Blade Runner [Blu-ray]
5-Disc Complete Collector's Edition
Warner Home Video

Réalisateur: Ridley Scott
Année: 1982
Classification: 14A
Durée: 117 (Workprint: 110) minutes
Ratio: 2.40:1 (Workprint: 2.20:1)
Codec: 1080p / VC-1
Langue: Final: Anglais (TrueHD51, DD51), Français (DD51) / Archive: Anglais (DD51, DD20), Parisien (DD20), Québécois (DD20) / Workprint: Anglais (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol, …
Nombre de chapitres: 36
Nombre de disques: 5 (3 BD-50 + 2 DVD-9)

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
15 janvier 2008

"Blade Runner" est un des premiers films à paraître en 1997 sur le format DVD, mais la version offerte était une "The Director's Cut", une version DVD du film qui ne plaît guère aux fans de l'ouvrage, particulièrement en regard à la version internationale de 1982 qui était parue du laserdisc dix ans plus tôt. Plus les années avançaient, plus les standards du DVD étaient sévères, plus les lacunes de ce DVD lui-même étaient apparentes. Afin de souligner le 25e anniversaire du film "Blade Runner", Warner a combattu les aspects légaux (depuis 2000 à ce que l'on dit) afin de produire un superbe ensemble définitif digne des meilleures éditions spéciales. En fait, plus de sept différentes configurations disponibles selon votre degré d'amour du film.

On attribut la naissance du cyberpunk à ce film qui met d'abord en vedette l'univers électrisant du livre de Philip K. Dick, Do Androids Dream of Electric Sheep?, un mélange entre la science-fiction et le genre noir. Dans un Los Angeles futuriste (novembre 2019!), Rick Deckard (Harrison Ford) travaille comme "blade runner", soit de "retirer" du marché les "Réplicants" qui se rebellent. Ces Réplicants sont des humains complètement synthétiques qui servent à faire le sale travail que l'humanité ne veut plus faire. On leur a implanté des émotions et des mémoires pour les rendre plus vrais, mais il vient un jour où ces items font place à une vraie conscience et une vraie personnalité. Pour cette raison, les Réplicants sont dotés d'une date d'expiration de quatre ans avant d'être automatiquement désactivés. Quelques Répliquant désespèrent à ne pas mourir et c'est là que le travail de Deckard débute. Il doit les arrêter avant qu'ils ne blessent quelqu'un.

Dans l'histoire qui nous concerne, Deckard est à la recherche de quatre Réplicants d'un modèle avancé (Nexus-6) suite à la demande/chantage de son ex-patron Bryant (M. Emmet Walsh). Il doit retrouver Roy Batty (Rutger Hauer), le chef de ces Répliquants rebelles, Leon Kowalski (Brion James), Zhora (Joanna Cassidy) et Pris (Daryl Hannah). Accompagné par l'agent Gaff (Edward James Olmos), Deckard se rend aux bureaux de Tyrell Corporation afin de vérifier si le test Voight-Kampff (pour détecter les Réplicants) fonctionne bien avec un modèle avancé. Il y rencontre le docteur Eldon Tyrell (Joe Turkel) et son assistante Rachael (Sean Young) et découvre après test que cette dernière est un Réplicant très avancé qui croit littéralement qu'elle est humaine. À partir de là, Deckard part à la recherche des rebelles, rencontrant de nouveau Rachael qui a peine à croire la révélation qu'on vient de lui faire.

Revenons donc à ces nouvelles éditions DVD qui font saliver bien plus que les fans du film. Il y a une édition double disques DVD, une édition quatre disques DVD et finalement une édition cinq disque disponible en format HD-DVD et Blu-ray, en plus d'édition numérotés de collection DVD, HD-DVD et Blu-ray qui comprennent la même édition cinq disques insérés dans une mallette semblable à celle que Deckard utilise pour transporter sa machine pour le test Voight-Kampf. Elle contient en plus des DVD, divers gugusses, dont huit reproductions de dessins de production, une photo lenticulaire dans un bloc de plexiglas, une reproduction en plastique de l'origami de licorne de Gaff et une réplique d'une voiture de police du film. Laquelle version choisir?

Dans toutes ces éditions, les deux premiers disques sont les même. Le premier contient la toute nouvelle édition "Final Cut" qui a subit un énorme effort de restauration, dont une numérisation 4K (4096 lignes... beaucoup plus que les 1080 affichables en haute définition - même certains éléments d'effets visuels ont été numérisés en 8K - 8192 lignes!), un nettoyage qui a retiré parfaitement toutes impuretés dans chaque image et une correction des couleurs selon les spécifications du réalisateur. Il y a aussi une des scènes retranchées, d'autres allongées, pour donner une durée similaire aux versions existantes. Le petit plus sont ces scènes qui ont été numériquement réparées comme un visage de cascadeurs remplacé, des membres de l'équipe de tournage dans l'image retirés, des erreurs de continuité corrigées, en fait plein de petites choses que les plus grands fans vont remarqué immédiatement. Je ne me souvenais tellement pas du film que je ne les aie pas du tout remarqués. Un travail extraordinaire. Il en va de même avec le son qui est bâti avec la technologie Dolby TrueHD qui donne un résultat absolument impressionnant reproduisant une atmosphère absolument incroyable. Les effets les plus intéressants sont certainement les voitures de police qui passent de chaque côté de nous durant les premières séquences. Beaucoup mieux que les mixages précédents. L'audio a également été restauré élément par élément, recréant les sons trop dégradés, les insérant de façon transparente parmi les sons existants et la musique de Vangelis.

Ce premier disque comprend en boni une introduction du réalisateur et trois pistes de commentaires. Le réalisateur Ridley Scott discute en solo sur la première. La seconde piste de commentaires est animée par le scénariste original Hampton Fancher, le scénariste de révision David Peoples, le producteur Michael Deeley et la productrice exécutive Katy Habe. La dernière piste comprend les propos des spécialistes en effets visuels Syd Mead, Doug Trumbull, Richard Yuricich et David Dryer, en plus du directeur artistique David Snyder et du designer de production Larry Paull. Les trois pistes sont d'intérêts différents et chacun trouvera son préféré. Disons que pour moi, celui avec les gens des effets visuels était un peu plus intéressant que les fans du livre qui président la seconde. Celle avec le réalisateur est bien correcte aussi, mais lorsqu'il parle du symbolisme de son film, il m'a davantage perdu.

Le second disque comprend en plat de résistance le documentaire de 214 minutes " Dangerous Days: Making Blade Runner" créé par Charles de Lauzirika, le producteur de suppléments pour entre autres les ensembles Alien Quadrilogy et Kingdom of Heaven: Director's Cut... alors vous savez que c'est très bien fait est extrêmement complet. Plus de 80 membres de la production y ont participé, y compris les acteurs Harrison Ford et Rutger Hauer. Notez que ce disque est un DVD dans toutes les versions et comprend en boni des bandes-annonces quelques DVD à venir de Warner.

Le troisième disque commence à être un peu plus pour les collectionneurs que pour le locataire de film usuel. Le disque comprend trois versions du film, soit la théâtrale de 1982, l'internationale de 1982 et la "Director's Cut" de 1992, celle qui a paru sur DVD en 1997. Grâce au branchement transparent offert sur les trois formats de disque, nous pouvons avoir ces trois versions sur un même disque, le lecteur se branchant automatiquement vers les différences sonores et visuelles du film. Ce qui est spécial pour les francophones, c'est que ces trois versions contiennent des doublages français parisiens et québécois. Vous choisissez celle qui vous convient le mieux... ou comprenez le mieux! Les grandes différences de la version théâtrale se situent au niveau de la narration de Deckard, un peu comme les détectives de films noirs, et la finale heureuse. La version internationale introduit quelques petits éléments plus violents à cette dernière. La "Director's Cut" offre une nouvelle séquence avec une licorne, originalement filmée, mais jamais ajoutée au film. Pas de narration et une finale plus abrupte. Ce disque est en Blu-ray et offre une qualité audiovisuelle juste en deçà de celle du premier disque, MAIS tout de même excellente. Nous y voyons juste un peu plus de grain et quelques légers artefacts provenant du négatif ici et là. En boni, Ridley Scott introduit chacune des versions.

Le quatrième disque, un DVD, est nommé "Enhancement Archive" et contient pour probablement plus de deux heures de revuettes sur divers sujets."The Electric Dreamer - Remembering Philip K. Dick" nous parle de l'auteur de livre source de "Blade Runner" et de sa collection de roman, "Sacrifical Sheep - The Novel Vs. The Film" compare le film avec le livre et "Philip K. Dick - The Blade Runner Interviews" contient de toute évidence par son titre des interviews avec l'auteur. Passons à quelque chose de différent, plus intéressant pour moi, avec "Sign of the Times - Graphic Design" qui nous montre les éléments graphiques futuristes qui ont servi à illustrer les différents objets du film (il y en a tellement plus que nous pouvons imaginer!). "Fashion Forward: Wardrobe & Styling" fait sensiblement le même genre de présentation, mais pour les costumes. "Promoting Dystopia: Rendering the Poster Art" est également très intéressant, nous parlant de l'art de la création d'affiches de films dans les années 80. Il est très captivant par la suite dans "Deck-A-Rep: The True Nature of Rick Deckard" d'entendre des réalisateurs populaires (dont Frank Darabont et Guillermo Del Toro) de répondre à la question à savoir sur Deckard est lui-même un Réplicant. Ces autres réalisateurs affirment par la suite dans la revuette "Nexus Generation - Fans and Filmmakers" que le film les a bel et bien influencés dans leur carrière.

Il y a ensuite les auditions des actrices Nina Axelrod et Stacey Nelkin pour un rôle qu'elles n'ont pas obtenu, un hommage au cinématographe Jordan Cronenweth, un trio de revuettes originales de 1982 avec un peu trop d'extraits du film ainsi que des bandes-annonces de qualité variable. Il y a aussi un grand trésor sous la forme de tonnes de scènes retranchées, près d'une heure de matériel qui change l'histoire en tout point, des séquences que même les plus grands fans n'ont jamais entendu parlé. Il y a même une version alterne de la narration de Decker!

Le cinquième et dernier disque de l'ensemble est pour sa part en format Blu-ray et contient un autre trésor pour les plus grands fans: la version de travail du réalisateur. Étant une copie de travail, la qualité ne peut rivaliser avec les autres versions du film. L'image est un peu granuleuse, les couleurs ne sont pas vraiment saturées, les effets visuels ne sont pas bien finis et la haute définition ne fait qu'accentuer ces défauts. Mais seulement le fait d'avoir cette version est un grand cadeau du réalisateur, lequel il nous introduit dans une courte revuette. Il y a ensuite une piste de commentaires de l'historien Paul M. Sammon, probablement la personne la mieux informée sur le sujet d'après ce que je peux entendre ici. Le tout est complété par la revuette "All Our Variant Futures: From Workprint to Final Cut" dans lequel le réalisateur du film et le producteur de cet ensemble nous parlent des différences dans chaque version du film jusqu'à la version qui se trouve sur le premier disque.

Pour plusieurs, ce film est le plus grand jamais fait. Les ensembles avec les petites mallettes sont vraiment pour eux. Mais pour ceux qui ne sont pas de grands connaisseurs, voilà une occasion de tout savoir sur ce film à travers un grand document qui a pris sept années à nous parvenir. J'ai eu du mal à vous résumer tout le contenu sans trop vous en dire (il faut tout de même garder une surprise pour votre visionnement) et surtout sans vous faire lire plus long que trois pages de texte. L'ensemble de cinq disques en vaut vraiment la peine et son prix de vente est tout de même bien raisonnable, même en haute définition.


Cotes

Film8
Présentation8 / 10 (malette)
Suppléments10
Vidéo10
Audio10