Anne of the Thousand Days / Mary Queen of Scots
Universal Studios Home Video

Réalisateur: Charles Jarrott
Année: 1969 / 1972
Classification: PG
Durée: 146 / 132 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD20), Français (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Daniel Cyr
19 septembre 2007

Hal B. Wallis a été un producteur très prolifique au cours de sa carrière de 1931 à 1975. Il a produit plus de 350 films tels, Sergeant York, Casablanca, The Adventure of Robin Hood et They Died with Their Boots On. Au cours des années 1960, il connut énormément de succès avec les innombrables comédies musicales mettant en vedette Elvis Presley ce qui lui a permis de remplir ses coffres et de l'investir par la suite dans des productions un peu plus risquées financièrement parlant.

Cet amant de l'histoire produit trois joyaux du septième art touchant les grands moments de la royauté britannique : Becket, "Anne of the Thousand Days" et "Mary, Queen of Scots". Trois œuvres qui sont devenues au fil du temps de véritables monuments cinématographiques. Universal offre, pour notre plus grand plaisir, une nouvelle édition DVD comprenant deux de ces films dans un seul boîtier : "Anne of the Thousand Days" et "Mary, Queen of Scots". Vous découvrirez à travers ces deux aventures, la vie trépidante de deux reines se diriger vers un même destin tragique: elles seront décapitées.

"Anne of the Thousand Days" du réalisateur Charles Jarrott raconte la triste destinée d'Anne Boleyn (Geneviève Bujold) qui deviendra l'une des nombreuses épouses du roi Henri VIII (Richard Burton). L'épouse du roi donne naissance à un héritier. Tout le monde s'attend à un fils et le roi est d'ailleurs persuadé que sa reine n'a pu que lui faire un garçon. Hélas, c'est une fille qu'on baptisera Elisabeth. Pour le roi c'en est trop. Il se détourne de son épouse. Plus tard, la reine est enfermée à la Tour de Londres : on l'accuse de trahison, d'adultère et d'inceste. Elle est décapitée en 1536. Plus tard, la seule héritière vivante du roi Henri VIII, Elisabeth, devint la légendaire "reine vierge" sous le nom d'Elisabeth I, régnant de 1559 jusqu'en 1603.

Le film acclamé partout dans le monde reçut dix nominations aux Oscars, dont le meilleur film, le meilleur acteur (Richard Burton), le meilleur acteur de soutien (Anthony Quayle) et la meilleure actrice (Geneviève Bujold). "Anne of the Thousand Days" ne remporta qu'une seule et unique statuette dans la catégorie des plus beaux costumes.

Il serait intéressant que vous sachiez que le producteur Hal B. Wallis fut tellement satisfait du travail de son metteur en scène Charles Jarrott pour ce film qu'il lui demanda de récidiver pour son "Mary, Queen of Scots". Le producteur demanda également à Geneviève Bujold d'être une fois de plus de la partie et de bien vouloir venir camper le personnage de Marie Stuart, mais l'actrice d'origine québécoise refusa la proposition par peur d'être trop identifiée dans des rôles trop similaires. Wallis, terriblement déçut par ce refus, se tourna alors vers l'excellente Vanessa Redgrave qui l'accepta aussitôt. "Mary, Queen of Scots" fit un tabac au guichet et obtint cinq nominations aux Oscars, dont celui de la meilleure actrice pour Vanessa Redgrave.

"Mary, Queen of Scots" est en quelque sorte une suite du film précédent puisque nous retrouvons Elisabeth I confortablement installée sur le trône d'Angleterre. Elle sera confrontée à Marie Stuart, la reine d'Écosse. En août 1561, elle trouva son royaume agité par les révoltes nobiliaires et presbytériennes menées par le prédicateur extrémiste John Knox. Assez rapidement, Marie parvint à séduire ses sujets, à rétablir son autorité et à imposer la tolérance religieuse réciproque. Après une vie tumultueuse, Marie Stuart doit fuir l'Écosse. Elle se réfugie en Angleterre. Elle devient une réfugiée très embarrassante pour Elisabeth I. Elle fut alors placée en résidence surveillée. Elle devint alors, malgré elle, l'instrument de tous les ennemis d'Elisabeth I qui devenaient de plus en plus nombreux, en Angleterre. Cette dernière se sentit de plus en plus menacée. Finalement, Marie Stuart fut jugée et condamnée à mort.

"Anne of the Thousand Days / Mary, Queen of Scots" est d'une splendeur visuelle de tous instants dont on n'a pas fini d'épuiser la richesse thématique. La réussite de ces deux films doit beaucoup au cinéaste Charles Jarrott qui injecte beaucoup d'humanité et de désespoir à ses personnages qui sont pathétiques, émouvants à souhait et où l'héroïne à la fin de l'histoire est sacrifiée en quelque sorte aux intérêts suprêmes du pouvoir royal.

Cette édition DVD ne propose que la version originale anglaise sur les deux films. Les dialogues s'intègrent bien à l'environnement sonore. La définition générale de l'image est d'excellente qualité, compte tenu de l'âge des films. Les couleurs sont parfaitement représentées, riches et bien saturées. Les teintes de peau sont dépeintes avec naturel et constance. Les détails et textures sont correctement reproduits. À peine quelques plans semblent un peu moins précis. En ce qui concerne les suppléments, ce n'est pas la mer à boire. Vous avez l'opportunité d'écouter des commentaires sur la musique du film "Mary, Queen of Scots" et diverses bandes-annonces.

Voilà mes chers lecteurs, deux films légendaires où nous retrouvons en scène les plus grands acteurs du cinéma britannique interpréter avec finesse des personnages mythiques de l'histoire de la royauté anglaise. L'ambiance, le décor et les costumes nous font revivre majestueusement cette époque comme si nous y étions réellement. "Anne of the Thousand Days \ Mary, Queen of Scots" est une édition DVD double de très grande qualité et mérite une place de roi et de reine dans votre vidéothèque.


Cotes

Film10
Présentation2
Suppléments3
Vidéo7
Audio5