Bleach
Season One Box Set - The Substitute
Viz Media

Réalisateur: Noriyuki Abe
Année: 2004
Classification:
Durée: 460 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Japonais (DDST), Anglais (DDST)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 80
Nombre de disques: 5 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
5 août 2008

Le succès entraîne le succès. C'est le cas de "Bleach". Originalement, il s'agit d'un manga japonais publié en 2001 par Tite Kubo. Peu de temps après sa sortie, la critique et le public allaient participer à ce mini phénomène qui se décupla à la sortie de la série télévisée en 2004. En 2008, après plus de 150 épisodes, deux films et une tonne de produits dérivés, voilà que la première saison du dessin animé traitant de fantômes débarque en format DVD.

L'histoire est à la fois simple et compliquée, reprenant plusieurs aspects de l'excellent Blood+ qui a été lancé en magasins il y a de cela peu de temps. Ichigo est un garçon de 15 ans qui n'est pas comme les autres. Depuis que la jolie Rukia est apparue sur son chemin, sa vie ne sera plus jamais comme avant. En effet, l'adolescent verbomoteur détient maintenant des pouvoirs qui lui permettent de voir des âmes errantes et de les envoyer vers l'au-delà. Il doit toutefois faire attention, car des méchantes ombres ("les Hallow") ont envahi la ville et rien ne les arrêtera dans leurs desseins de mal et de destruction. Il n'est heureusement pas seul dans sa quête de libération et de rédemption.

Il ne faut pas toujours se fier au scénario. En apparence, "Bleach" ne se veut qu'une multiplication de combats entre le Bien et le Mal. Il n'en est presque rien. Dès les premiers épisodes, les personnages prennent de l'épaisseur, devenant profonds et tragiques assez rapidement. Non seulement l'animation parle de mort, mais elle aborde également les regrets du passé, la peine et la mélancolie en revenant sur l'importance de la vie. Peu à peu, trois réalités (le monde normal, celui de la noirceur et celui de la lumière) se superposent, un procédé narratif qui évite d'être trop mélangeant.

Par ses thèmes et ses affrontements, les liens se créent naturellement envers Blood+ qui se veut beaucoup plus réaliste. L'animation réalisée par Noriyuki Abe tend davantage vers la fantaisie avec ces personnages qui passent souvent leur temps à gesticuler et même à se battre, dont ce fils envers son propre père. L'intérêt ne serait pas le même sans la chimie entre le charismatique quoique légèrement énervant Ichigo et la plus raisonnée Rukia. Les engueulements sont nombreux, ce qui amène un peu d'humour au passage. Ils ne sont que les deux principaux représentants des "humains et autres dérivés" qui errent dans ces lieux parfois sombres et austères.

Cette première saison portant la mention "original and uncut" regroupe vingt épisodes sur cinq disques. Les segments d'environ 22 minutes sont entrecoupés à mi-parcours par un fondu noir. Rien de trop déstabilisant, mais quelques secondes de répit, une transition qui est plutôt répandue lors du passage d'une série animée de la télévision au DVD.

Les dessins sont parfois déformés, ce qui rappelle inévitablement les origines du manga. Le plein écran utilisé offre de belles couleurs étincelantes et des reflets tout à fait acceptables. Une luminosité un peu blanchâtre nuit cependant à l'ensemble, alors que l'animation ne s'embrasse pas de détails inutiles. En changeant d'univers, le rendu se fait asservir par le grain, une transition qui se veut tout à fait normale. Dans tous les cas, les contrastes sont sans tâche, tout comme la définition des contours.

Le soin apporté à la musique est de tous les instants. Les airs actifs et passifs lorgnent vers tous les styles et toutes les époques. À tel point qu'il y a parfois un peu trop de mélodies qui apparaissent à des endroits insoupçonnés et irréguliers. Sans utiliser totalement les différentes enceintes, les pistes sonores en Dolby Digital 2.0 retransmettent convenablement des bruits d'applaudissements, d'explosions et de vitre brisée. Entre une intéressante traduction dans la langue de Shakespeare et de beaux sous-titres blancs anglophones permettant de décortiquer le langage japonais original, il est tout de même parfois mieux de choisir la deuxième option, plus authentique et vivante.

La série est présentée dans un beau coffret blanc mettant l'emphase sur les deux personnages principaux. À l'intérieur du boîtier, il y a une carte à collection d'Ichigo, une affiche réversible et quelques photographies ornées de citations éloquentes. Le menu principal du DVD présente un montage rapide de scènes sur une musique à tendance rock. Quelques suppléments apparaissent sur les multiples disques. Il y a des esquisses montrant des dessins en noir et blanc, de la publicité vantant divers produits animés, le générique de fermeture dépourvu de la moindre écriture (mais avec la même musique anglophone sirupeuse) et finalement un documentaire de 20 minutes où les gens qui doublent les voix anglaises présentent les thèmes et les personnages. Malgré sa durée, ce document n'apprend presque rien de concret.

"Bleach: The Substitute: Season One" débute d'une très belle façon un dessin animé légèrement atypique. Entre les conventions et les quelques lieux communs, la série réussit à s'affirmer grâce aux soins apportés aux nombreux personnages. Surtout, il faut bien suivre les premières aventures afin de mieux saisir la suite. Après vingt épisodes devenant de plus en plus intéressants, l'attente ne sera heureusement pas trop longue, car le second volume est déjà prévu pour le 19 août 2008. En voilà une bonne nouvelle!


Cotes

Film7
Présentation8
Suppléments4
Vidéo7
Audio7