Battleship [Blu-ray]
Universal Studios Home Video

Réalisateur: Peter Berg
Année: 2012
Classification: 14A
Durée: 132 minutes
Ratio: 2.40:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DTS51), Espagnol (DTS51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50 + DVD-9)
Code barres (CUP): 025192124471

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
8 septembre 2012

"Battleship" est un des rares films que j'ai vus sur grand écran cette année. J'y ai été invité par Cineplex afin d'expérimenter leur salle UltraAVX (et surtout de visiter leur impressionnante salle de projection numérique). J'ai été totalement ébloui par le film, ses effets visuels et surtout sa piste sonore qui faisait trembler la salle de cinéma (et ses confortables bancs). Le film lui-même? Intéressant, mais tellement loin du jeu de table d'Hasbro sur lequel il est basé. Maintenant que j'ai le Blu-ray du film entre les mains, suis-je capable de recréer l'atmosphère audiovisuelle à la maison dans ma salle UltraCINEMAISON?

D'abord, le film. Si je peux citer mon collaborateur Sylvain Rioux, "Le gars qui a fait le film n'avait vraiment pas le même jeu que moi", ça résumera bien ma pensée tout le long du film. Il y a un vraiment un petit bout qui rappelle le jeu, mais ils ont dû se creuser pas mal la tête pour insérer cela dans le film. En fait, il y a deux histoires dans "Battleship". La première, c'est celle d'Alex Hopper (Taylor Kitsch) qui a un énorme problème avec la discipline. Son grand frère Stone (Alexander Skarsgård) est tout le contraire, incarnant la discipline des Marines. Après s'être mis dans la merde plus que d'habitude en essayant d'impressionner Samantha Shane (Brooklyn Decker)... sans savoir que c'était la fille de l'Amiral Terrance Shane (Liam Neeson). Stone en a assez et force son frère à s'engager dans la Marine afin qu'on lui botte un peu le derrière. Quelques années plus tard, nous retrouvons Alex sur le point de se faire virer de la Marine. Cela devait arriver juste après l'exercice marin RIMPAC, au même moment où nous sommes rejoints par la seconde histoire du film.

En 2005, la NASA a découvert une planète extrasolaire qui a les mêmes particularités que la Terre. On y envoie un signal (aaaaaaaaaaaaaaaarrrrrgghhh! La façon qu'ils utilisent est pleine de bogues techniques... on se calme et on oublie cela...) en espérant une réponse. Le scientifique Cal Zapata (Hamish Linklater) espère pour sa part que ce ne sera pas une réponse telle que Christophe Colomb aux Indiens... les humains étant les Indiens cette fois-ci. Malheureusement, il a raison alors que cinq vaisseaux répondant au signal vont s'écraser dans l'eau tout près de l'exercice RIMPAC, coinçant dans leur champ de force quelques navires de l'exercice, dont ceux où se trouvent les deux frères Hopper. Attaque et destruction des îles aux alentour s'en suivent. Il en viendra à Alex et le reste de son équipe à les repousser puisque la communication à l'extérieur du champ de force est impossible.

Cette montagne d'effets audiovisuels devrait plaire à tout fans d'action, d'extraterrestres, de la Marine et même aux amateurs de la Seconde Guerre mondiale qui seront surpris et conquis par la présence à la fin du film des vétérans qui s'occupent du USS Missouri qui prendront part à l'action. Tout d'abord, les batailles numériques pour finir avec la vieille école des combats analogique. Vous êtes de ce lot? Parfait, car vous allez passer du bon temps! Autant Taylor Kitsch, Rihanna (oui la chanteuse), Alexander Skarsgard, Brooklyn Decker et même Liam Neeson sont placés dans des rôles stéréotypés qui leur vont comme un gant. Le scénario est quelque peu risible, mais assez bien ficelé pour que les événements s'y suivent sans trop laisser de trous trop apparents dans l'histoire. J'ai été ravi que l'on nous montre rapidement de quoi avaient l'air les extraterrestre, leur forces et leur faiblesses afin de ramener l'effet curiosité au plan principal du film, celui de leur botter le derrière vers l'enfer. Il n'auront pas la chance de téléphoner à la maison!

Le transfert numérique est à toute chose parfaite en comparaison à l'image vive et l'audio à tous casser que j'ai pu entendre au cinéma. L'audio est tout aussi performant qu'en salle, virtuellement identique à mon avis. La piste DTS-HD Master Audio 5.1 nous propose des basses agressives (n'oubliez pas d'allumer votre haut-parleur de basses fréquences) et une sonorité incroyable et bien balancée qui n'enterre aucun de ses éléments, que ce soit les dialogues, les effets sonores ou la musique (avec quelques notes bien placées de AC/DC). L'ambiophonie m'a autant séduit que la piste sonore du disque Blu-ray Transformers: Dark of the Moon. J'ai encore les oreilles qui résonnent une semaine après mon visionnement! Tout cela vient agrémenter une image excessivement bien définie, bien détaillée, parfaitement colorée, avec des noirs profonds, une forêt hawaiienne d'un vert très riche et des contrastes à couper le souffle. Le tout a été étonnamment tourné avec différentes variétés de négatif Kodak et transféré numériquement en 2K pour y ajouter les nombreux effets. Nous avons la qualité deux mondes pour un résultat digne d'un démonstration de votre cinéma-maison.

Il y a quelques suppléments de ce disque qui sont partagés avec la version DVD, mais n'ayez crainte, car ils sont présentés en haute définition sur disque Blu-ray! "Preparing for Battle", "All Hands on Deck" et "Engage in Battle" sont des revuettes présentant les origines très superficielles du film, son tournage et les éléments de tournage en compagnie des acteurs et autres artisans. Le reste et exclusif au format Blu-ray à commencer par le mode "All Access" où le film est interrompu par divers items images sur image. Il y a ensuite une intéressante revuette, "The Visual Effects of Battleship", à propos des effets visuels avec plein de dessins de conception, suivi de la revuette "Commander Pete" qui n'est rien de moins que six minutes d'autofélicitation des artisans à propos du réalisateur. Ce qui m'a le plus intéressé dans tout le contenu du disque c'est la revuette de vingt minutes "USS Missouri VIP Tour" qui nous fait visiter le navire-musée USS Missouri qui est présenté dans le film. Une copie DVD et une copie numérique du film font aussi partie de l'ensemble.

Le réalisateur Peter Berg nous offre un très excitant film qui a une présentation toutes étoiles sur disque Blu-ray en plus d'avoir une série de suppléments qui à divers public. Certainement un disque parfait pour les démonstrations Blu-ray qui devrait faire partie de toute bonne collection pour son bon degré de revisionnement!


Cotes

Film8
Présentation7
Suppléments7
Vidéo10
Audio10