12 Rounds 2: Reloaded [Blu-ray]
20th Century Fox Home Entertainment

Réalisateur: Roel Reiné
Année: 2013
Classification: 14A
Durée: 94 minutes
Ratio: 1.78:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-25 + DVD-9)
Code barres (CUP): 024543844952

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Ducharme
9 juin 2013

Le film 12 Rounds fut sans aucun doute l'une des plus belles surprises de l'année 2009. Grâce à son aspect qui nous rappelait vaguement le film Die Hard With The Vengeance, cette oeuvre demeure sans conteste la meilleure de la cinématographie du lutteur John Cena. Cependant, malgré ses qualités, celle-ci fut un échec retentissant dans les grandes salles, poussant ainsi la maison de production de la WWE à se concentrer sur des produits destinés uniquement pour le DVD. Suite au succès appréciable des deux derniers opus de la franchise The Marine, The Day ainsi que The Reunion, la compagnie de lutte nous revient avec "12 Rounds 2: Reloaded". Toutefois, cette fois-ci, la mission de faire de ce film une réussite repose principalement sur les épaules de Randy Orton.

Le long métrage nous raconte l'histoire de l'ambulancier Nick Malloy qui se voit malgré lui, devenir la proie d'un mystérieux individu qui menace de tuer sa femme. Tout en l'obligeant d'exercer douze défis des plus dangereux les uns que les autres pour sauver sa bien-aimée, notre héros se verra pourchassé par la police. Nick devra non seulement utiliser sa force physique, mais également son instinct de survie, afin de sortir son entourage de ce mauvais pas.

Se montrant majoritairement moins captivant que son opus original, le film "12 Rounds 2: Reloaded" manque de prime abord, de beaucoup d'originalité. Tout en reprenant pratiquement toute l'intrigue de celui produit en 2009, cette suite possède le vilain défaut de ne jamais tenter de nous surprendre. Pendant que John Cena devait à l'époque, réussir ainsi que celles d'un autobus en marche, Randy Orton se contente d'épreuves faciles et répétitives. Ceci devient d'autant plus vrai, lorsque le lutteur se voit proposé par son ennemi, de conduire à deux reprises une automobile munie d'une bombe. Ce fait n'est nécessairement pas la faute des scénaristes, puisqu'ils se voyaient aux prises avec un faible budget. Par contre, le tout paraît tout même insuffler un regain d'intérêt grâce au travail remarquable du réalisateur des films tels que Death Race 2 et The Marine 2. Se démontrant de nouveau à l'aise à travailler avec peu de moyens, ce dernier réussit à donner un rythme enlevant à l'entreprise. Malheureusement, le tout se voit quelque peu gâché par Randy Orton lequel ne semble réellement pas intéressé à participer au projet. Cela se confirme surtout par le manque d'énergie qu'il applique à son personnage. Se limitant à une figure laconique, ce dernier n'arrive jamais à rendre le héros sympathique. Pire encore, il apparaît tout aussi mal à l'aise dans les scènes d'action où on le voit courir et se battre mécaniquement. Cet aspect devient encore plus flagrant lorsque l'on compare son interprétation à celle qu'il offre sur le ring. Cette problématique aurait pu être facilement évitée à l'aide du resserrement des liens entre les protagonistes ainsi qu'avec la participation de comédiens de soutien de plus grande stature. De cette façon, l'acteur inexpérimenté n'aurait pas écopé de la lourde tâche de tenir tout le fim sur ses épaules.

Au niveau technique, l'image paraît acceptable sans plus. Composé de couleurs ternes ainsi que d'une reproduction instable des détails, le tout demeure regardable, sans pour autant impressionner. Agrémentée également de quelques problèmes de luminosité qui obscurcissent de manière trop prenante certaines scènes, la qualité de l'image nous laisse une impression assez mitigée. Du côté son, la bande sonore se montre peu dynamique. Avant tout, minée par un piètre éventail de sons ambiants, cette lacune ne parvient simplement pas à offrir une certaine crédibilité à l'action projetée à l'écran. Du côté des dialogues, le tout se voit par moment enterrer par la musique rendant ainsi les mots très difficiles à comprendre. Ce fait devient d'autant plus vrai lors des marmonnements de son comédien vedette.

La section des suppléments nous propose tout d'abord une piste de commentaires intéressants mettant en vedette le réalisateur Roel Reiné et le monteur Radu Ion. Grâce à leur désir de partager le maximum sur la construction d'un film d'action ainsi que sur les différentes difficultés vécues en raison de son faible budget, ils se révèlent assez passionnants. Le tout est suivi par de courts segments promotionnels sur la conception des scènes d'action et les lieux de tournage, ainsi que sur les débuts du lutteur Randy Orton à titre de comédien. Dans l'ensemble, ceux-ci paraissent malheureusement trop peu étoffés afin de réussir à véritablement capter notre attention.

Pourvu d'un manque de talent au niveau de l'interprétation bien ressentie ainsi qu'un scénario peu original, le film "12 Rounds 2: Reloaded" se démontre une suite décevante. Nonobstant une réalisation et un montage octroyant un aspect dynamique à l'oeuvre, celle-ci semble malencontreusement ralentie par le caractère laconique de Randy Orton. Se montrant depuis toujours mal à l'aise dans le rôle de héros autant sur le ring qu'à l'écran, ce dernier aurait offert une meilleure performance à titre de vilain.


Cotes

Film5
Présentation7
Suppléments8
Vidéo7
Audio7