Astro Le Petit Robot
Saison 1
DEP Distribution

Réalisateurs: Noboru Ishiguro, Osamu Tezuka
Année: 1980
Classification: G (QC)
Durée: 690 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Français (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 4 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
8 avril 2007

Astro, le robot le plus célèbre de l'univers, fête son ascension dans le véritable 21e siècle en renaissant à plusieurs occasions. Pour la première fois en français sur DVD, la compagnie DEP risque de remporter le gros lot au sein des nostalgiques.

Le destin d'Astro est lié à un homme: Osamu Tezuka. Pendant toute sa vie, ce Japonais extrêmement talentueux n'a pas arrêté de dessiner et de créer une multitude d'animations. Sa plus connue est bien entendu Tetsuwan Atom, ou Astro le petit robot dans la langue de Molière. Cette icône mondiale a eu plusieurs vies à la télévision. Tout d'abord en 1963 en noir et blanc. Cette série, disponible à un prix assez faramineux, jetait les prémisses d'une intrigue qui allait lui survivre à jamais. Deux décennies plus tard, l'enfant robot volant revenait en couleur pour marquer une nouvelle génération de spectateurs. C'est cette tranche historique que la compagnie DEP a décidé d'éditer en DVD. Il y a même eu de nouvelles aventures qui ont vu le jour en 2003, cette fois avec des dessins encore plus complexes. Un sens de l'esthétisme qui n'avait pourtant par le charme des récits originaux.

"Astro Le Petit robot" se déroule dans le futur. Des scientifiques ont construit des robots pour aider les humains dans leurs tâches. Lorsque son fils Thomas meurt d'un accident de voiture, le professeur Baltus décide de créer un prototype à son image. Non seulement cette nouvelle entité peut s'envoler et se battre comme cent hommes, mais elle est également dotée d'émotions humaines. Sauf que la technologie n'est pas infaillible et Astro peut devenir à tout moment une menace pour l'humanité. Recruté par un cirque, ce modèle retiendra rapidement l'attention du professeur Caudrine qui lui trouvera une nouvelle famille et des amis. Mais rien n'est simple à Futurapolis. Des humanoïdes maltraités en ont assez de leur condition et ils pensent se rebeller incessamment. Est-ce que ces deux espèces peuvent cohabiter pacifiquement? Rien n'est moins sûr. Mais dans l'ombre, le symbole de l'innocence et de l'égalité veille à la bonne sécurité de la nation.

Fortement inspirée du Metropolis de Fritz Lang, cette animation légendaire prêche la tolérance et le respect. Les différentes émissions, riches en détails de toute sorte, se déroulent à un train d'enfer. L'action, omniprésente, n'empêche pas les personnages d'évoluer graduellement et à l'humour de voir le jour. Les premiers segments semblent parfois répétitifs (un méchant arrive au début, il y a des catastrophes et avant le point de non-retour, Astro viendra sauver la mise), mais il ne faut pas se décourager. Peu à peu, les motivations deviennent plus évidentes et le manichéisme se dissout, comme quoi les deux pôles peuvent s'équilibrer dans la noirceur de la nuit.

Les dessins si uniques et particuliers d'Osamu Tezuka raviront tous ses admirateurs. Les yeux sont gros, les membres sont ronds et leurs mimiques se reconnaissent immédiatement. Le passage du temps n'a pourtant pas toujours été très tendre avec les épisodes. Le plein écran est rudimentaire, des égratignures apparaissent un peu partout et les couleurs peuvent changer du tout au tout en l'espace de deux scènes. Rien qui ne nuise à la progression si fascinante de l'intrigue. La musique immortelle de Nariaki Saegusa est bien entendu de retour, avec ce mélange si puissant de mélodies douces ou de symphonies plus technologiques et hachurées. La piste sonore française n'est guère élaborée et il n'y a aucun sous-titre, mais les voix sont très audibles et la traduction est plus que parfaite.

S'il est triste que les suppléments aient été laissés de côté, les boîtiers contiennent de belles photographies, alors que le coffret montre un Astro électrisé qui traverse le cosmos pour faire régner le bien et le juste. Une biographie du créateur est également disponible, revenant allègrement sur ses faits et gestes. Le menu principal montre un robot statique à droite et un montage rapide de scènes à gauche, le tout bercé sur la musique du générique. Les quatre DVD comprennent les 26 premiers épisodes. Chaque segment s'étend sur 23 minutes, avec une séance de récapitulation au début et une question de mémorisation à la fin. Voici les sujets abordés:

Cette édition francophone arrive malheureusement un peu tard. En 2005, la compagnie Manga Vidéo sortait la série complète (les 51 demi-heures) en anglais à un prix très raisonnable. En plus, il y avait un livret très exhaustif, des chansons en japonais et plusieurs comparaisons entre le matériel nippon et celui de Shakespeare. À cette époque, plusieurs fanatiques ont délié leur bourse. Est-ce qu'ils en feront autant pour ce nouveau produit? Tout est une question de langue.

Le récent Metropolis d'Osamu Tezuka sorti en 2003 en avait séduit plusieurs. Sauf que tous ces éléments complexes et déroutants se retrouvaient déjà dans son illustre Astro. Pour la première fois en français, la première saison de la série si populaire dans les années 1980 est disponible en DVD. Pour ceux qui ne prêchent que par ce langage, inutile d'hésiter très longtemps. En attendant la conclusion, toujours aussi démentielle et mémorable, qui devrait être disponible dans les prochains mois.


Cotes

Film8
Présentation7
Suppléments-
Vidéo6
Audio6