A.I. : Artificial Intelligence
Special Edition
DreamWorks

Réalisateur: Steven Spielberg
Année: 2001
Classification: PG-13
Durée: 145 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DTS51, DD51, DD20), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres: 31
Nombre de disques: 2 (DVD-9 + DVD-5)

Ce DVD est disponible chez :

Selon Martin Albert
31 mai 2002

Ce film raconte les aventures d'un petit robot tellement réel que personne n'est certain de ce qu'ils voient. Jusqu'à date, les robots, appelés mechas, réagissaient selon leur expérience mais aucun d'eux avaient des émotions. Ces robots très sophistiqués sont les compagnons des humains menacés par le réchauffement de la planète (la calotte polaire a fondu et les océans ont monté en niveau) . Les gens ne peuvent plus avoir d'enfant sans obtenir une permission du gouvernement (nous savons tous comment ça peut être long des fois) car une personne vivante utilise beaucoup de ressources toute leur vie. Les gens se sont tourné vers les mechas qui en consomme absolument aucune après leur construction. Mais les robots ne ressente absolument rien pour leur maître et ne sont que des réponses pré-programmées.

Cependant, une compagnie a mis au point un prototype de mechas qu'ils ont nommé David. Celui-ci est programmé avec des émotions et est prêt à donner l'amour à ses "parents" sans condition. Mais les pauvres parents ne sont pas préparés aux conséquences. David leur avait été proposé pour "remplacé" leur fils qui avait une maladie incurable. Un jour, les docteurs ont dégelé leur vrai fils pour finalement le soigner. La mère est bien contente mais elle se retrouve avec deux fils, David et Martin. Ce dernier tente de briser David afin d'avoir tout l'amour de sa mère.

La maman qui n'est plus capable, veut retourner le robot à la compagnie mais ils vont le détruire à cause du protocole d'amour inconditionnel. La maman ne veut pas de mal à son "nouveau" fils et lui dit de s'enfuir. Ici, on assiste à une des scènes les plus émotionnelles du film qui, selon moi, aurait dû mériter une nomination aux Oscars! Haley Joel Osment va aller loin dans sa carrière s'il continue à être bon comme ça!

Après sa fuite, il rencontre Gigolo Joe mais aussi les organisateurs d'un Flesh Fair, endroit où les humains détruisent les robots pour le plaisir. Ils réussissent à s'échapper d'eux et part à la recherche de la "Fée Bleu" qui réalisera son veux le plus cher… devenir vrai.

Il est difficile de vous dire comment cette histoire est fantastique sans vous dire de "punch". Le film vous fera rire, pleuré, avoir peur et toute la gamme des émotions. En plus de ça, le film est auditivement et visuellement fantastique. L'histoire est cependant vague (c'est basé sur une idée de Kubrick après tout) et contient des longueurs, plus particulièrement vers la fin. Quant à moi, j'aurais sacrifié les cinq derniers chapitres de l'histoire. Ces chapitres sont comme une deuxième histoire qui n'apporte pas vraiment quelque chose à l'histoire. C'est seulement là pour donner une impression d'une fin moins triste… mais elle est finie avec le même résultat. C'est comme une conclusion pour dire où est rendue l'évolution des mechas (non… ce n'est pas des extra-terrestres… Écoutez les conversations, mettez les sous-titres!).

Nous ne pouvons parler de ce film sans noter l'extravagante collection d'effets visuels qui se retrouve dans ce film : Les robots de toute forme et de toute fonctionnalité, des éléments futuristes dans un décor contemporain, d'autres décors totalement futuristes et un New York totalement sous l'eau. Le tout, incroyablement bien réalisé par l'unique Steven Spielberg.

Le menu est animé par une bulle dans laquelle de déroulent plusieurs scènes du film… mais attention, cette animation contient des scènes que l'on ne veut pas nécessairement voir avant d'avoir visionné la présentation principale. La sélection des chapitres est également animée. En fait, tous les menus sont animés y compris la page de sélection des sous-titres. Parlant de sous-titres, ils ont inclus dans les extras des sous-titres espagnols et français. Pourquoi ne pas avoir inclus des sous-titres anglais? La qualité audiovisuelle de la présentation est très bien soignée. Que ce soir à la lumière ou dans les recoins sombre, la qualité de l'image reste très constante. Le son nous englobe dans ce monde futuriste.

Sur le premier disque, nous retrouvons un documentaire sur la création du film avec des interviews avec les gens de la production. Nous y retrouvons entre autres Steven Spielberg qui racontent comment Stanley Kubrick et lui ont collaboré au développement de l'histoire et que c'est pour lui un hommage à son ami d'avoir réalisé le film.

Le second disque est bien intéressant. Laurent Bouzereau, celui derrière les superbes documentaires sur les DVD de la collection Hitchcock de Universal, a développé le contenu de ce DVD. Il y a d'abord un documentaire sur le portait de David et Gigolo Joe avec des interviews des deux acteurs et du réalisateur. Suite à cela, il y a un documentaire sur le design du film sur papier et dans la réalité que se soit les décors, les costumes ou l'éclairage. Ensuite, le directeur des effets spéciaux nous parle de son expérience à travailler sur ce film et nous montre quelques montages qu'il a produit. Ensuite, il y a un documentaire sur le design des robots dans le film de Teddy aux robots non-licenciés et un documentaire sur le design des effets informatiques de ILM (une vue d'ensemble, les robots, les maquettes, la séquence de New York sous l'eau et les personnages complètement par ordinateur). Ensuite viennent des documentaires sur le design du son et de la musique.

Le documentaire suivant est un exposé de Steven Spielberg sur notre responsabilité envers la technologie. Les crédits de la création du DVD défilent durant qu'il parle. Nous sommes tellement intéressés par ce qu'il dit que nous n'avons pas le choix de voir ces crédits. Ingénieux!

Le reste du DVD contient des éléments plus standards (mais sur une échelle plus grande qu'à l'habitude) : deux bandes-annonces, trois ensemble de storyboards, les dessins de Chris Baker (Fangorn), des dessins de production, les dessins conceptuels de ILM, une galerie de photos promotionnelles, une galerie de photos derrière les caméras, une biographie / filmographie COMPLETE des acteurs et des artisans de la production et des notes de production (en plus des notes écrites sur l'encart inclus dans le boîtier.

Une histoire extra-ordinaire emballée dans un DVD extra-ordinaire… c'est la définition de "A.I. : Artificial Intelligence". J'ai adoré le film et je vais probablement vouloir le revoir encore et encore. Une deuxième écoute m'a bien aidé à comprendre bien des points qui n'étaient pas clairs et m'ont aidé à mieux apprécier le film.


Cotes

Film9
Menu9
Suppléments10
Vidéo9
Audio8