Big Eyes
Les Films Séville / EOne Entertainment

Réalisateur: Tim Burton
Année: 2014
Classification: G
Durée: 106 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212112461

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
12 avril 2015

Après une série de gros films qui laissaient complètement indifférents, Tim Burton tente de retrouver son essence artistique en renouant avec les scénaristes de Ed Wood, sa plus grande fresque en carrière. Cela donne "Big Eyes", son long-métrage le plus charmant depuis des lustres.

Qui se cache derrière ces mythiques peintures d'enfant à gros yeux qui sont signées Keane? Walter (Christoph Waltz) ou sa fidèle femme Margaret (Amy Adams)?

Inspiré d'une incroyable histoire vraie, "Big Eyes" décortique l'art avec légèreté et intelligence. Sans être très profond, le scénario distrait amplement, débutant dans la comédie pour mieux embrasser le drame et même l'absurde. À la fois satire de ce qui est populaire, plongée dans les mensonges familiaux et désir d'émancipation d'une héroïne coincée par son époque, l'effort fait amplement sourire malgré ses baisses de tension. La réalisation fine de Tim Burton est aérée et il sait soutirer le meilleur de ses interprètes. Amy Adams connaît ce rôle d'épouse naïve par cœur et elle brille à nouveau. De son côté, Christoph Waltz livre une autre performance joyeusement délurée.

La reconstitution d'époque de San Francisco est exquise. Ce grand soin se fait également ressentir au niveau des images, tout simplement sublimes. Les teintes s'avèrent parfaitement soignées, les contrastes ne déçoivent jamais et la palette de couleurs pimpantes surprend constamment. Les pistes sonores en Dolby Digital 5.1 sont timides, mais précises, faisant ressortir des enceintes des bruits d'instruments et de tramways. Les voix sont claires, le doublage francophone acceptable et il y a de très visibles sous-titres blancs en option. Sans marquer les esprits, la musique du fidèle complice Danny Elfman accompagne bien ce qui se déroule à l'écran.

La jolie pochette turquoise montre nos deux héros qui sont en train de peindre. Le menu principal du DVD propose pour sa part un harmonieux montage de scènes et une douce mélodie. Le seul et unique supplément est constitué d'un intéressant documentaire de 22 minutes qui revient sur l'inspiration du cinéaste, les thèmes abordés et l'apport des acteurs.

Sans être un grand film, "Big Eyes" est facilement ce que Tim Burton a fait de mieux depuis longtemps. Pas besoin d'une tonne d'effets spéciaux, de l'action à revendre et des gags douteux pour épater la galerie. Il faut seulement des personnages riches, une distribution exemplaire et une histoire développée avec compétence qui pose de très bonnes questions sur le monde qui nous entoure. Une recette qui est amplement respectée ici.


Cotes

Film6
Présentation6
Suppléments3
Vidéo9
Audio7