Be Cool
MGM Home Entertainment

Réalisateur: F. Gary Gray
Année: 2005
Classification: 14A
Durée: 120 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol, Mandarin, Cantonais
Nombre de chapitres: 24
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
5 juin 2005

En 1995, un petit film prenait d'assaut les salles de cinéma avec un ensemble d'acteurs plutôt sympathique: Get Shorty. Avec une histoire assez simple, mais bien ficelée, cette production remporta un grand succès auprès du public. Et que fait-on le plus souvent aujourd'hui avec un succès: une suite, minimum... MGM nous propose donc de compléter l'histoire de Chili Palmer (John Travolta) avec la suite de Get Shorty: "Be Cool".

Dix ans se sont écoulés depuis que Chili Palmer a quitté sa Floride et son "métier" de prêteur sur gages pour devenir producteur de films à Hollywood. Mais l'usure se fait sentir et Chili a envie de s'essayer à autre chose. Il est très tenté par la musique et il découvre une jeune chanteuse avec une superbe voix du nom de Linda Moon. Mais elle est sous contrat avec un manager qui n'a pas vraiment les intérêts de ses poulains à cœur: Nick Carr (Harvey Keitel). Aidé d'Edie (Uma Thurman), la veuve de son ami producteur Tommy Athens (James Wood) qui se fera lâchement assassiner à la terrasse d'un café, Chili va tout essayer pour ramener à lui la jeune Linda et lui permettre de réaliser le rêve qu'elle attend depuis trop longtemps avec Carr. Mais les stupides hommes de main de ce dernier, Raji (Vince Vaughn), un blanc qui se prend pour un noir, et Elliot (The Rock), un grand plein de muscles qui cache une virilité encore à démontrer, vont donner, malgré eux, du fil à retordre à Chili. Mais ce dernier devra aussi transiger avec Sin LaSalle (Cedric The Entertainer) qui veut récupérer les 300 000$ que lui devait Athens. Tout ceci sans parler des Russes qui se demandent bien qui est leur cible et qui est avec eux.

Malheureusement pour moi, nous avons reçu une version plein écran. Je ne suis pas un grand amateur de ce format surtout quand il existe une version en format original. Mais je vais quand même juger de la qualité de cette édition sans trop m'apitoyer sur cette mauvaise réception. N'oublions pas que la plupart du temps, lorsque le studio fait bien son travail, la version panoramique représente exactement ce que le réalisateur a voulu faire avec son film. Le cadrage d'un plan est toujours très important. Une version plein écran d'un film dénature complètement ce travail, car pour rentrer une image rectangulaire dans un carré (de télévision), il faut couper quelque part. Il est vrai que certaines versions plein écran sont quand même bien travaillées, mais c'est aussi plus souvent de la vraie boucherie cinématographique. Heureusement, pour moi et pour vous, je dois bien avouer que cette édition rentre plutôt dans la première catégorie. Et tant mieux.

Ceci étant dit, la qualité de l'image proposée sur ce DVD est tout de même assez belle, avec des couleurs vives, avec parfois un peu de fourmillement dans certaines zones trop contrastées. Côté pistes sonores, les amateurs de musique apprécieront sans aucun doute la qualité de la piste anglaise, sans pour autant délaisser la piste française, seulement en Dolby Stéréo. Les sous-titres n'ont pas été oubliés avec pas moins de cinq langues, dont le mandarin et le cantonais. Je ne peux non plus passer sous silence les superbes menus animés et sonorisés du plus bel effet.

Les suppléments font partie de la catégorie "classiques", mais c'est aussi comme ça qu'on les aime parfois. Nous retrouvons ainsi cinq minis revuettes d'à peine cinq minutes chacune et intitulées "Close-Up". Utilisant les interventions du réalisateur F. Gary Gray, de la plupart des acteurs et de quelques personnes de la production, nous avons des points de vue sur les "Dance Partners" (John et Uma), "The Rock", "Andre 3000", "Cedric The Entertainer" et "Christina Milian" (Linda Moon). Dans un montage plus général, mais à partir des mêmes tournages d'entretiens, nous avons aussi le documentaire de production "Be Cool, Very Cool: The Making Of". En totalité, ce sont plus de 45 minutes de présentation de derrière la caméra et c'est souvent intéressant. Nous poursuivons avec 14 scènes supprimées d'un intérêt assez inégal (d'une durée totale plus de 17 minutes) et surtout plus de sept minutes de prises ratées. Il est dommage de constater, pour reprendre mes remarques précédentes, que tous les suppléments présentent les extraits au format panoramique. Et je garde le meilleur supplément pour la fin, car c'est aussi le plus drôle: le clip vidéo intégral de "The Rock" qui chante "You Ain't Woman Enough To Take My Man", ça vaut vraiment le coup d'œil et surtout un large sourire. On ne manquera pas d'apprécier la sérigraphie du DVD qui représente un disque vinyle. Sympa et surtout complètement dans l'ambiance.

Nous regretterons la disparition de Robert Pastorelli, éternel second rôle dans de nombreuses productions, décédé d'une overdose peu de temps après avoir tourné ses scènes dans ce film. On se souviendra surtout de lui pour ses rôles dans Michael (avec aussi John Travolta) et dans Eraser.

"Be Cool" n'a pas vraiment la même consistance que Get Shorty, sans pour autant être un mauvais film. Le jeu de Travolta est toujours très juste et ses retrouvailles avec Uma Thurman, et surtout la scène de danse, rappelleront des souvenirs à bon nombre d'entre nous. Danny DeVito fait bien une apparition, mais ne clignez pas des yeux, vous pourriez le manquer. Quant à The Rock, il a une grande qualité d'acteur: nous faire rire sans le vouloir. Bref, peut-être pas une pièce exceptionnelle, mais certainement un bon accompagnant au premier film, même si ce n'est que pour le "cool" Chili Palmer.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments5
Vidéo8
Audio8