statuette la plus prestigieuse en pensant à la catégorie "Best Animated Feature", mais malheureusement pour le film, cette catégorie qu'il aurait sûrement gagnée haut la main a fait son apparition en 2002. Avec une magnifique performance de Robin Williams qui a prêté sa voix au personnage du génie et plus près de chez nous, Joël Legendre qui a doublé le personnage d'Aladdin, cette histoire a marqué toute une génération, petits et grands.

Aladdin est un voleur de bas étage qui arpente les rues d'Agrabah avec son fidèle acolyte, un petit singe du nom d'Abu. Même s'il est contraint d'enfreindre les lois pour survivre, Aladdin rêve de prouver à qui veut l'entendre qu'il est plus qu'un vulgaire voleur. Lors de l'une de ses opérations aux dépens des marchands de la ville, il sauve la mise auprès de l'un d'eux qui avait mis la main au collet d'une jeune femme prise la main dans le sac. Aussitôt les yeux posés sur elle, le cœur du jeune homme s'est enflammé. Ce qu'il ne savait pas, c'est que cette jeune femme n'est nul autre que Jasmine, la fille unique du Sultan d'Agrabah. Cette dernière, contrainte par une vieille loi de la ville, doit trouer un prince comme époux au plus vite, si elle veut que la famille reste à la tête de la ville. Cette histoire ne l'enchantant guère, elle s'était permis une petite escapade incognito dans les rues de la ville et sa rencontre avec Aladdin ne la laisse guère indifférente. Au palais royal, le grand vizir, l'énigmatique Jasar ne désire qu'une chose, prendre le pouvoir à la place du sultan. Pour réaliser son rêve le plus cher, il a besoin de récupérer une lampe magique qui lui assurera trois vœux. Cependant, cet objet est caché dans le fin fond d'une caverne où seul un cœur pur peut y pénétrer et ce cœur pur se cache en Aladdin. Jafar devra donc user de stratégie pour entraîner le jeune vaurien dans son aventure et il découvrira rapidement qu'il ne pourra vraiment contrôler cet esprit libre. Toute une aventure se dessine, sous un spectre de prise de pouvoir se cache une véritable histoire d'amour.

Le prince des voleurs fait son entrée en haute définition chez nous dans la lignée des éditions diamants des studios Disney. Dans un boîtier standard, une belle image argentée nous montre les personnages attachants du récit. À l'intérieur, deux disques contenant la version Blu-ray et DVD du film ainsi qu'un code pour récupérer une copie numérique. Le menu, disponible en langue anglaise, française et espagnole, nous montre la vue qu'a Aladdin sur le palais d'Agrabah de sa modeste cachette. Le tout est accompagné d'une pièce musicale qui tourne en boucle et les options sont disponibles au bas de l'écran. À l'insertion du disque, Disney nous offre quelques bandes-annonces avec celle de nouvelle aventure de Pixar "The Good Dinosaur" prévu pour le "Thanksgiving" américain, la sortie prochaine d'Upside Down en Blu-ray qui nous promet un nouveau court-métrage, le premier rendez-vous de Riley et la dernière nous promet toute une aventure avec le dernier film de Brad Bird "Tomorrow Land" mettant en vedette George Clooney, Hugh Laurie et Britt Robertson.

Au niveau technique, l'attente aura valu la chandelle, car les studios nous offrent le film d'une façon magistrale. Avec un transfert vidéo qui fait revivre les personnages à l'écran comme nous ne les avons jamais vus, avec une image éclatante, des couleurs vives et une ambiance tout simplement magique. Il n'y a absolument rien à reprocher au travail fait par Disney en ce qui concerne la qualité de la vidéo offerte. Bien des productions actuelles peuvent s'avouer vaincues sur cet aspect si on les compare à ce titre de 1992. Tout aussi important pour ce type de film, l'aspect audio n'a pas été laissé pour contre avec une solide piste originale anglaise. Les dialogues sont clairs, audibles et intelligemment priorisés. La dynamique du film est également impressionnante, que ce soit pendant les poursuites à travers les rues d'Agrabah, la fuite en tapis durant l'effondrement de la caverne ou bien les numéros musicaux spectaculaires de Génie, tout est bien balancé et projeté pour notre plus grand plaisir. Une chose est sûre, le divertissement est au rendez-vous et les studios Disney n'auraient pas pu faire mieux que ce qu'ils nous présentent. Et pour les gens d'ici, notez que le doublage français qui se retrouve sur l'ensemble est celui du Québec avec entres autres, les voix de Joël Legendre, Manuel Tadros et Mario Desmarais.

Au niveau des suppléments, qui dit nouvelle édition, dit certainement nouveaux suppléments. L'édition diamant qui nous est présentée respecte la maxime et nous offre cinq nouveaux segments et une panoplie de suppléments classiques que l'on peut trouver sur l'édition DVD précédemment sortie. Tout d'abord, pour la nouveauté, on débute avec un hommage à Robin Williams et son incroyable génie dans l'interprétation du Génie avec "The Genie Outtakes". Les artisans du film nous parlent du talent de l'acteur à suivre le texte établi tout en partant sur une improvisation qui surprend tout monde. On poursuit avec une petite incursion sur Broadway avec "Aladdin: Creating Broadway Magic" où l'on suit l'acteur Darren Criss sur la scène. On continue avec "Unboxing Aladdin" où tous les "easters eggs" nous sont révélés par Joey Bragg du Disney Channel. Le segment "Genie 101" nous amène avec Scott Weinger, la voix d'Aladdin, qui nous donne un petit cours sur toutes les références du personnage. Cette section se termine avec "Ron & Jon: You Ain't Never Had a Friend Like Me" où Musker et Clements se remémore les années quatre-vingt-dix dans les studios, leur première rencontre, leurs collaborations au fil des ans et les raisons qui font qu'ils travaillent si bien ensemble. Pour la partie classique, on retrouve une vingtaine de segments dont deux pistes de commentaires très intéressantes et le making-of du film, un segment de plus d'une heure "A Diamond in the Rough". Cette présentation du film est sans contredit la perle de cette section et personne ne doit passer à côté. Pour le reste, on retrouve des chansons coupées au montage, des scènes supprimées ou allongées, des vidéoclips, un segment qui se consacre à la musique du film par Alan Menken et un autre sur l'animation du long-métrage.

Au final, cette sortie était sans contredit l'une des plus attendues de la part des amateurs et personne ne le regrettera. Avec une édition étoffée, où l'on retrouve du nouveau et du vieux matériel et surtout, une qualité technique irréprochable au niveau audio et vidéo, l'édition diamant d'Aladdin est on produit que l'on ne peut ignorer. Dépêchez-vous de mettre le grappin dessus avant que Disney ne décide de remettre cette histoire dans la voûte pour je ne sais combien d'années.


Cotes

Film10
Présentation8
Suppléments8
Vidéo10
Audio10