The Black Hole
Buena Vista Home Entertainment

Réalisateur: Gary Nelson
Année: 1979
Classification: PG
Durée: 98 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DD20), Espagnol (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 10
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
3 août 2004

Il y a longtemps que j'entends parler du film "The Black Hole" sans toutefois l'avoir vu. Lors de sa sortie en salle, c'était en quelque sorte la réponse de Disney à l'engouement de Star Wars. Alors que j'étais encore trop jeune pour me demander ce qu'il se passait au cinéma, ailleurs que sur le petit écran, ce film serait passé en tout point inaperçu à mes yeux s'il n'y avait pas eu tout ce marketing dans le rayon des jouets. Des figurines, des vaisseaux modèles réduits, des livres, des disques, tout le marketing habituel de Disney! Je venais de découvrir un film au rayon de jouet que je ne pouvais aller visionner au cinéma, à cause de mon jeune âge à ce moment-là, car ce long-métrage était le premier film de Disney avec une cote PG.

L'histoire tourne autour de l'équipage du Palomino qui découvre par accident un trou noir qui avait changé leur trajectoire pour le retour vers la Terre après une mission de recherche de vie extra-terrestre sans succès. À l'examen de ce phénomène, il découvre le vaisseau U.S.S. Cygnus en orbite stationnaire près de celui-ci et ne semble pas être affecté par son énorme gravité. Le Cygnus est un vaisseau avec la même mission que Palomino, mais qui n'est jamais retourné sur Terre. De plus, il y avait à son bord le père du docteur Kate McCrae (Yvette Mimieux) qui est à bord du Palomino. À ses côtés pour la mission se trouve le docteur Alex Durant (Anthony Perkins), le capitaine Dan Holland (Robert Forster), le lieutenant Charles Pizer (Joseph Bottoms) et Harry Booth (Ernest Borgnine) Il y a aussi le robot V.I.N.CENT. (Vital Information Necessary CENTralized - avec la voix de Roddy McDowall) qui leur aide à toutes les sauces.

Ils décident d'aller visiter le Cygnus dans lequel ils ne retrouvent que le docteur Hans Reinhardt (Maximilian Schell), son "garde du corps" robotique Maximilian et une armée de robots à son service. Le docteur Reinhardt a l'intention de faire passer son vaisseau à travers le trou noir. Certains membres du Palomino trouvent l'idée et les calculs extraordinaires, mais les autres trouvent les robots étranges et froids, possiblement dangereux. Ils trouvent cependant un robot très magané du nom de Bob (la voix de Slim Pickens) qui leur dit les secrets de Reinhardt. Ce dernier tente maintenant de les éliminer pour mettre son plan en exécution (pourquoi???) , mais une pluie de météorites rouges détruit sur son passage des sections du Cygnus mettant la vie de tous en danger... tout en s'en allant vers le trou noir.

Les effets visuels sont vraiment bien faits pour l'époque (et j'utilise le mot époque à la légère, car certains effets sont dans les plus élégants que j'ai vus, même à ce jour). Le département technique de Disney avait entre autres mis au point un système de contrôle de caméra par ordinateur nommé "ACES" (Automated Camera Effects System) et le "Mattescan" qui permettait de filmer directement sur une toile de cache (il y a 150 toiles de cache dans tout le film ce qui est très rare). Cette technologie était grandement supérieure à tout ce qui existait à ce moment-là dans le cinéma, même supérieur au système Dykstraflex de ILM avec lequel Star Wars avait été produit! Les arrière-plans gigantesques des scènes proposent un effet de grandeur que nous avons habituellement dans les films genre Ben-Hur. Les effets visuels viennent compenser pour un maigre scénario plein de trous qui nous laisse avec plein de questions sans réponses, comme la peur de Reinhardt de son robot Maximilian par exemple. On a essayé ici de faire un film de science-fiction avec les connaissances de la fin des années 70, mais en gardant la mentalité scientifique des années 50. C'est très dérangeant si nous cherchons une certaine logique au déroulement de l'action, mais intéressant si nous mettons la science de côté et regardons cet effort de Disney avec un cœur d'enfant.

La qualité visuelle de ce DVD est bien surprenante pour un film datant de 25 ans. Seuls de petits points blancs à peine visibles ici et là proviennent du transfert et la compression n'a causé qu'une légère accentuation des contours. Ces petites lumières qui clignotent et le champ d'étoiles que nous apercevons régulièrement par les fenêtres auraient pu causer un bon nombre d'artéfacts de compression, mais en général tout est bien clair. La piste sonore fait une utilisation moyenne de la technologie Dolby Digital 5.1, mais rien comme les films à effets d'aujourd'hui. Mais étant à l'époque le premier film de Disney à se prononcer sur technologie numérique Dolby, nous pouvons souligner leur effort, spécialement pour le passage des météorites. Cependant, je ne peux en dire autant du thème musical du film composé par de John Barry qui est un des plus achalants que vous pouvez entendre. D'accord, cela pouvait faire une musique d'introduction pour annoncer le bizarre, mais il a justement réutilisé les notes de celle-ci partout dans le film jusqu'au point de nous tomber littéralement sur les nerfs. Ses autres compositions dans le film sont relativement calmes, mais elles ne suivent pas, mais pas du tout, ce qui se passe à l'écran, ce qui rend difficile de suivre les dialogues.

Le menu du DVD est très laid à mon avis et montre malheureusement quelques scènes de la fin du film. Ce n'est pas très brillant surtout pour ceux qui n'ont pas vu le film. Aussi, vous devez sélectionner vos choix de langue et de sous-titres avant de débuter le film, car les boutons "audio" et "sous-titres" de votre télécommande sont désactivés.

Le DVD précédent de ce film était produit et distribué par Anchor Bay et ne contenait qu'une galerie de photos (et initialement aucun son du côté avant droit de la piste sonore!). Dans cette version, nous avons un documentaire sur la production d'une durée d'une quinzaine de minutes mettant en vedette Harrison Ellenshaw, membre de l'équipe de production des effets visuels, lesquels étaient le mandat principal du film. Il nous explique quelques effets et comment c'était compliqué en 1979 de faire ces effets-là avec la vieille technologie à l'aube des exploits de l'informatique. Les suppléments de ce DVD sont complétés par une bande-annonce du film de 3 minutes et demi!

Ce film est un prélude technologique à un plus grand film à effets créé par Disney quelques années plus tard, Tron. Malgré une histoire très minimale et des performances des acteurs très ordinaires, nous avons ici une belle pièce d'histoire côté effets visuels qui doit avoir sa place dans votre collection.


Cotes

Film6
Menu1
Suppléments5
Vidéo7
Audio7