Arctic Tale
Paramount Home Entertainment

Réalisateurs: Adam Ravetch, Sarah Robertson
Année: 2007
Classification: G
Durée: 86 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20), Français (DD51), Espagnol (DD51)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 15
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
19 décembre 2007

Les documentaires animaliers ne se comptent plus. Tout comme les œuvres sur l'environnement. Plus près de l'excellent La marche de l'empereur que de l'odyssée Le dernier continent, place au rafraîchissant "Arctic Tale".

Comme son nom l'indique, "Arctic Tale" s'intéresse au sort de quelques animaux qui naissent et grandissent sur le continent le plus au nord de la planète. Il y a tout d'abord maman ours et ses deux petits qui doivent inlassablement trouver de la nourriture en évitant les attaques sournoises des ours mâles. Il y a ensuite un troupeau de morses qui enseignent à leurs jeunes progénitures les rudiments de la chasse sous-marine pour pouvoir ensuite se prélasser sur une banquise au soleil.

Ces aller-retour incessants entre la terre de glace et l'eau se situent à mi-chemin entre le documentaire et la fiction. D'un côté, il y a des mammifères dans leur habitat naturel qui se battent pour survivre. De l'autre, il y a une narration réussie de Queen Latifah (Anne Dorval en français) qui raconte des histoires et qui fait en sorte que le spectateur s'intéresse au sort des animaux. Ainsi, il y a des aspects comiques, du suspense à savoir si les bêtes vont s'échapper des dangers environnants, et même des drames qui risquent de bouleverser terriblement les jeunes âmes sensibles. Le tout pendant un cycle de vie qui va de la naissance jusqu'à l'accouchement d'une nouvelle génération.

Doté du sceau "National Geographic", cette production réalisée par le couple Adam Ravetch et Sarah Robertson contient des images formidables qui sont souvent révélatrices. Plusieurs plans coupent le souffle et il est parfois permis de se demander comment ils ont été captés. Le rendu vidéo est tout simplement magnifique. Les couleurs froides sont omniprésentes (le bleu, le blanc, le noir) et la qualité des contrastes est ciselante. Les différentes pistes sonores sont de bonnes factures, utilisant les différentes enceintes pour laisser échapper les bourrasques et les quelques mélodies. Les voix sont faciles à saisir et il y a de très beaux sous-titres jaunes en anglais, en français et en espagnol. La musique reprend des airs populaires et, combinés aux situations, il est permis de sourire largement. Malgré quelques fausses notes sur le plan de l'humour (voir et entendre des morses laisser échapper des gaz pendant de longues minutes ne sert strictement à rien), la trame narrative met de l'avant le changement des conditions climatiques qui modifient considérablement le rythme de vie des animaux.

La pochette est particulièrement attrayante. Il y a des ours et des morses qui semblent vouloir des caresses. Le menu principal du DVD offre un montage de scènes coquines porté par une mélodie un peu trop poussive et mélodramatique. Les suppléments sont cependant peu nombreux. Il y a tout d'abord un documentaire de 24 minutes sur la réalisation du projet, les difficultés de tourner en zones à risques et la construction de cages pour s'approcher des animaux. Le couple de cinéastes discute de leurs apports mutuels, ce qui offre au segment un surplus d'âme et de commentaires humoristiques. Ensuite, ce sont deux enfants qui parlent de leurs périples à la rencontre d'ours polaires! Original et enfantin pour les plus petits, mais il n'y a pas grand-chose à apprendre là-dedans. Le tout se termine par la bande-annonce originale et quelques publicités diverses.

Les plus cyniques trouveront que "Arctic Tale" nage dans des eaux usées et qu'il n'amène strictement rien de nouveau à l'épineuse question du réchauffement de la planète. C'est vrai. Surtout que le résultat final ressemble étrangement au supérieur La planète blanche qui a pris l'affiche l'année dernière. Il y a encore trois ours au rendez-vous et la musique est loin d'être aussi soignée. Sauf que ces répétitions fonctionnent en tant que renforcement. Il faut être bombardé encore et toujours d'images pour que le comportement se modifie. Est-ce réellement surprenant que ce documentaire américain se termine aussi subtilement que par un "If..."? Malgré un rythme quelque peu défaillant et des répétitions, les messages n'ont jamais été aussi importants. Toute la famille (et principalement les enfants) sera rapidement touchée par ces êtres trop mignons qui doivent co-exister dans une nature sans balance.


Cotes

Film6
Présentation6
Suppléments3
Vidéo8
Audio7