Bad City
Screen Media Films

Réalisateur: Bruce Terris
Année: 2006
Classification: R
Durée: 97 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD20)
Sous-titres: Espagnol
Nombre de chapitres: 15
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
22 octobre 2006

Aussi connu sous le titre de "Dirty Work", "Bad City" est le genre de film plutôt inconnu dans lequel la plupart des rôles principaux sont tenus par des acteurs dont on a déjà vu la tête, mais dont on est incapable de leur donner un nom. C'est aussi le deuxième film en tant que scénariste et réalisateur de Bruce Terris. À noter que ce film n'est jamais sorti en salles.

Dans un quartier à mauvaise réputation de Chicago, "Bad City" raconte principalement l'histoire de trois hommes et une femme que relient leurs emplois ou leurs fréquentations douteuses. Il y a tout d'abord le flic corrompu, amer de la vie et croulant sous les dettes de jeu, Derek Manning (Lance Reddick - The Wire). Il a parmi ses supérieurs le futur candidat au poste de procureur, Frank Sullivan (Mike McGlone - The Brothers McMullen), qui se veut intransigeant quant à la bataille contre la racaille, les revendeurs de drogue et la prostitution. À l'autre bout, il y a Julian (Austin Pendleton - acteur de second plan dans de nombreuses séries et films, mais généralement cantonné à des rôles moins noirs), le proxénète et dealer notoire qui ne s'embarrasse pas de détails et qui sait parfaitement déléguer ses décisions à des hommes de main efficaces. Enfin, comme un peu perdue au milieu de cette mêlée dangereuse, Lena (Nutsa Kukhianidze), une jeune immigrante polonaise, fraîchement débarquée dans la ville des vents et qui cherche à se faire une vie correcte. Comme on le voit, il y a beaucoup de clichés dans cette description, tout comme dans le film qui en est tiré. Un film noir, assez déprimant et qui laisse peu de place à l'espoir sans violence.

Puis, dans la deuxième moitié du film, l'histoire se modifie. À partir d'une séquence au montage audacieux, à la manière d'un vidéoclip, des mentalités vont changer et évoluer. Le rêve américain de Lena va-t-il réellement se réaliser? Manning va-t-il enfin comprendre qu'il ne faut pas éternellement ressasser ses rancœurs? Et Julian va-t-il trouver en face de lui quelqu'un qui saura lui tenir tête et faire cesser son marché trop lucratif? Autant le dire tout de suite, ce film, du début à la fin, n'est pas très optimiste, malgré quelques séquences qui se terminent plutôt bien. Mais ce ne sont pas les principales. Notre monde est-il aussi pourri que cela? Moi je ne pense pas, je pense qu'il l'est bien plus.

Cette production Screen Media Films n'entrera peut-être pas dans l'histoire du cinéma, mais ne sera pas non plus en bas de la liste. La qualité du produit sur DVD est cependant très correcte. L'image, au format panoramique est dans la moyenne, mais avec une colorimétrie plutôt basse, qui a peut-être été voulue considérant le thème noir et triste de l'histoire. La bande sonore anglaise Dolby Stéréo reste assez compréhensible, même si parfois certains passages sont absorbés par les bruits ambiants ou des niveaux de voix trop bas. La page de menu principale est basée sur des extraits du film, donc animée et sonorisée. Nous regretterons éventuellement une mise en marché un peu trompeuse et pas assez éclairée. Commençons par dénoncer les bandes-annonces obligées au début du film. Ensuite, et là je suis plutôt déçu de l'initiative (on dirait que nous sommes revenus aux débuts des DVD où n'importe quel "bonus" était un supplément), les sous-titres espagnols sont considérés comme le "boni" de l'édition. Eh oui, vous avez bien lu. Dommage.

Un film sombre, noir et assez pessimiste pour une société qui a du mal à nous prouver le contraire. Il ne faut pas toujours se fermer les yeux, même si l'ensemble reste malgré tout légèrement au-dessus d'un téléfilm.


Cotes

Film5
Présentation3
Suppléments-
Vidéo6
Audio6