A Boy Named Charlie Brown / Snoopy Come Home
Paramount Home Entertainment / Peanuts Pictures

Réalisateur:
Année: 1969 / 1972
Classification: G
Durée: 86 / 80 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DDST) / Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-5) chacun

Le DVD "A Boy Named Charlie Brown" est disponible chez: Amazon.ca
Le DVD "Snoopy Come Home" est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Noël
5 novembre 2006

En 1969, après avoir écrit plusieurs bandes dessinées lues à travers le monde, Charles M. Schulz le créateur des personnages de Peanuts livrait un premier long-métrage au grand écran, "A Boy Named Charlie Brown". Ayant récolté un succès respectable, Schulz récidive à plusieurs reprises jusqu'en 1972, où il nous livre un premier long-métrage dont le nom Charlie Brown n'apparaît pas dans le titre, "Snoopy Come Home". Un doublé qu'on avait oublié après toutes ces années...

"A Boy Named Charlie Brown" débute avec la saison de baseball. Charlie Brown, lanceur de son équipe est incapable de maîtriser ses tirs efficacement. Lucy, décide alors de prendre en main le destin de l'équipe et tente d'aider Charlie à retrouver ses moyens grâce à des conseils de psychologie. Dans "Snoopy Come Home", le célèbre chien blanc reçoit un courrier de son premier propriétaire, Lila, qui l'invite à venir habiter avec elle. Tiré par ses sentiments, Snoopy ira rejoindre Lila. Pendant ce temps, Charlie Brown et ses amis recherchent activement leur ami. Reviendra-t-il?

Même si le monde de l'animation a subi une étonnante transformation et a atteint des sommets impressionnants, "A Boy Named Charlie Brown" et "Snoopy Come Home" se regardent toujours avec passions et intérêts malgré la trentaine d'années qui les séparent de leur création. Par contre, les réactions parfois simplistes des personnages (Charlie Brown lorsqu'il perd son chien dans "Snoopy Come Home") peut rendre le visionnement parfois ennuyant pour un jeune d'aujourd'hui qui est habitué à des dessins animées beaucoup plus articulés. Encore une fois, la musique prend une place primordiale dans l'ambiance du film. Vince Guaraldi signe la première trame sonore uniquement musicale et Richard & Robert Sherman divertissent quand à eux, le spectateur avec la fameuse phrase "No Dog's Allowed" qui revient à plusieurs reprises lors de la quête de Snoopy dans sa recherche de Lila.

Il est surprenant de constater le travail sonore et colossal réalisé sur les deux pistes sonores anglophones. Contrairement à plusieurs œuvres de cet âge, les bruits de craquement de pellicules d'interférences sont presque totalement absents. Le visuel se démarque moins bien puisque des cheveux et des tremblements apparaissent à quelques reprises, mais ne nuisent cependant pas au visionnement des films. Les menus sont colorés et invitants, piquant la curiosité du cinéphile.

En comparaison avec la série Garfield qui rejoint le même public, on peut affirmer que le traitement en format DVD est quelque peu supérieur à celui du chat orangé. Par contre, on ne retrouve aucun boni.


Cotes

Film8
Présentation9
Suppléments-
Vidéo5/6
Audio7/8