Babel
Paramount Home Entertainment

Réalisateur: Alejandro González Iñárritu
Année: 2006
Classification: 14A
Durée: 143 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 24
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Catherine Nguyen
11 mars 2007

Le 25 février dernier avait lieu la 79e édition de la très courue cérémonie des Academy Awards 2007. En lice dans sept différentes catégories figurait "Babel", le plus récent film d'Alejandro González Iñárritu (qui nous a donné dans le passé 21 Grams et Amores Perros): celui-ci faisait bonne figure en se retrouvant dans les catégories qui récompensent le meilleur film ainsi que le meilleur réalisateur, mais il n'est malheureusement reparti qu'avec une seule statuette, soit celle de la meilleure trame sonore.

Le film raconte quatre histoires qui se déroulent sur trois continents différents. Nous avons d'abord Anwar (Mohamed Akhzam) et son frère qui demeurent au Maroc: ils sont tous deux chargés de surveiller le troupeau de chèvres et ont à leur disposition un fusil pour tirer les chacals. Alors qu'un beau jour, ils s'amusent à voir lequel des deux a le tir le plus précis, un accident survient. Ils devront donc se cacher de peur que quelqu'un découvre leur secret et que la police ne vienne les chercher.

Au Mexique, on célèbre un mariage. Amelia (Adriana Barraza) est arrivée au pays en matinée en compagnie de Mike et Debbie (Nathan Gamble et Elle Fanning), les deux enfants qu'elle garde: c'est son neveu Santiago (Gael Garcia Bernal) qui est venu la chercher et sera chargé de la ramener chez elle le soir venu. Arrivés à la frontière qui sépare les États-Unis du Mexique, des complications surviennent: ses papiers ne sont pas tout à fait en règle et il a un peu bu, attirant ainsi l'attention des douaniers. Il part en cavale et débarque sa tante et les deux enfants dans le milieu du désert en pleine noirceur.

Chieko (Rinko Kikuchi) vit au Japon: elle est une adolescente bien normale, qui fréquente l'école secondaire, qui aime se tenir avec ses amies et qui commence à découvrir les garçons. Une seule différence la tient à l'écart des autres: elle est sourde et muette. On constatera toutefois que ce n'est pas cela qui la rend si triste... Elle vit seule avec son père dans un gigantesque appartement en haut d'un hôtel: depuis le suicide de sa mère, son père et elle éprouvent énormément de problèmes de communication.

Finalement, Richard et Susan (Brad Pitt et Cate Blanchett), deux Américains en vacances en Afrique. Ils sont à bord d'un autobus voyageur lorsqu'un projectile traverse la vitre et atteint Susan au cou: forcés de s'arrêter dans une ville inconnue où les secours tardent à arriver, Richard désespère de voir sa femme survivre à cette incident, déjà que leur couple n'en menait pas large avant leur voyage.

Tout au long du film, les quatre scénarios s'entrecoupent et s'entremêlent à un rythme soutenu et de façon très fluide. Les personnages sont extrêmement crédibles, particulièrement les prestations de Blanchett, Barraza et Kikuchi: ces deux dernières se sont d'ailleurs méritées des nominations pour les Oscars en tant que meilleures actrices dans un rôle de soutien. Je dois avouer toutefois que par rapport à mes attentes, j'ai été un peu déçue: on m'avait parlé d'un chef d'œuvre, mais je me résous plutôt à trouver que c'est un bon film, mais qui n'a pas autant d'impact que ça après son visionnement. Si je le compare au gagnant de l'an dernier dans la même catégorie, Crash (que j'ai revu tout dernièrement), la marche était haute. "Babel" est un bon film, qui mérite d'être vu et que je recommanderais certainement, mais il ne figurera pas dans le top de mon palmarès.

Pour un film de cette envergure, vous serez déçus d'apprendre que Paramount n'a inclus que quelques bandes-annonces comme suppléments, soit celle du film et de quelques autres longs-métrages. Gageons qu'avec la possibilité d'une victoire comme meilleur film aux Oscars, on peut s'attendre à une édition spéciale remplie de suppléments même si les nominations ne se sont guère concrétisées. Quoi qu'il en soit, je suis réellement déçue de ne voir aucune piste de commentaires ou de documentaire sur la production, qui auraient tous deux été très intéressants. La présentation du film est assez simpliste: seul le menu principal déroule une mosaïque d'images agrémentée d'une musique d'ambiance.

Au niveau technique, j'ai trouvé que la qualité visuelle variait beaucoup et dépendait du pays où le tournage se déroulait: alors que certaines scènes ont de belles couleurs et un niveau de détail adéquat, on constate dans d'autres scènes l'apparition de beaucoup de grain. L'aspect audio est de plus haut calibre: soulignons la trame sonore qui s'est distinguée aux Oscars, composée majoritairement d'instrumental. La piste est très dynamique et intègre bien la musique, les dialogues et effets d'ambiophonie: j'ai particulièrement apprécié les passages de bruit au silence pour illustrer le point de vue sourd-muet du personnage de Chieko.

La tragédie est universelle: quelle que soit la couleur de notre peau, notre rang social, le pays d'où l'on vient, personne n'est épargné. Partout dans le monde, peu importe le contexte dans lequel on évolue, la souffrance et les problèmes de communication sous toutes leurs formes existent. C'est ce que "Babel" tente d'illustrer dans ce film, et l'on peut certainement dire mission accomplie.


Cotes

Film8
Présentation3
Suppléments1
Vidéo6
Audio8