Batman Begins [Blu-ray]
Limited Edition Giftset
Warner Home Video

Réalisateur: Christopher Nolan
Année: 2005
Classification: PG
Durée: 140 minutes
Ratio: 2.40:1
Codec: 1080p (VC-1)
Langue: Anglais (TrueHD51, DD51), Français (DD51), Espagnol (DD51), Portugais (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnole, Chinois, Coréen, Portuguais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (BD-50)

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
24 juillet 2008

Le film "Batman: The Dark Knight" a brisé le record pour la fin de semaine d'ouverture avec 158,4 millions de dollars au box-office et continue d'en briser d'autre. Il a atteint le record des plus hautes ventes pour un lundi soir suivant le lancement en plus que le mardi suivant il devenait le film qui a obtenu 200 millions de dollars le plus vite. Le film a aussi des retombées dans le monde DVD. Le film "Batman Begins", dont des versions DVD coffret-cadeau, Blu-ray et Blu-ray coffret-cadeau ont été lancées, s'est énormément vendu en plus que les locations du DVD orignal ont augmentés de 76% comparativement à la semaine précédent le lancement du nouveau film (les mêmes DVD qui était déjà dans les tablettes).

Denis Lalumière de Cinemaniax m'a lancé il y a quelques semaines que j'étais chanceux de n'avoir jamais vu le film "Batman Begins". "Tu as la chance de le découvrir pour la première fois", me disait-il, en plus que c'était en format haute définition que je le faisais. Mais moi l'univers des superhéros, c'est à la télévision (dessins animés et version 1960 du chevalier noir) que je l'ai découvert et non dans les comics, encore moins dans sa version moderne. Il m'a aussi appris que ce "recommencement" nous montre Batman sur un angle plus réaliste, que "ça pourrait arriver pour de vrai" ajoutait-il. J'accepte donc la mission de le découvrir pour la première fois.

Comme son nom l'indique, ce film commence au tout début, avec une Bruce Wayne de huit ans au fond d'un puis plein de chauve-souris. Il développe alors une peur bleue de ces animaux. Il demande même à ses parents de quitter un opéra où des costumes lui faisaient penser à phobie. C'est à ce moment-là que ses parents ont été tués par un criminel du nom de Joe Chill. Il revient des années plus tard pour assassiner cet homme, mais celui-ci se fait descendre par un homme du patron de pègre de Gotham, Carmine Falcone. Bruce (Christian Bale) confronte Falcone qui lui dit qu'il ne connaît pas la nature de la criminalité. Il décide donc de voyager dans le monde pour mieux comprendre. Éventuellement, il rencontre Henri Ducard (Liam Neeson) dans une prison Bhutanese et se fait offrir de faire partie d'un groupe de vigilante nommé "League of Shadows" dirigé par Ra's al Ghul.. Il se fait entraîner, mais à la fin il n'accepte plus les convictions du groupe et détruit leur domaine. De retour à Gotham, il retrouve la ville sous le contrôle de Falcone. Il décide de monter une petite guerre contre le crime avec l'aide de Lucius Fox (Morgan Freeman), un ancien cadre de Wayne Enterprises qui a accès à plein d'intrigants prototypes, le sergent de police Jim Gordon (Gary Oldman) et son amie d'enfance Rachel Dawes (Katie Holmes). Mais les ombres ne sont pas loin de la chauve-souris.

J'espère ne pas décevoir Denis, car malgré que j'aie trouvé le film très bon, il n'était pas si inoubliable que ce grand fan du chevalier noir me laissait croire. Oui, c'est bien meilleur, plus réaliste, que la série de films1989-1997, mais pas à tout casser. Ce que j'ai aimé, c'est le domaine de Ra's al Ghul dans les montagnes, le vieillissement de Gotham au retour de Bruce Wayne et, bien sûr, la technologie que Wayne utilise pour créer son personnage. Aussi, j'ai trouvé que Christian Bale fait un excellent Bruce Wayne/Batman qui n'a qu'un but à atteindre et qui fera tout pour l'atteindre. Je suis bien heureux de le retrouver (comme les autres acteurs que j'ai bien aimés - Gary Oldman et Morgan Freeman) dans le nouveau film. J'ai été bien étonné d'apprendre que le réalisateur a décidé d'y aller avec la façon classique de faire des effets visuels (miniatures, cascadeurs, etc.) et de n'utiliser qu'un minimum d'informatique dans son film. Il n'y a aucune faille au scénario, rien qui m'a rendu crédule. Les dialogues sont solides, les liens sont bien tissés, tout est bien possible.

Il y a deux éditions disponibles sur format Blu-ray, mais l'édition qui attire le plus les regards est cette édition limitée. À moins d'être un vrai fan fini de Batman, tenez-vous en à l'édition Blu-ray régulière. De toute façon, le disque Blu-ray est exactement le même. Il n'y a dans l'autre édition que cette boîte peu pratique qui comprend un lenticulaire (celui que nous pouvons voir à travers l'emballage), des livrets avec l'introduction du Joker dans "Dark Knight" (un en comics et l'autre en scénarimages), une série d'affiches cartonnées "Batman Begins" et un billet rabais pour aller voir "Dark Knight" en salles. Rien de vraiment intéressant. Vraiment pas impressionné. Si au moins il y aurait eu une clé USB comme dans la version DVD coffret cadeau, on aurait pu la réutiliser à d'autres fins.

Passons au disque Blu-ray qui propose au départ une interface BD-Java offrant des particularités que nous retrouvions habituellement que dans les gros titres de Sony Pictures, par exemple un indicateur ligne de temps pour l'avance rapide. Je crois que plus la popularité du Blu-ray augmentera, plus ces gadgets deviendront standard. Bien sûr, nous voulons voir de la haute définition pour son audiovisuel. Pour ce qui est de l'image, nous avons ici le même transfert que Warner avait utilisé sur la version HD-DVD du film qui avait été très bien coté. Le chevalier noir profite ici de noirs très profonds (dans toutes ses palettes) ainsi que des couleurs saturées à point dans les séquences plus éclairées. La vraie différence de la haute définition se sent dans les textures retrouvées dans le film, de la fine neige qui tombe au sac en toile qui recouvre la tête du méchant. La piste sonore principale provient aussi de l'ancienne version haute définition, une des premières pistes sonores sans perte chez Warner. Elle rend le disque digne d'une démonstration de votre chaîne audio avec son ambiophonique très excitant dans, par exemple, les séquences de Batmobile et de bataille sur la glace lors de l'entraînement de Bruce Wayne.

Les suppléments aussi sont portés de la version HD-DVD, mis à part le prologue de "Dark Knight" (un peu plus de six minutes du film). De plus, il n'y a rien en haute définition, sauf les bandes-annonces, des choses qui étaient déjà disponibles sur le DVD original. Cela inclus les revuettes "Genesis of the Bat", "Batman: The Journey Begins", "Path to Discovery", "Saving Gotham City", "Shaping Mind and Body", "Gotham City Rises", "Cape and Cowl" et "The Tumbler", une gallerie de materiel promotionnel, des notes de productions assez complètes et une parodie MTV "Tankman Begins". Une des raisons avouées pourquoi ce disque n'était pas sorti en magasin en même temps que la version HD-DVD était l'inclusion d'un item "Bonus View" (image sur image) que les lecteurs Blu-ray de première génération (profile 1.0) ne pouvaient exécuter. Nous le retrouvons donc ici pour nous rendre compte que malgré que les interventions soient intéressantes, il n'y en a pas assez pour remplir le temps. Au début c'est bien, mais par après il y a trop de temps de mort.

Ce film est un impératif dans votre collection pour sa performance audiovisuelle. Dommage que du côté des suppléments ça ne soit que bien ordinaire pour les gens qui possèdent déjà le DVD double qui comprend ces mêmes suppléments dans la même résolution standard.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments7
Vidéo9
Audio9