Brother Bear
Special Edition
Buena Vista Home Entertainment

Réalisateurs: Aaron Blaise, Robert Walker
Année: 2003
Classification: G
Durée: 85 minutes
Ratio: 2.35:1 / 1.66:1
Anamorphique: Oui
Langue:
  • Disque 1: Anglais (DD51), Français (DD51), Espagnol (DD51)
  • Disque 2: Anglais (DD51, DTS51), Français (DD51)
    Sous-titres: Anglais
    Nombre de chapitres: 28
    Nombre de disques: 2 (DVD-9)

    Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

    Selon Amélie Gravel
    4 avril 2004

    Il y a 10 000 ans, l'ère de glace venait tout juste de se terminer dans les Territoires du Nord-Ouest du Pacifique. Un jeune garçon du nom de Kenaï s'apprête à devenir un homme par le biais d'une cérémonie qui regroupe tous les villageois, sous la direction de la sage Tanana. Cette cérémonie consiste en une consultation des Grands Esprits pour savoir quel icône de totem guidera le destin du nouvel homme. En apprenant que le sien sera l'ours, qui représente l'amour, Kenaï est très déçu, s'étant attendu à quelque chose de plus viril. Mais il ne sait pas encore ce que provoquera ce choix.

    Après la cérémonie, Kenaï et ses deux frères partent pour la chasse à l'ours. Ignorant les avertissements de ses frères et les enseignements transmis par les légendes ancestrales, Kenaï se met en tête d'avoir la peau de l'ours à tout prix. Il se lance donc sans réfléchir dans une chasse qui ne lui donnera rien, enlevant plutôt la vie de son frère aîné qui était intervenu pour le protéger. Suite à ce décès, Kenaï se donne un seul but: avoir la peau de l'ours qui a tué son frère. Son deuxième frère, Denahi, refuse de suivre cette voie, préférant ne pas fâcher les Grands Esprits (son totem à lui représente la sagesse, voie qu'il ne suit pourtant pas toujours!). L'adolescent fougueux part donc seul sur les traces de l'ours et parvient finalement à le tuer, ce qui, comme le prédisait Denahi, a enragé le ciel.

    Étant tombé inconscient après l'attaque, Kenaï se réveille au beau milieu de la forêt, Tanana à ses côtés. Celle-ci lui fera découvrir une triste réalité: comme leçon, les Esprits ont décidé d'utiliser le mythe de la transformation et ont changé Kenaï en ours. Comme seul indice, Tanana lui mentionne que s'il veut retrouver sa forme originale, il doit régler ses comptes avec l'esprit de Sitka, le frère qu'il a voulu venger. Kenaï tente alors de trouver la montagne magique où les ancêtres se manifestent, ce qui n'est pas facile étant donné qu'il parle maintenant un langage que seuls les animaux peuvent comprendre et que ceux-ci l'évitent tous, ayant peur de l'ours. Les seuls avec qui il parvient à entrer en contact sont deux orignaux stupides qui ne l'aident pas du tout.

    Un peu plus tard, son pied s'étant pris dans un piège, Kenaï est mobilisé les pattes en l'air. C'est alors que Koda, un ourson, fait son apparition. Ce dernier croyant s'être fait un nouvel ami, il est tout heureux de le libérer et de l'inviter à l'accompagner à la rivière aux saumons. Ce que Kenaï n'acceptera que lorsque le jeune ours lui mentionnera qu'il sait où se trouve la montagne tant cherchée, car sans cela, il n'aurait jamais souhaité la présence de Koda à ses côtés. Mais le temps lui apprendra à bien connaître le petit ourson attachant et qui lui donnera plusieurs leçons de vie, ce qui est en fait le but ultime de la transformation.

    Le menu est vraiment joli et nous montre dès la première seconde à quel genre de film nous faisons affaire. Nous pénétrons dans une forêt où les deux orignaux, Rutt et Tuke, discutent de manière toute aussi intelligente que dans le film. La caméra se fixe ensuite sur une chute qui coule dans un petit ruisseau, pendant qu'on entend toujours le dialogue entre les deux frères en plus de la chanson-thème du film qui joue de manière instrumentale.

    Comme tout bon DVD de Disney, les suppléments sont très nombreux sur les deux disques de l'édition spéciale de "Brother Bear". Sur le disque 1, nous trouvons d'abord dix-sept prises ratées très drôles qui se succèdent très rapidement et qui sont commentées par nul autre que Koda. Vient après une chanson en format "Sing Along", "On My Way", qui est sans doute la chanson la plus connue de la production. Pour continuer sur le volet musical, le vidéoclip de Phil Collins, "Look Through My Eyes" est disponible. Ensuite, deux jeux peuvent amuser les tout-petits. Le premier, "Bone Puzzle", nous fait découvrir un jeu auquel Kenaï et Denahi s'amusaient lorsqu'ils étaient plus petits. Dans le sol, des traces sont formées et nous devons trouver la pièce qui entrera correctement dans ces traces. Le deuxième est présenté par Tanana qui nous présente un questionnaire contenant une douzaine de questions qui l'aidera à choisir le totem qui nous conviendra. Une définition de la signification de notre totem sera par la suite expliquée par la sage. Nous pouvons regarder une piste de commentaires bien particulière: le film est détaillé par les frères Rutt et Tuke. Malgré ce que nous pouvons penser, ils donnent quand même des détails assez pertinents et très intéressants, sans oublier leur petit côté humoristique qui donne un côté original à un supplément qui est plus souvent qu'autrement assez monotone. Finalement, quelques bandes-annonces nous donnent une idée de certaines productions de Disney qui feront bientôt leur apparition sur DVD.

    Sur le disque 2, nous avons droit à une exclusivité: la chanson "Fishing", qui a été composée par Phil Collins, mais qui n'a pas été utilisée dans le film. Nous voyons les graphiques des images qui auraient illustré la chanson s'ils ne l'avaient pas retranchée, le tout accompagné des commentaires de l'auteur-interprète. La chanson "Transformation" a été, elle, incluse dans le long métrage. Elle y est interprétée dans la langue Inuit. Afin de la comprendre davantage, Phil Collins nous la présente avec une traduction anglaise dans le bas de l'écran. Les images qui accompagnent le son sont celles de l'enregistrement de cette mélodie en studio. Trois scènes retranchées du montage sont ensuite introduites et commentées par les producteurs. Enfin, nous pouvons en apprendre plus sur la création de "Brother Bear" en visionnant le documentaire "Paths Of Discovery", qui est en fait un "making of" très complet qui discute de tous les aspects inspiration de l'histoire, écriture, choix des interprètes des personnages (dont les acteurs Joaquin Phoenix, D.B. Sweeney et Jason Raize, qui interprétait Simba sur Broadway), création des illustrations, animation, écriture et enregistrement des pièces musicales, et j'en passe. Tous les sujets traités sont extrêmement variés et tous les commentaires sont pertinents et d'un intérêt immense. La forme dont il est présenté dans le menu nous permet une possibilité que je n'avais encore jamais vue: les différents thèmes inclus dans le "making of" sont tous détaillés et nous pouvons choisir directement à quelle partie nous voulons sauter si nous ne voulons pas le regarder en entier. Mais il vaut cependant la peine d'être visionné d'un bout à l'autre.

    Les images de "Brother Bear" sont, comme tous les autres classiques de Disney, magnifiques. Les paysages naturels sont des représentations fidèles à ce que le monde devait ressembler à cette époque et nous donne pratiquement envie d'y vivre. Le choix des couleurs donne un effet magique, comme le fait le mythe de transformation des Grands Esprits. Les deux disques de l'édition spéciale nous permettent de voir deux versions différentes du ratio du film. Cependant, je tiens à souligner qu'ils sont tous les deux panoramiques. En effet, "Brother Bear" a été créé dans deux formes de panoramique: sur le premier disque, nous voyons celle dont la ratio est qualifiée de "Family-Friendly" (qui se regarde bien en sur un téléviseur standard) , c'est-à-dire 1.66:1. Sur le deuxième disque, nous voyons la version présentée en salles, dont la ratio est de 2.35:1. Sur cette version, cependant, les vingt-quatre premières minutes ne contiennent pas des barres noires que dans le haut et le bas de l'écran. L'image est complètement encadrée afin de respecter le format original (1.85:1). Mais après ces minutes, tout revient au ratio indiqué.

    La trame sonore est assurée par Phil Collins, qui a participé à l'écriture de la musique et des paroles ainsi qu'à l'interprétation, tout comme il l'avait fait pour le film Tarzan. Le résultat est très réussi, les chansons étant parfaitement adaptées à l'histoire et ayant un rythme qui plaira à tous. Encore une fois, nous avons droit à deux types de qualité audio, dépendamment du disque que vous visionnez. Sur le premier, vous avez trois choix de piste sonore, soit anglais, français et espagnol, toutes produites en Dolby Digital 5.1. Sur le deuxième, vous avez seulement les langues anglais et français, mais vous avez droit à une piste DTS 5.1 en ce qui concerne la version anglaise.

    J'ai tout simplement adoré "Brother Bear". Comme la majorité des oeuvres produites par Disney, l'histoire contient un message qui transmet de bonnes valeurs et de belles leçons, tout comme le faisaient les transformations à l'époque. Mais le côté moralisateur est de beaucoup atténué par les multiples blagues et situations comiques qui surviennent durant le film. Les personnages sont tous aussi attachants et réussissent à nous tirer une petite larme de temps en temps, et la musique nous entre très facilement dans la tête. Bref, "Brother Bear" est un autre succès dont Disney peut être fier.


    Cotes

    Film10
    Menu8
    Suppléments9
    Vidéo9
    Audio8