All the Sins of Sodom / Vibrations [Blu-ray]
Film Movement

Réalisateur: Joseph W. Sarno
Année: 1968
Classification: NR
Durée: 87 / 75 minutes
Ratio: 1.78:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DD20)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 15 / 16
Nombre de disques: 1 (BD-50)
Code barres (CUP): 612385210495

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
21 septembre 2017

L'oeuvre de Joseph W. Sarno est en train de se dévoiler au grand jour et c'est une excellente nouvelle. Après un premier coffret qui comprenait Vampire Ecstasy / Sin You Sinner, place au second où l'on peut découvrir "All the Sins of Sodom" et "Vibrations".

Tournés en 1968, ces deux longs-métrages à micro budget sont des films érotiques d'auteur, alors que Sarno privilégie constamment sa mise en scène au détriment du reste. Cela paraît clairement dans "All the Sins of Sodom", où l'on suit un photographe qui a maille à partir avec ses différents sujets. La réalisation très travaillée utilise les symboles et les contrastes pour entrer dans la tête de ses différents personnages. Si l'histoire demeure limitée et l'interprétation inégale, sa démarche est clairement identifiable. Il privilégie le plaisir féminin, jouant allègrement avec les textures et les ombres. Sans être du même calibre, on pense rapidement à Bergman pour le côté plastique et Cassavetes pour le revêtement réaliste.

"Vibrations" quitte quelque peu le huis clos pour montrer une errance probante à New York. Il y revient toutefois régulièrement afin d'exposer le refoulement sexuel d'une jeune femme et la soif de désirs de sa soeur plus aventureuse. Moins maîtrisé formellement, plus sexy et bercé d'humour noir, cet exposé rappelle la nécessité de faire le point avec son passé. La répétition, nécessaire, transforme graduellement l'atmosphère, qui passe de hippie à une sorte de culte plus obscur.

Le grand soin apporté au noir et blanc prend une nouvelle dimension dans cette copie restaurée en 2K. On note bien des traces d'égratignures, de grain et de brûlures, mais rien de trop dommageable pour une création qui a longtemps été perdue. Les teintes sont très intéressantes et les contrastes, séduisants. Les pistes sonores limitées mettent l'emphase sur les dialogues et les bruits de satisfaction. La musique assez cocasse sur "Vibrations" est plutôt rare à l'écoute de "All the Sins of Sodom".

Les deux films se retrouvent sur un Blu-ray. L'élégante pochette en noire et blanc présente des images des deux récits. Un livret plutôt élaboré permet d'en savoir davantage sur l'homme, ses ouvrages et le contexte de l'époque. Les menus principaux du disque sont composés de scènes sans trop de fioriture et de mélodies légères. "All the Sins of Sodom" regroupe des bandes-annonces, une entrevue avec son cinéaste et une piste de commentaires assez révélatrice où l'actrice Peggy Steffans - la femme du réalisateur - répond à des questions sur les différentes productions. Cette dernière se permet également de parler de "Vibrations" et l'historien Tim Lucas conclut avec une piste de commentaires plus traditionnels et explicatifs.

Pionnier dans la façon de faire de l'artistique avec de l'érotique, Joseph W. Sarno a malheureusement un peu sombré dans l'oubli et c'est une excellente idée que le distributeur Film Movement décide de le faire renaître. Sans être ses classiques, ces aventures hors-norme, sensuelles, et peut-être timides pour notre époque, méritent qu'on s'y attarde.


Cotes

Film7/6
Présentation7
Suppléments6
Vidéo7
Audio6