Barbarella [Blu-ray]
Paramount Home Media Distribution

Réalisateur: Roger Vadim
Année: 1968
Classification: 14A
Durée: 98 minutes
Ratio: 2.35:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (TrueHD10), Français (Mono), Espagnol (Mono)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol, Portugais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (BD-25)
Code barres (CUP): 097361466460

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Patrick Robert
8 juillet 2012

Au 41e siècle, les terriens ont trouvé une façon optimale et plus civilisée d'avoir des relations intimes. Ils ingurgitent une pilule, demeurent vêtus, et se tiennent la main en attendant le transfert d'énergie. À bord de son vaisseau spatial recouvert entièrement de tapis à poils longs, la séduisante Barbarella se voit confier une mission délicate par le Président de la Terre, celle de retrouver la trace du scientifique Durand-Durand et de son invention mortelle, le rayon positronique. Naviguant de planète en planète, confrontée à des poupées mécaniques aux dents de métal ou au labyrinthe qui ceinture la sombre cité de Sogo, la pulpeuse astronaute n'hésitera pas à utiliser ses charmes pour surmonter les obstacles, et redécouvrira en cours de route les joies bien physiques du sexe grâce à de nombreux partenaires extraterrestres, dont Pygar, l'ange aveugle.

"Barbarella, Queen of the Galaxy" est une adaptation à l'écran de la bande dessinée du Français Jean-Claude Forest. Cet univers de science-fiction déjanté injecte une bonne dose d'érotisme à son intrigue, mais un érotisme marqué par la naïveté de son époque. Osé lors de son lancement original en 1968, le film ne fera pas beaucoup sourciller aujourd'hui. La scène d'ouverture par exemple montre le striptease en apesanteur de l'héroïne, mais toute forme de nudité est stratégiquement voilée par le générique. C'est la réalisation du grand Roger Vadim (connu pour ses Liaisons dangereuses et Et Dieu... créa la femme) qui distingue le long-métrage d'un simple film de série B, et lui assure une certaine qualité intemporelle.

Avec toute sa richesse visuelle, "Barbarella" méritait amplement une réédition en haute définition. Si les effets spéciaux frôlent souvent l'artisanat, la direction artistique qui puise à la fois dans le psychédélisme et le surréalisme compense largement pour le peu de moyens techniques du temps. L'inventivité des décors et des accessoires, tout comme celle des costumes signés Paco Rabanne, produit des images qui possèdent la profondeur picturale d'une toile, et qui conservent encore toute leur originalité. La musique est omniprésente et rétro, oscillant entre gogo, funk et lounge. Les effets sonores font parfois sourire, notamment le son d'un simple ressort passé dans la réverbération qui tente de donner une allure futuriste au bruitage.

L'ensemble de la distribution joue de manière caricaturale, ce qui convient toutefois au ton fantaisiste de ce long-métrage qui ne se prend jamais au sérieux. Le célèbre mime Marcel Marceau campe le rôle (parlant) du Professeur Ping, et un jeune Ugo Tognazzi revêt le costume poilu d'un chasseur extraterrestre. Dans le rôle-titre, Jane Fonda a probablement été choisie parce qu'elle répondait au physique de l'emploi davantage que pour ses talents de comédienne. Elle livre la plupart de ses répliques sur un ton naturel, mais son interprétation est beaucoup trop maniérée pour être crédible, surtout dans les scènes d'action. En dépit de ces performances d'acteur un peu exagérées, le film constitue un véritable plaisir coupable.

Cette réédition vient dans un boîtier de plastique, doublé d'une pochette en carton avec panneau ouvrable. Le devant montre l'affiche originale imprimée en relief. Lorsqu'on ouvre le panneau, un collage de style surréaliste se dévoile. Il s'agit donc d'un bel objet qui plaira aux collectionneurs. La résolution de l'image sur le disque Blu-ray est sublime, et laisse même discerner les silhouettes cristallines des comédiens qui se découpent contre les projections floues qui servent parfois d'arrière-plan. À part la bande-annonce originale (qui n'a pas été remastérisée et offre une qualité inférieure au film), le disque ne contient malheureusement aucun supplément. On aurait apprécié en apprendre plus sur la genèse et les coulisses de ce projet un peu fou, mais comme la plupart des intervenants sont aujourd'hui décédés, on comprend l'absence de matériel supplémentaire.

Il faut sans doute être sensible aux charmes kitsch pour apprécier ceux de "Barbarella", mais grâce à cette édition Blu-ray, les cinéphiles peuvent enfin visionner le film culte dans une résolution qui permet de jouir pleinement de l'esthétique exubérante et de la vision imaginative de Roger Vadim.


Cotes

Film7
Présentation9
Suppléments1
Vidéo8
Audio8