2010: The Year We Make Contact [Blu-ray]
Warner Home Video

Réalisateur: Peter Hyams
Année: 1984
Classification: PG
Durée: 116 minutes
Ratio: 2.40:1
Codec: 1080p (VC-1)
Langue: Anglais (TrueHD51, DD51), Français (DD51), Espagnol (DD51), Allemand (DD51), Italien (DDST), Portugais (Mono)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol, Danois, Hollandais, Finois, Allemand, Italien, Novégien, Portugais, Suédois
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (BD-50)
Code barres (CUP): 883929070596

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
27 juin 2009

Voici enfin en format Blu-ray la suite du long-métrage 2001: A Space Odyssee (qui est lui-même sur le format depuis janvier 2008). Je ne me souvenais plus vraiment de l'histoire de ce second volet, mais je me souviens que "2010: The Year We Made Contact" est pas mal moins étrange que le premier film, quoique après ce nouveau visionnement je ne suis pas certain s'il est vraiment plus simple de comprendre cette adaptation cinématographique de cette suite du roman d'Arthur C. Clarke. Quand je pense que 2010 c'est l'année prochaine, je me demande où sont les vaisseaux spatiaux et tout le tralala que nous avons dans ce film! Sérieusement, J'ai beaucoup plus aimé le film de Peter Hyams que celui Kubrick, et ce, malgré un visuel moins poétique, pour son traitement de la Guerre froide poussé à l'extrême... une Guerre froide avec un pays qui n'exite plus depuis 1991! Vous allez sourire avec toutes ces références du futur qui n'existent plus aujourd'hui (l'U.R.S.S., la PanAm, l'Astrodome de Huston, le mémorial Lincoln à Washington, ...)

Le film débute neuf ans après la disparition du docteur David Bowman (Keir Dullea) et la fin abrupte de sa mission à bord du Discovery près de Saturne à la découverte d'un mystérieux monolithe. Le docteur Heywood Floyd (Roy Scheider), qui avait été blâmé pour l'échec de cette mission, est rappelé en service parce que le Discovery va bientôt être détruit à cause de son orbite irrégulière autour de Io, une des lunes de Jupiter. Un vaisseau américain ne peut pas être repêché sur les lieux, car cela prendrait deux ans à le construire. Il prend donc place à bord du Leonov, un vaisseau russe, en compagnie du docteur Walter Curnow (John Lithgow - pas mal plus jeune que dans 3rd Rock From the Sun!), un ingénieur, et du docteur R. Chandra (Bob Balaban), le créateur de l'ordinateur HAL 9000 qui contrôle le Discovery. Être sur un vaisseau russe est risqué pour ces trois passagers alors que la stabilité politique entre les États-Unis et la Russie est mise à l'épreuve par des problèmes en Amérique Centrale. Rendu sur place, le pays respectif des membres de l'équipage leur met de pression, alors que tout près d'eux un mystère est en cours d'évolution.

Comme bien des disques Blu-ray Warner, le film démarre dès l'insertion, mais vous devrez faire quelques ajustements puisque le démarrage se fait avec la piste sonore Dolby Digital 5.1 ordinaire au lieu de la relativement impressionnante piste Dolby TrueHD 5.1. C'est la musique qui ressort le mieux avec cette mise à jour et certains segments feront danser votre haut-parleur d'extrêmes-graves de joie (le freinage dans l'atmosphère de la planète par exemple). Il y a beaucoup d'effets sonores vraiment fatigants dans ce film, spécialement les "bruits d'ordinateurs", question de vous mettre encore plus sur les nerfs. L'image n'a pas reçu de traitement pour faire disparaître le grain, ce qui est une bonne chose, et vous donne l'impression de voir le film en salle. Cependant, la compression numérique a un peu de misère avec ce grain et les surfaces planes et noires du monolithe. Il se peut aussi que la précision des scènes d'espace et celles d'intérieur au look années 80 vous fasse un peu sursauter par leur différence de précision (il est dit que c'est à cause du type de pellicule utilisé). La liste des suppléments est bien légère. Il y a qu'une revuette sur la production datant de l'époque du tournage (en définition standard) ainsi qu'une bande-annonce du film.

"2010" est un bon film en soi, mais certainement une suite ordinaire à 2001. La qualité du transfert haute définition est bien ordinaire, mais si vous le comparez à la version DVD non anamorphique du film (datant déjà de 2000), c'est toute une mise à jour!


Cotes

Film6
Présentation5
Suppléments5
Vidéo6
Audio6