Amistad [Blu-ray]
Paramount Home Media Distribution

Réalisateur: Steven Spielberg
Année: 1997
Classification: 14A
Durée: 155 minutes
Ratio: 1.85:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DD51), Espagnol (DD20), Portugais (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol, Portugais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (BD-50)
Code barres (CUP): 032429150073

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
18 mai 2014

Sorte d'antépisode à son surestimé Lincoln, Steven Spielberg avait tourné le satisfaisant "Amistad" en 1997 et voici que le long-métrage est disponible en format Blu-ray, pour profiter du sacre aux Oscars de l'excellent 12 Years a Slave (dont son héros, Chiwetel Ejiofor, joue un rôle important).

Aux États-Unis en 1839, le navire Amistad est retrouvé avec des esclaves noirs à son bord. Un procès teinté de considérations politiques s'ensuit si ces hommes doivent être remis à l'Espagne ou s'ils peuvent retrouver leur liberté.

Le Steven Spielberg sérieux pourfend les injustices en montrant comment la violence est enracinée dans la culture de son pays et qu'elle fait mal. "Amistad" est en peut-être la démonstration la plus éclatante. À partir d'un sujet qui fait réfléchir, il convoque d'excellents acteurs (Djimon Hounsou, Anthony Hopkins, Matthew McConaughey, Morgan Freeman...) en leur offrant des répliques-chocs sur la liberté et l'importance de ses racines. Peu importe que le ton soit pompeux, qu'il y ait des violons à la tonne, des symboles éprouvés et une mise en scène académique. Le propos est plus important que tout, que ces 155 minutes trop longues et que ce sentimentalisme teinté de naïveté. Si on accepte d'emblée cette faiblesse qui font également sa force de caractère, on ne peut qu'être remué par cet objet cinématographique sincère sur la souffrance, le courage et la résilience. Malgré la prévisibilité de l'ensemble, quelques moments touchent le sublime, rendant les yeux immédiatement tristes.

La solide recréation historique permet d'y adhérer rapidement. Les images soignées et détaillées offrent une palette de couleurs précises, des contrastes toujours justes et une définition de contours qui est judicieuse. La musique de John Williams n'évite pas les excès, appuyant convenablement les situations. Les pistes sonores sont atmosphériques à souhait, faisant ressortir des enceintes des bruits d'eau et de vent, de cris et de fureur. Les voix sont généralement audibles et afin de comprendre les nombreux dialectes utilisés, il est conseillé d'insérer les visibles sous-titres blancs.

La pochette sobre et conventionnelle montre le visage des comédiens les plus importants, qui sont accompagnés d'un bateau qui vogue vers un coucher de soleil qui annonce une énorme noirceur. Le menu principal du disque est plus subtil, superposant un joli chant traditionnel à un habile montage de scènes. Les suppléments déçoivent par leur manque d'abondance. Il n'y a qu'une bande-annonce et le documentaire usuel et générique sur le tournage. Il est toutefois permis d'en apprendra davantage sur cette production qui tenait tant à son auteur.

Arrivant quelques années après son illustre Schindler's List, "Amistad" ne fait évidemment pas le poids. L'exercice s'enfarge trop souvent dans les beaux discours et les comparaisons douteuses (avec le Christ, notamment, comme trop souvent chez le cinéaste) pour convaincre totalement. Ce n'est pourtant pas une raison pour détourner son regard, car ce serait passé à côté d'une œuvre mineure, mais au cœur gros comme ça, qui a tout de même des choses intéressantes à dire sur la condition humaine.


Cotes

Film6
Présentation6
Suppléments3
Vidéo8
Audio8