Animatrix
Warner Brothers

Réalisateur:
Année: 2003
Classification: NR
Durée: 101 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Japonaise (DD51), (selon la version : Française (DD51))
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible en version anglaise chez : Amazon.ca
Ce DVD est disponible en version anglaise avec CD chez : Amazon.ca
Ce DVD est disponible en version française chez : Amazon.ca
Ce DVD est disponible en version française avec CD chez : Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
5 juin 2003

2003 sera sans conteste l'année "The Matrix". Au mois de mai est sorti en salles le deuxième volet, The Matrix Reloaded, de ce film-surprise de 1999 suivi en novembre par le troisième volet, The Matrix : Revolutions. Entre les deux, histoire de ne pas perdre le fil, un DVD très intéressant vient compléter la collection : "The Animatrix". Il s'agit de neuf courts-métrages d'animation sur le thème du film. Sans oublier le jeu vidéo Enter the Matrix, sorti le même jour de mai que le film et sous tous les formats de consoles ou de PC.

Tout d'abord, une mise en garde : il existe plusieurs versions de ce DVD sur le marché. C'est important si vous achetez par correspondance, car selon la version, vous aurez, ou non, une version française d'incluse. Deux boîtiers sont disponibles : avec ou sans un CD audio bonus de la trame sonore. Et pour chaque type de boîtier, une version anglaise (sans version française, mais une version japonaise) et une version française (avec piste sonore française Dolby Digital 5.1, mais aussi anglaise et japonaise du même format). Des sous-titres en français sont par contre disponibles sur toutes les versions. Faites donc judicieusement votre choix.

Cette précision étant faite, revenons au contenu de cette précieuse galette avant qu'elle ne disparaisse dans le monde réel. Si vous êtes un habitué des salles obscures, vous avez déjà vu un de ces courts-métrages, "Final Flight of Osiris", puisqu'il était présenté en première partie du film Dreamcatcher sorti en salle en mars 2003. Et quant à ceux qui naviguent beaucoup sur Internet, quatre autres courts-métrages ont été "libérés" sur le site Web du film pour y être téléchargés à raison d'un par mois de février à mai 2003. Vous pouvez maintenant faire de la place sur votre disque dur puisqu'ils sont tous réunis sur ce DVD, en haute résolution et avec une piste française en Dolby Digital 5.1, s'il vous plaît !

Nous avons donc à notre disposition neuf films d'animation utilisant différentes techniques allant de l'animation photo réaliste du même type que Final Fantasy (avec d'ailleurs une partie de la même équipe) en passant par des productions de type bande dessinée 2D-3D utilisant la technologie informatique ou encore carrément la technique du dessin animé planche à planche à la main. Le résultat n'en est que des plus diversifié pour le bonheur des amateurs, mais aussi de ceux qui sont moins habitués avec ce type de production.

Les neuf courts-métrages sont : "Last Flight Of Osiris", "Second Renaissance Part I and Part II", "Kid's Story", "Program", "World Record" , "Beyond", "A Detective Story" et "Matriculated". Ils ont tous été produits par les réalisateurs de The Matrix, Larry et Andy Wachowski, mais sont tous d'origine japonaise. Si "Osiris" reprend l'histoire de la matrice telle qu'on la connaît (la bataille dans le monde réel avec les sentinelles et les voyages dans la matrice), "Second Renaissance" se présente plus comme un prélude à l'histoire avec les débuts de l'apparition des robots avec les humains et comment ces derniers ont créé un chaos dévastateur. "Kid's Story" pourrait être l'histoire de Neo (dont on entend la voix en fond sonore), un jeune étudiant qui fait des découvertes en discutant par Internet. "Program" pourrait être un remake de Crouching Tiger, mais avec un environnement virtuel. Les batailles des deux samouraïs sont grandioses. Dans "World Record" on retrouve un athlète à la recherche de lui-même qui découvrira l'existence de la matrice dans un excès de stress émotionnel. Le film "Beyond", très clair et coloré avec des effets 3D assez réussis, raconte l'histoire d'une jeune fille qui découvre une arrière court avec des lois physiques hors du commun. À l'opposé, "A Detective Story" est plus un hommage au film noir, déjà par une ambiance pratiquement uniquement bicolore. Tout comme le segment "Kid's Story" pouvait être l'histoire de Neo, ici nous sommes avec une jeune spécialiste de l'informatique du nom de Trinity, dont on entend la voix originale en fond sonore. Finalement, le film "Matriculated", qui est un mélange de création par ordinateur et de planches dessinées à la main, où nous retrouvons la difficile intégration d'un univers où doivent cohabiter les humains et les machines.

La qualité de l'image est au rendez-vous, ce qui est la moindre des choses pour du matériel provenant directement d'une source numérique. La précision visuelle de l'image varie par contre en fonction du créateur et concepteur de chaque film et de l'ambiance qu'il a voulu donner à son œuvre. Ainsi, le photoréaliste "Last Flight Of Osiris" est d'une précision redoutable alors que "Second Renaissance" ou "Beyond" baignent parfois dans un léger flou voulu et que "Program" reste dans un environnement sombre quasi permanent. Les trois pistes sonores offertes sont assez identiques quant à leur puissance. Les menus sont animés et interactifs avec de superbes effets 3D, mais malheureusement on notera l'impossibilité de changer de sous-titres ou de piste sonore sans être obligé de repasser par le menu correspondant et de recommencer le film depuis le début.

Les suppléments ne sont pas oubliés avec quatre des courts métrages qui possèdent un commentaire de leur réalisateur respectif, en japonais sous-titré en anglais (ces commentaires ne sont accessibles que depuis le menu des "bonus data"). Suit un documentaire d'environ vingt minutes, "Scroll to Screen : The History and Culture of Anime", sur les possibilités de l'animation japonaise dans le cinéma aujourd'hui en s'appuyant sur les différentes productions qui sont présentées dans ce DVD. Puis, sous la forme de pages de textes, de nombreuses biographies et informations sur les créateurs et producteurs de ces courts-métrages. La partie "Execution" nous présente sous la forme de sept documentaires de tournage, d'une durée totale d'environ 55 minutes, les dessous de chaque film avec des entretiens avec les réalisateurs ou producteurs et aussi des extraits d'autres productions de ces mêmes animateurs. On passe ensuite au jeu vidéo avec "Enter The Matrix : The Making", une petite bande-annonce de moins de trois minutes qui permet malgré tout de découvrir que ce jeu pour ordinateur et consoles contient encore plus de scènes cinématiques et de vrais films que le film n'en présente lui-même. Le jeu semble bien être une partie intégrante et différente de l'histoire complète de The Matrix et non simplement une reprise des films. Il existe aussi une partie DVD-ROM qui ne s'utilise qu'avec une connexion Internet puisque ce sont des liens qui nous emmènent sur des pages Web de Warner Studios.

La durée annoncée sur le boîtier est erronée, mais dans le bon sens. La durée totale des neuf films est de 93 minutes (101 minutes si on compte le très long générique de sept minutes 50). Si vous regardez les films indépendamment, le générique sera rajouté à la fin de chaque visionnement. La durée des suppléments est elle aussi fausse. Si on compte les commentaires pleine durée sur quatre des films, la durée totale des suppléments est d'environ 105 minutes, sans compter les pages de textes qui nous présentent les créateurs ni la partie DVD-ROM.

C'est un DVD que tout amateur de cette désormais incontournable "trilogie" doit posséder. À la différence de Matrix : Revisited, il ne s'agit nullement de réutilisation de matériel existant, mais bel et bien que du nouveau, certes sous la forme d'animation. Mais, et j'en ai eu la preuve, même ceux qui sont réfractaires aux dessins animés n'ont plus la même réaction ici. C'est de l'art. C'est intelligent. C'est nouveau et c'est indispensable. Bref, une superbe production avec un seul bémol au final : le boîtier "cartonné" qui n'est pas du tout à la hauteur du contenu. Dommage.


Cotes

Film10
Menu8
Suppléments10
Vidéo9
Audio10