Despicable Me
Universal Studios Home Video

Réalisateurs: Pierre Coffin, Chris Renaud
Année: 2010
Classification: G
Durée: 95 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DVS20), Français (DD51), Espagnol (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 025192018176

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
7 janvier 2011

Enfin une alternative aux studios Pixar et Dreamworks! Sans être la meilleure animation de l'année, "Despicable Me" séduit amplement avec ses beaux personnages et son humour irrésistible. Comme quoi il est possible de prendre un malin plaisir à être méchant et ignoble.

Gru (voix de Steve Carell dans la version originale) aimerait devenir le plus grand vilain de l'univers. Il a toutefois de la sérieuse compétition avec l'excentrique Vector (Jason Segel) qui lui met périodiquement des bâtons dans les roues. L'enjeu n'est pas moins de subtiliser la lune! Pour y parvenir, Gru concocte un plan diabolique en accueillant chez lui trois orphelins innocents. Qui sait, peut-être qu'au contact de ces enfants sans défense, il deviendra une meilleure personne...

En matière d'animations américaines, la plupart des gros studios comme Pixar, Dreamworks et Fox se livrent régulièrement des duels pour s'accaparer la part du marché, très lucratif en cette ère où les films pour adultes déçoivent généralement au box-office. C'est dans cette mouvance qu'apparaît le "Despicable Me" de Universal qui peut compter sur deux réalisateurs talentueux (Pierre Coffin et Chris Renaud) et une équipe provenant des quatre coins de la planète.

À priori, la bonne vieille formule du divertissement à tout prix semble de mise. Deux individus se chamaillent pour être le meilleur et ils ne se font vraiment pas de cadeaux. Du coup, il est presque possible d'y retrouver la rivalité des Looney Tunes avec ces nombreux pièges qui décoiffent, et même de la pâle et décevante copie Megamind. Pourtant, après une bonne séance de rires sans trop d'effets secondaires, le cinéphile craint que la recette dure jusqu'à la fin.

Il a tort, heureusement. À mi-chemin, trois mignonnes et attendrissantes fillettes font leur entrée, ce qui permet d'évoquer l'esprit de Charles Dickens. C'est également grâce à elle que l'émotion arrive, éclatant principalement vers la fin, rendant les yeux tristes lors de moments plus déchirants. Rien de trop compliqué ou d'inédit, mais des bons sentiments qui font toujours du bien à voir, comme la nécessité d'avoir une famille et de se sentir aimé.

Plus que pour ses attrayants dessins, l'ensemble enchante grâce à ses personnages. Les enfants provoquent leur lot de sourires, le rival semble être atteint d'une folie inoffensive, et le cocasse antihéros bénéficie grandement de la voix de Steve Carrel - nettement plus à l'aise ici que dans Date Night - et d'une démarche qui rappelle celle de Mr. Bean. Ce sont cependant ses "troupes" qui lui volent la vedette. Gru est accompagné d'une multitude de simili Ewok jaunes sans poil qui émettent des bruits bizarres tout en se donnant des baffes! Comme dans le grandiose Wall-E et les populaires Ice Age, les scénaristes n'ont pas hésité à valoriser des gags muets et donc universels, qui peuvent compter sur des acrobaties de mimiques d'êtres qui gesticulent.

Même s'il ne s'agit que de l'édition DVD et non Blu-ray, les images sont resplendissantes. La palette de couleurs semble infinie, tout comme le soin apporté aux teintes et aux détails. Les contrastes surprennent également par leur profondeur, leur homogénéité. La rétine est tellement occupée que le reste du corps risque d'oublier la belle présence audio. Heureusement, les oreilles ne vont pas manquer de remarquer ces enceintes qui regorgent de bruits aussi divers que des cris, des tirs diffus et des grondements d'avions. Les pistes sonores en Dolby Digital 5.1 n'oublient pas de rendre toujours audibles les dialogues, et il y a même de très visibles sous-titres blancs si le désir se fait ressentir.

La pochette qui représente la plupart des héros plaira sans aucun doute aux plus jeunes. Aussi simple que comique, le menu principal du disque est peuplé de ces êtres jaunes qui rigolent pour des riens. Il faudra s'investir quelque peu dans les suppléments afin de découvrir quelque chose qui mérite le détour. Le documentaire sur la production est banal, tout comme celui sur la musique et le troisième qui explique les avantages de la coproduction (avec de nombreux pays, dont la France). Un jeu permet aux néophytes de s'initier à l'architecture, pendant que leurs parents préféreront jeter un coup d'œil (et d'oreille) à la piste de commentaires. Bien que les propos des deux cinéastes soient intéressants, ils se sont sentis obligés d'inclure une multitude de bruits inutiles des entités extraterrestres, ce qui finit par lasser au bout d'une demi-heure.

Avec son rythme alerte et son mélange tout à fait satisfaisant de blagues hilarantes et de tendres moments doux, "Despicable Me" est un moment parfait pour toute la famille. Un très beau complément au nettement supérieur Toy Story 3.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments6
Vidéo9
Audio8