Black Swan [Blu-ray]
20th Century Fox Home Entertainment

Réalisateur: Darren Aronofsky
Année: 2010
Classification: 14A
Durée: 108 minutes
Ratio: 2.40:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DD51), Espagnol (DD51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50 + DVD-5)
Code barres (CUP): 024543715146

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
17 avril 2011

Darren Aronofsky et Natalie Portman sont au sommet de leur art dans "Black Swan", un suspense à la fois classique et hors norme où le désir de perfection tourne à l'obsession. Du cinéma vivant et haletant comme il s'en fait trop peu chaque année.

Un prestigieux ballet est en train de monter une nouvelle version du Lac des cygnes. La danseuse Nina (Natalie Portman) espère ardemment décrocher le rôle principal, mais elle a de la sévère compétition de la part de sa collègue Lily (Mila Kunis). Pour le directeur artistique Thomas (Vincent Cassel), la personne parfaite devra à la fois être capable d'incarner le cygne blanc et le cygne noir.

À en juger par ses affiches rétro, "Black Swan" semble sortir d'une autre époque. Celui de l'âge d'or hollywoodien où les jeunes premières rêvent de gloire (écho à A Star is Born), marchant allègrement sur le dos des anciennes célébrités (façon All About Eve, avec une méconnaissable Winona Ryder qui incarne avec brio la star d'hier... ou son propre rôle) pour faire leur place. Ces thématiques universelles sont au service d'une intrigue menée tambour battant qui multiplie rapidement les fausses pistes, payant des hommages aux opus de Michael Haneke (La pianiste), de Krzysztof Kieslowski (La double vie de Véronique) et de Satoshi Kon (principalement Perfect Blue).

Il s'agit surtout d'un film portant clairement le sceau de Darren Aronofsky. Le créateur de Pi est fasciné par la dualité, l'obsession et la dépendance. À la façon de son chef-d'oeuvre Requiem for a Dream, il plonge son héroïne dans un long cauchemar sans fin où elle devra sans cesse rivaliser avec les autres, mais surtout avec elle-même. Sa mère (vibrante Barbara Hershey) et son "double" font office de miroirs déformés, ce qui préfigurera un long combat pour atteindre finalement son émancipation et surtout son identité. Le tout se déroule en plusieurs actes, à l'image de la pièce originale, vivant littéralement au son de la musique de Tchaïkovski qui est légèrement déformée par celle de Clint Mansell.

"Black Swan" n'est donc qu'un affrontement entre la lumière et la noirceur, entre le réalisme et le surnaturel, entre la nostalgie de voir un rêve s'accomplir et celui d'en payer le prix. Le drame qui prend des propensions mythiques fraye rapidement avec le suspense et même l'horreur (on pense au Repulsion de Polanski) dans sa façon de métamorphoser la protagoniste, qui devra apprendre à changer de peau (physiquement, psychologiquement et sexuellement) pour passer au stade supérieur. Une évolution qui doit beaucoup au jeu senti et époustouflant de Natalie Portman qui a remporté l'Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle exigeant. La comédienne vole la vedette à ses talentueux comparses en campant à la fois la jeune fille douce et sensible et son alter ego inquiétant et menaçant.

Outre ses exagérations (ou hallucinations) grotesques et mélodramatiques clairement voulues et pas nécessairement éloignées de la série B, le récit montre un cinéaste qui ne s'est pas totalement débarrassé de ses tics. Aronofsky a encore tendance à prêcher par excès, à moraliser, et il n'est pas le réalisateur le plus subtil. Il a néanmoins appris à se contrôler sur le plan technique, privilégiant dans un premier temps la caméra à l'épaule et les plans rapprochés, avant de se laisser envahir par l'avidité de son sujet. La scène devient rapidement le théâtre de toutes les possibilités, bonnes et mauvaises, et plusieurs moments inoubliables s'y dérouleront, notamment ce ballet final qui part en apothéose pour ne plus jamais toucher terre.

Les éléments techniques sont à couper le souffle. Les images demeurent extrêmement détaillées, présentant une riche palette de couleurs, des teintes précises et des contrastes spectaculaires qui utilisent plus que favorablement les différentes couches de noir afin de créer une ambiance souvent tordue. Un peu de grain peut subsister, et il s'inscrit sans aucun doute dans l'atmosphère souhaitée. Les pistes sonores sont utilisées efficacement, faisant ressortir des multiples enceintes de bruits de cordes, de murmures, de sonneries et d'applaudissements. Les voix sont toujours audibles, le doublage francophone s'avère satisfaisant, et il y a de très visibles sous-titres blancs en anglais et en espagnol en cas de nécessité.

La pochette blanche à l'effigie de la protagoniste est vraiment très jolie. Une copie digitale figure dans le boîtier. Le menu principal du Blu-ray présente un superbe montage de scènes qui tournent autour d'un ballet. Encore une fois, le mélange d'ombres, de lumière et de mélodies mémorables captive. Les suppléments s'articulent autour d'un très intéressant documentaire (de 49 minutes) en trois parties qui permettent au réalisateur de présenter sa vision créatrice et de le voir en pleine action, concocter ses plans. À voir de toute urgence. Les autres bonus sont beaucoup moins essentiels. Il y a des bandes-annonces, de courts et superficiels segments sur les costumes, sur l'esthétisme et la façon de filmer les ballets, des détails sur le cinéaste et sa vedette principale, une courte conversation avec Natalie Portman et Darren Aronofsky, ainsi que des segments sans conséquence où les artisans les plus connus (Vincent Cassel, Winona Ryder, etc.) parlent de leur rôle respectif. L'onglet BD-Live permet pour l'instant d'accéder à quelques publicités variées.

Avec ses clins d'oeil multiples (dont plusieurs à ses propres Requiem for a Dream et The Wrestler) et sa façon unique de placer la caméra, le metteur en scène prouve qu'il est incapable de décevoir, et si sa vision n'est pas aussi flamboyante que celle du mésestimé The Fountain, elle en fascinera plus d'un. Natalie Portman y est tous simplement magistrale, alors que le scénario écrit à six mains réserve son lot de surprises. Peu importe si le spectateur devine comment le tout va se terminer (l'effet Inception), l'important est la façon de raconter son histoire, les émotions ressenties et le brio de la démonstration: trois aspects - parmi tant d'autres - qui font de "Black Swan" un très grand plaisir.


Cotes

Film8
Présentation8
Suppléments7
Vidéo9
Audio9