24 [Blu-ray]
Season 7
20th Century Fox Home Entertainment

Créateurs: Robert Cochran, Joel Surnow
Année: 2009
Classification: 14A
Durée: 1050 minutes
Ratio: 1.78:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 6 (BD-50)
Code barres (CUP): 024543596974

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
18 juin 2009

La plupart des émissions de télévision à succès ont tendance à s'épuiser après quelques années de production. Ce qui faisait leur charme au début devient rapidement routine et même si les cotes d'écoute restent souvent bonnes, l'habitude ayant la couenne dure, les esprits plus critiques voient rapidement quand ça commence à sentir le réchauffé. C'est ce qui arriva à la série de suspense "24" après quelques années. La saison six ayant été particulièrement critiquée pour son manque d'inspiration et son recours à un effet de choc facile, l'utilisation de la torture, pour faire monter les cotes d'écoute.

Pour tenter de raviver le feu et essayer de reconquérir un public qui commençait à se sentir lésé, les producteurs et les scénaristes de la série réfléchirent longuement et essayèrent de trouver une solution. Il est vrai que la fin de la saison 6 laissait le personnage de Jack Bauer dans une impasse un peu difficile. Après plusieurs faux départs, l'équipe créative trouva finalement la voie de service. Quatre années allaient s'écouler, pour le personnage de Kiefer Sutherland entre la fin de la saison six et le début de la septième! Aidés par la grève des scénaristes de 2007 qui repoussa la diffusion (et une partie du tournage) de la septième saison d'un an, les écrivains eurent, finalement, non seulement le temps de compléter les scénarios à temps, mais purent aussi réfléchir sans pression à la suite des histoires de l'agent Bauer. C'est pourquoi plusieurs s'accordent pour dire que cette septième saison est une des meilleures de la série depuis longtemps. L'acteur principal et co-producteur Kiefer Sutherland lui-même claironnant sur tous les toits que c'est son année préférée depuis le début de l'émission.

Les habitués des années précédentes retrouveront aussi un personnage fidèle des cinq premières saisons que tout le monde croyait mort, mais qu'on ressuscite habilement par la magie de la télévision (et le manque de discernement des téléspectateurs qui acceptent n'importe quoi tant que c'est divertissant!). Son expérience thanatologique l'aura quelque peu traumatisé et il verra désormais la vie sous un autre angle. Je ne peux vous en dire plus sans révéler le punch. Pour le reste, après un procès devant une commission gouvernementale interrompue pour cause de mission urgente, l'agent Bauer reprend du service pour déjouer les plans de terroristes qui menacent cette fois la ville de Washington. Puis il y aura des ramifications jusqu'en Afrique alors que Jack et sa nouvelle partenaire au FBI, la jolie Renee Walker, pourchassent les méchants qui tentent de renverser le gouvernement. Il faut noter qu'à l'époque de l'écriture. Hilary Clinton était en tête de course alors on a cru avant-gardiste de mettre une femme à la tête du pays, mais on aurait été mieux de miser sur un afro-américain!

Mais tout ça reste sans importance, car les amateurs de la série retrouveront le punch des premières années, avec ses missions impossibles remplies d'action et son agent Bauer plus près de Superman que du flic normal. On navigue donc en terrain connu, avec la même assurance et savoir-faire qui fit de la série un des grands succès télévisuels des dernières années. Go Jack!

Au niveau vidéo, le tout est très bien présenté. On a des images claires, aux contrastes parfaits, aux contours bien définis et aux couleurs éclatantes. La beauté de la direction photo - les séquences en Afrique viennent à l'esprit- est impeccablement reproduite, nous donnant l'impression de participer à l'enquête. L'audio est aussi d'excellente qualité, nous permettant de bien suivre les missions de l'agent Bauer. Seule la musique, même si elle est plutôt bonne, semble être mise un peu trop en avant-plan. Les dialogues sont par contre très nets et clairs, avec la profondeur nécessaire pour ajouter à l'action visuelle.

En suppléments on retrouve de nombreuses séquences retranchées du montage original, des commentaires audio de Kiefer Sutherland et des producteurs sur certains épisodes, une prestation de l'orchestre de musique de film de Santa Cruz de Tenerife jouant la musique de 24 en concert, ainsi que deux revuettes. La première sur le tournage d'une cascade et d'une série d'effets spéciaux majeurs et spectaculaires pour l'heure 19 de la septième saison ("Hour 19: the Ambush") et la deuxième, de loin plus fascinante, sur les problèmes - et leur résolution – auxquels étaient confrontés les scénaristes principaux pour cette septième année. On retrouve des entrevues de tous les scénaristes et des producteurs, ce qui change des documentaires habituels sur le tournage...


Cotes

Film7
Présentation9
Suppléments8
Vidéo9
Audio8