Assassination Tango
MGM Home Entertainment

Réalisateur: Robert Duvall
Année: 2002
Classification: 14A
Durée: 116 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Espagnol (DDST), Portugais (DDST)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol, Portugais
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Amélie Gravel
28 décembre 2003

Robert Duvall, qui est très connu à la fois pour ses talents d'acteur, de réalisateur, de producteur et de scénariste, se vante depuis plus de quinze ans à qui veut l'entendre que sa grande passion est le tango. Il y a quelques temps, un certain réalisateur non moins connu du nom de Francis Ford Coppola lui a offert sa collaboration s'il acceptait de tourner un film qui permettrait de combiner son amour pour la danse et pour le cinéma. "Assassination Tango" est le résultat, très concluant, de cette entente.

John J. (Duvall) a toujours exercé le métier de tueur à gages. Récemment, avancement de l'âge obligeant, il a mis ces types de projets sur la glace et a décidé d'explorer les bienfaits de la vie simple et stable. Il profite ainsi de la tranquillité et de la joie que lui apportent Maggie et Jenny, respectivement son amoureuse et la fille de cette dernière. Un petit contrat s'annonce pourtant: son ami Frankie (on pourrait même l'appeler un "gérant") a besoin de quelqu'un pour descendre un grand général argentin à Buenos Aires. La mission n'est supposée que durer trois jours, alors John accepte le contrat avec la promesse d'être de retour pour l'anniversaire de sa petite Jenny.

Arrivé en Argentine, John se retrouve en compagnie d'une petite équipe de contacts qui lui permettra de faire son boulot sans souci. Mais un problème se présente: le jour même où le général est supposé être de retour en ville après un séjour à la campagne, John apprend que sa future victime a eu un accident et qu'elle sera hospitalisée pendant au moins deux semaines. Étant retardé dans ses plans, John devra rester plus longtemps que prévu en Amérique Latine, ce qui lui fera manquer sa promesse et qui le laissera aussi dans l'ennui pendant deux longues semaines. C'est durant ce contretemps que John découvrira le tango, à travers une jeune danseuse qui ne manquera pas de le charmer. Manuela lui apprendra les rudiments de la danse et l'amènera à adorer cet art en lui faisant fréquenter les endroits où le tango est le plus présent en ville. John embarquera tellement dans la magie de la danse qu'il aura rapidement beaucoup de difficulté à se rappeler les vraies motivations de son voyage en Argentine.

"Assassination Tango" est un bon thriller qui nous garde en haleine durant tout le long du visionnement, mais qui est très complexe. Lorsque le générique est apparu, il y avait encore quelques interrogations dans mon esprit. À force d'y songer, j'ai fini par déduire et tout comprendre, mais je dois vous dire que ce n'est pas un film que vous pouvez regarder lorsque vous êtes fatigués, puisqu'il ne faut manquer aucun détail. L'intrusion du tango dans l'histoire est très intéressante, puisque ça évite que le film ait un penchant trop sombre. Les acteurs offrent tous d'excellentes performances, y compris Luciana Pedraza, dont le personnage de Manuela est le premier rôle au grand écran.

Le menu du DVD est simple, mais tout de même joli. Une photo de Manuela et John dansant le tango orne le centre de l'écran. Celle-ci est fixe et n'est accompagnée d'aucune musique, mais les couleurs qui ressortent de l'image lui donnent un aspect classique et romantique.

Beaucoup de suppléments sont disponibles sur ce DVD. D'abord, il y a trois extras qui sont commentés par les acteurs principaux du film, c'est-à-dire Robert Duvall et Luciana Pedraza. Le premier est la section des scènes supprimées. Il y en a plusieurs, mais nous ne les comprenons pas tous étant donné que les commentateurs parlent sans arrêt par-dessus les dialogues et les enterrent. J'en ai toutefois trouvé une que je n'aurais vraiment pas coupée, puisque cela nous permet de comprendre bien des faits qui sont carrément imprécis dans le film. J'ai été bien contente de la voir alors dans ces scènes, puisque ça m'a aidée à éclaircir certains points que je n'avais pas compris. La deuxième option commentée est une fin alternative. Il n'y a pas une grande différence avec la fin officielle, mais elle permet de clôturer la production dans le même endroit où elle a commencé, ce qui est un retour à la normale très intéressant. Finalement, il y a la piste de commentaires. Celle-ci est plus ou moins intéressante. Robert Duvall en a beaucoup plus long à dire, grâce à ses qualités de scénariste/réalisateur/producteur/acteur, ce qui donne à Luciana Pedraza une présence quelque peu effacée. Ils parlent des détails habituels, tels les performances d'acteurs, les jeux sonores, etc., mais y ajoutent une certaine opinion personnelle lorsqu'ils parlent de leurs connaissances par rapport à l'Argentine, pays où la corruption est pratiquement à tous les coins de rue (ce thème est d'ailleurs présent dans le film).

Pour ce qui est des suppléments non commentés, il y a, bien sûr, des bandes-annonces. Nous retrouvons celle du présent, en plus de la publicité de la trame sonore d'"Assassination Tango", dont la musique est composée par Luis Bacalov. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s'agit du compositeur qui avait gagné un Oscar pour la trame sonore de Il Postino. Pas moins de douze autres films sont annoncés, soit parce qu'ils sont produits par MGM, soit parce qu'ils mettent en vedette l'un ou l'autre des acteurs d'"Assassination Tango", ou bien tout simplement parce qu'ils seront bientôt sur les tablettes de nos clubs vidéo. Finalement, une galerie de vingt photos illustre certains passages du film ainsi que les jours de tournage.

La piste sonore anglaise, qui est en Dolby Digital 5.1, produit l'effet escompté. Nous pouvons particulièrement nous en rendre compte lorsque la musique de tango est au premier plan. Tous les tons et sonorités sont utilisés, ce qui permet à tous les haut-parleurs de se faire entendre. Cela cause cependant un petit inconvénient au début du film: la musique joue tellement fort et bien que nous entendons à peine les personnages parler. Mais ce n'est que temporaire, ce qui ne gâche pas la totalité du film. Comme je le mentionnais plus haut, deux côtés sont présents dans "Assassination Tango": le côté obscur du meurtre et de la corruption, l'autre passionné de la danse. Ces deux thèmes sont clairement définis dans l'image, c'est-à-dire que la plupart des scènes où les personnages discutent du crime sont sombres, ayant une présence de la couleur noire plus accentuée que dans les autres. Lors des scènes de danse, par contre, nous retrouvons des couleurs majestueuses qui donnent au tango tout l'aspect passionnel et sensuel qu'il mérite.


Cotes

Film7
Menu3
Suppléments7
Vidéo8
Audio7