A Serious Man
Alliance Vivafilm

Réalisateurs: Joel Coen, Ethan Coen
Année: 2009
Classification: 14A
Durée: 116 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Espagnol (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 065935833505

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
5 février 2010

Les frères Coen se plaisent à déjouer les attentes. Après avoir remporté l'Oscar du meilleur film pour l'excellent No Country For Old Men et offert le jubilatoire Burn After Reading avec sa distribution cinq étoiles, place au beaucoup plus tempéré "A Serious Man".

En 1967, la vie de l'enseignant Larry Gopnik (Michael Stuhlbarg) vole en éclat. Sa femme aime un autre homme, ses enfants remettent en cause son autorité, son frère colle encore à la maison, ses voisins sont bizarres et un de ses élèves demandent ardemment une révision de notes. Rien ne va plus, surtout pas sa foi hébraïque qui en prend pour son rhume.

Cette comédie noire complètement décalée déboussolera les nouveaux fans des frères Coen qui sont habitués à quelque chose de plus accessible et immédiat. Au contraire, l'humour côtoie le drame et il faut prendre le temps de bien s'incorporer l'univers afin de l'apprécier à sa juste valeur. Après une improbable introduction qui résume brillamment les enjeux qui seront abordés, le récit explore lentement mais sûrement différents destins, dressant le parcours de personnages en apparence normaux qui doivent changer leurs comportements pour exister réellement. Cela donne quelques scènes ironiques et d'autres tranches de vie plus touchantes, offrant au final de savantes touches mélancoliques distillées ici et là dans un drôle d'objet doux-amer peuplé d'interprétations suaves et de situations à la limite du pathétique.

La direction artistique est d'une fine subtilité, tout comme la photographie qui n'épargne aucun détail. Les images, lustrées et bien développées, offrent une fidèle palette de couleurs, des contrastes un poil trop sombres, d'intéressantes teintes et quelques passages où le blocage fait ressentir sa présence. Dans l'ensemble, il n'y a cependant aucun défaut majeur. Les pistes sonores s'avèrent accommodantes, se ressentant principalement lors des bourrasques de vent, des sonneries de téléphone, des ronflements, etc. Les dialogues clairs et la très convenable traduction dans la langue de Michel Tremblay peuvent être accompagnés de très visibles sous-titres. Comme à son habitude, le fidèle collaborateur Carter Burwell offre une musique lourde de sens, parsemée de quelques tubes rock reflétant habilement l'époque.

L'étonnante pochette bleue, blanche et grise est à l'effigie du protagoniste. Le banal menu principal du DVD reprend simplement ce concept sans y apporter le moindre mouvement ou la quelconque mélodie. En guise de suppléments, il y a un documentaire retraçant la recréation de l'époque, un segment où les cinéastes racontent pourquoi ils tiennent ardemment à cette histoire et un court lexique des termes yiddish utilisés. Le tout est intéressant, sans plus.

Dans l'esprit des sublimes Fargo et The Man Who Wasn't There mais en légèrement moins mémorable, "A Serious Man" demeure supérieur à presque la totalité des longs-métrages mis en nomination pour l'Oscar du meilleur film. Il s'agit surtout d'un des essais les plus personnels des frères Coen, qui se livrent avec sérieux et dérision à un rafraîchissant exercice qui n'est pas sans rappeler l'hilarant Election d'Alexander Payne. Un rare titre qui se bonifie au fil des visionnements. Il faudra s'en rappeler.


Cotes

Film7
Présentation3
Suppléments4
Vidéo7
Audio7