The Belly of an Architect
MGM Home Entertainment

Réalisateur: Peter Greenaway
Année: 1987
Classification: 14A
Durée: 119 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon François Langevin
3 juin 2004

Gallois d'origine, Peter Greenaway est un cinéaste d'avant garde qui prône une non-conformité peu commune. Ayant étudié la peinture et fortement influencé par la linguistique structurale (le langage est décrit comme étant essentiellement une entité autonome de dépendance interne), l'ethnographie et la philosophie, il propose une approche atypique au cinéma. Il rejette les structures narratives conventionnelles en faveur d'un cinéma d'imaginaire truffé de métaphores et cherchant constamment à repousser les limites du médium. Fasciné par les parallèles et la symétrie, il s'est bâti une certaine notoriété de provocateur.

Propulsé bien malgré lui dans un cinéma à plus grand rayonnement grâce à son The Cook, the Thief, his Wife & her Lover, Peter Greenaway n'a jamais dérogé à son éthique de travail préférant aboutir d'œuvres personnelles, denses et complexes plutôt que d'accoucher d'un produit plus abordable. Juste avant de faire son film phare, il réalisa "The Belly of an Architect", œuvre très personnelle qui permit d'étaler le grand talent du comédien Brian Dennehy.

Ce film raconte l'histoire de Stourley Kracklite (Brian Dennehy), architecte américain qui se rend à Rome pour superviser une exposition sur Etienne-Louis Boullée, architecte français du 18e siècle. Accompagné par sa jeune femme qui est enceinte, il se plaint rapidement de douleurs abdominales qui vont en s'accentuant. Obnubilé par ces maux, il délaisse sa femme qui trouvera réconfort auprès d'un architecte rival, lui aussi de passage pour l'exposition. Toute cette trame sert de canevas pour illustrer la rondeur sous tous ses arcs. Que ce soit à travers la bedaine de l'architecte ou des croquis de constructions sphériques d'Etienne-Louis Boullée, ce film se veut un hommage à cette forme géographique qu'est le cercle et à l'architecture en général.

Sacha Vierny à la cinématographie, signe ici un remarquable tableau visuel. Les images qu'il extirpe de Rome sont saisissantes. Véritable diaporama digne de cartes postales, il rend un vibrant hommage à l'architecture de la ville éternelle. Le transfert vidéo est de qualité et respecte le format original du film. Très peu de parasites et autres artéfacts de compression sont présents. Les contrastes sont profonds et donnent une riche palette de couleurs où les rouges sont particulièrement criants. L'image est propre et composée d'une fine granularité. Ce transfert rend hommage au travail artistique du directeur de la photo.

Le volet audio propose une maigre trame anglaise en format stéréo. Il n'en demeure pas moins que les voix sont facilement perceptibles. La trame musicale aux consonances classiques vient épouser le monde de l'architecture et se fond parfaitement à la trame sonore du film. Seules les enceintes avant sont sollicitées par ce film dénué d'action. Le menu est d'une facture minimaliste et fait preuve de peu d'originalité. Une image statique de l'architecte aux airs songeurs s'y greffe. Aucun support musical ne s'y trouve. La navigation entre les différentes sections du DVD est triviale. Les suppléments sont quasi inexistants. Seule, la bande-annonce du film vient garnir ce segment. L'enveloppe DVD que fait MGM de ce film est émaciée. Il est bien dommage que les notes de production et autres éléments nous permettant de disséquer cette œuvre soient inexistants.

Avec "The Belly of an Architect", Peter Greenaway tisse une toile complexe et pseudo poétique sur des thèmes tels l'angoisse et l'obsession. La représentation qu'il en fait est au sens figuré ce qui en fait un opus aux saveurs drôlement intellectuelles. Après écoute, on peut comprendre plus facilement pourquoi ce précurseur, vu comme un génie par certains et prétentieux par d'autres, ne suscite jamais l'indifférence. À vous de découvrir vers quel camp lorgne votre opinion.


Cotes

Film7
Menu2
Suppléments1
Vidéo8
Audio7