Band of Brothers [Blu-ray]
Warner Home Video

Réalisateurs: Phil Alden Robinson, Richard Loncraine, Mikael Salomon, David Nutter, Tom Hanks, David Leland, David Frankel, Tony To
Année: 2001
Classification: 14A
Durée: 705 minutes
Ratio: 1.78:1
Codec: 1080p (VC-1)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DD20), Espagnol (DD20)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol, Portugais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 6 (BD-50)

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
23 novembre 2008

J'ai toujours été fasciné par le cinéma à propos de la Seconde Guerre mondiale. D'abord, j'adore les films tournés dans la période des années 40-50, car ils ont tout de même la mémoire fraîche de l'événement. Dans les années 70, les reconstitutions étaient écrasées sous des tonnes de dialogue psychologique. Avec le 50e anniversaire de la fin de la guerre qui venait de passer, Steven Spielberg et Tom Hanks ont collaboré afin de commémorer la mémoire de ces milliers d'hommes courageux qui venaient de partout pour un point commun: défendre la liberté. Saving Private Ryan nous embarquait dans l'intense terreur de la mission de ces soldats pour ensuite partager avec eux lors de la recherche d'un parachutiste de la 101e Division aéroportée.

Suite au grand succès du film, le duo entreprit la création d'une minisérie dans le même style nommé "Band of Brothers" ("Frères d'armes") qui sera diffusée la première fois sur entre le 9 septembre et le 4 novembre 2001 sur le réseau HBO, basée sur le roman du même nom de Stephen E. Ambrose. Cette fois-ci, nous suivons directement la "Easy Company" du 506e régiment d'infanterie parachutée de la 101e Division aéroportée qui, à la veille du 6 juin 1944, est désastreusement parachutée au dessus de la Normandie. Tous les hommes sont éparpillés sur la région de Sainte-Mère-Église et progressent difficilement. Ils se rejoignent pour la prise des canons du manoir de Brecourt, puis à Carentan, à Eindhoven, à Nuenen, à Bastogne (bataille des Ardennes), à Foy et à Haguenau. Nous les voyons aussi durant la désastreuse Opération Market Garden, la la libération d'un camp de concentration près de Landsberg am Lech et finalement au dernier bastion du Troisième Reich, le nid de l'aigle lui-même à Berchtesgaden. Mais avant tout cela, nous voyons les parachutistes à l'entraînement au camp Toccoa en Georgie, aux abords de la montagne de Currahee.

Pas besoin de sortir vos encyclopédies, les auteurs de la série ne s'y sont pas trompé (à quelques détails près, quelques exagérations et quelques condensations). Tous les actes héroïques du film qui semblent venir de la fiction sont basés sur de vrais faits. Même les noms sont respectés (le vrai Richard D. Winters existe... il a même son site web). Chacun des dix épisodes est précédé par des interviews des vétérans de la "E Company" qui rendent encore plus réelles les images qui suivent. Pour ajouter encore à cette réalité, plusieurs des acteurs ont été mis en contact avec la personne qu'ils jouaient dans le film, ce qui n'est pas mauvais du tout! La série propose, en plus d'un passionnant cours d'histoire, une troupe de personnages très attachants, une chose importante lorsque l'on suit une série pendant presque douze heures. Il y a d'abord le major Richard Winters (Damian Lewis) qui est le personnage central de la série, celui qui tient les hommes ensemble, un officier qui a été lancé dans l'action alors que son supérieur n'a jamais touché terre de son vivant lors du parachutage. Nous retrouvons aussi le capitaine Lewis Nixon (Ron Livingston), le capitaine Ronald Speirs (Matthew Settle), le second lieutenant Carwood Lipton (Donnie Wahlberg), le sergent technique Donald Malarkey (Scott Grimes), le sergent Darrel "Shifty" Powers (Peter Youngblood Hills), le technicien quatrième grade George Luz (Rick Gomez), le sergent Denver "Bull" Randleman (Michael Cudlitz), le sergent William "Wild Bill" Guarnere (Frank John Hughes), le privé première classe Robert "Popeye" Wynn (Nicholas Aaron), le technicien quatrième classe Frank Perconte (James Madio), le technicien cinquième grade Eugene "Doc" Roe (Shane Taylor), le premier lieutenant Lynn "Buck" Compton (Neal McDonough), le sergent John Martin (Dexter Fletcher), le technicien cinquième grade Joseph Liebgott (Ross McCall), le privé première classe Edward "Babe" Heffron (Robin Laing) et le privé Wayne A. "Skinny" Sisk (Philip Barrantini), pour ne nommer que ceux-là.

Le transfert audiovisuel des 705 minutes sur DVD de la série était excellent, mais le traitement est totalement exceptionnel sur ces six disques Blu-ray, et je ne m'attendais pas à moins. Certainement un exemple à suivre pour les autres séries de ce genre. Il s'agit d'une expérience "on est là" où les balles nous sifflent de tout bord tout côté dans une qualité sans égal. La piste DTS-HD s'active à son maximum dans la totalité des séquences, que ce soit avec une musique d'ambiance, les bruits de la nature ou encore avec les projectiles. Mes oreilles ne sont pas du tout ennuyées. Étant seul à la maison pour le visionnement, je n'ai pas hésité de monter le volume, fermer les lumières et me laisser prend au jeu sonore. Hallucinant! Ça faisait longtemps que j'attendais un compétiteur à la piste sonore DTS de Saving Private Ryan (la meilleure piste DTS que j'ai entendue durant les dix dernières années) et je crois avoir mis la main dessus... et en haute définition en plus! La haute définition sonore prend tout son sens avec cette série.

L'image est de qualité projection cinématographique, sans absolument aucun défaut visuel apparent (et j'ai cherché pour cela), que ce soit dans les plans semi-statiques de paysages aux courses folles à travers les tranchées, sans oublier ses explosions d'obus qui projettent la terre partout dans les airs. Les couleurs sont semblables à ce que je me rappelle de la version DVD, mais les rouges (comme les bannières nazies) sont encore plus frappants à travers ces événements qui donnent une palette plutôt grisâtre, voire sépia. Les sauts en parachute du second épisode nous affichent encore plus de détails que la version DVD avec ces fines cordes séparant toile et soldats dans le ciel dans les grands plans. Ce nouveau repiquage numérique haute définition nous en donne vraiment pour notre argent (et le coffret n'est pas si dispendieux que cela) nous faisant part de l'acharnement du détail des artisans de cette production. De son côté, le menu des disques nous offre une navigation simple et élégante.

Le premier attrait que j'avais pour ce coffret Blu-ray était l'utilisation des fonctionnalités du format Blu-ray pour nous présenter deux options de visionnement (un lecteur Blu-ray avec le profil 1.1 est requis) qui ne sont malheureusement pas aussi intégrées au film que je l'aurais espéré. La sélection d'un des items arrête le film et repart le tout dans le mode exclusif. Si nous voulons passer à autre chose, le visionnement s'arrête et continue le film où nous étions rendus avant de sélectionner l'option. Le premier mode, certainement le plus intéressant des deux, nous propose des interviews des vétérans intégrées au film par des vignettes image sur image. Le second mode propose une chronologie dans le bas de l'écran qui "pop" dans le quart inférieur de l'image avec des informations diverses sur ce qui se passe à l'écran. Intéressant, mais certainement fatiguant durant le visionnement du film. Heureusement, ce mode permet de sauter directement aux portions informatives (texte, photo, séquences vidéo) sans avoir à tout revisionner le film entre celles-ci. Ce mode "In the Field with the Men of Easy Company" était disponible en boni sur la version DVD, mais pas en intégration avec le film.

J'étais tellement pressé de voir ces deux nouvelles options que j'en avais oublié la présence d'un dernier disque rempli de suppléments. Ceux-ci sont les même que sur la version DVD. Le documentaire "We Stand Alone Together" a été converti en haute définition (du moins les interviews), alors que la revuette sur la production "The Making of Band of Brothers", l'intriguant journal vidéo de l'acteur Ron Livingston et la revuette "Premiere in Normandy" sont offert en définition standard. De la version DVD, il ne manque que la galerie de photos (le mode "In the Field with the Men of Easy Company" en contient pas mal plus de toute façon), les courts profils sur les hommes du Easy Company et le message publicitaire "Message from Jeep". Sur les disques Blu-ray, il y a aussi les bandes-annonces pour chacun des dix épisodes et c'est là que nous pouvons constater la monstrueuse différence entre la piste sonore offerte durant le visionnement de la série et l'univers ennuyeux de celle des bandes-annonces.

Originalement, la série, diffusée hebdomadairement, a eu le malheur de débuter le 9 septembre 2001... deux jours avant l'attaque du World Trade Center. Des dix millions de téléspectateurs durant la première, il restait encore 7,3 millions de personne qui ont visionné le second épisode le dimanche suivant, malgré le retrait de la publicité par HBO. La série a obtenue un très bon taux de popularité et a remporté de nombreux prix, dont six de ses 19 nominations aux Emmy Awards, un Golden Globe pour meilleure minisérie et même un Peabody Award et un Writers Guild Award. Alors que cette série rapportait sur le chapitre européen de la Seconde Guerre mondiale, une équipe formée de Steven Spielberg, Tom Hanks et Gary Goetzman développent présentement une nouvelle série nommée The Pacific, dont la diffusion est prévue pour 2009, proposera des histoires du théâtre du pacifique et de la marine américaine.


Cotes

Film10
Présentation10
Suppléments9
Vidéo10
Audio10