The Boy Next Door [Blu-ray]
Universal Studios Home Entertainement

Réalisateur: Rob Cohen
Année: 2015
Classification: 14A
Durée: 91 minutes
Ratio: 2.40:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DTSHDMA51), Espagnol (DTSHDMA51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50 + DVD-9)
Code barres (CUP): 025192242298

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Ducharme
21 avril 2015

Après avoir été à l'affiche ces dernières années dans plusieurs comédies romantiques ratées, Jennifer Lopez revient au genre cinématographique dans lequel elle s'était le plus illustrée au début de sa carrière, soit le Thriller. Nous avons qu'à penser à The Cell, Anacondas et Angel Eyes qui firent probablement les œuvres les plus marquantes de sa carrière. Si on met de côté pour un instant, le drame Selina où elle offrit sans aucun doute sa plus grande interprétation. Malheureusement, aujourd'hui, les choses ont bien changé. Après être devenue la figure emblématique des journaux à potin, cette dernière est désormais l'ombre d'elle-même. Ceci autant pour sa carrière musicale que pour celle au grand écran. Le film "The Boy Next Door" se dévoile comme un nouveau pas dans la descente aux enfers de cette star déchue.

À Los Angeles, Claire Peterson est une séduisante enseignante fraîchement divorcée. Esseulée, la quadragénaire tente de retrouver un peu de bonheur en s'occupant de Kevin, son fils adolescent. Un jour, elle voit emménager en face de chez elle son nouveau voisin, Noah, un jeune homme d'une vingtaine d'années dont elle tombe rapidement sous le charme. Après avoir entretenu une aventure avec lui, Claire décide d'arrêter cette liaison au désespoir de son nouvel amant. Dès lors, Noah prend de plus en plus une attitude, inquiétante et menaçante au point de transformer l'existence de notre héroïne en un véritable cauchemar.

Le film "The Boy Next Door" s'avère dans les grandes lignes une œuvre des plus mauvaises. Principalement à cause de son scénario des plus prévisibles. Dès les premiers instants, nous devinons sans la moindre difficulté la fin du film. Un problème qui tue non seulement l'intensité de la production, mais tout son intérêt. Au lieu d'offrir une pâle copie d'œuvres insipides telles que Swimfan et The Roomates, les artisans auraient eu avantage à traiter du harcèlement d'une manière plus sérieuse. Tout d'abord, en injectant un bagage psychologique à leurs personnages. D'un côté, nous comprenons mal les raisons de l'héroïne à se laisser séduire par un jeune homme d'âge mineur. De l'autre, nous ne connaissons à aucun moment les problèmes qui poussent le jeune maniaque à harceler sa nouvelle voisine. Il aurait été particulièrement intéressant de voir les différents facteurs qui l'ont transformé en personne aussi dangereuse. Comme on peut deviner, l'héroïne découvre que son jeune amant est plus qu'un simple harceleur, mais plutôt un tueur. Malencontreusement, le scénario ne dévoile jamais les circonstances de ses meurtres ni sa motivation véritable à causer autant de mal. À force de miser sur une surenchère d'effets spectaculaires, le long métrage perd non seulement toute sa crédibilité, mais son sujet de vue. Il aurait été nettement plus intéressant d'encadrer le thème du harcèlement d'une manière plus réaliste et surtout; en démontrant le point de vue des deux principaux protagonistes vis-à-vis la situation. De cette façon, la perception disparate du harceleur en comparaison à celle de l'héroïne aurait selon moi pu faire réfléchir davantage sur un problème qui devient de plus en plus répandu avec les médias sociaux. Sans compter que la vision biaisée de Noah aurait été sous ce point de vue bien plus dérangeante que celle offerte. L'histoire du voisin harceleur qui explique ses gestes par le fait qu'il est en réalité un tueur dénature une problématique qui mériterait, sans nul doute, un nouveau point de vue pour trouver des solutions concrètes aux problèmes. Outre son scénario bancal et peu original, "The Boy Next Door" contient beaucoup de lacunes au niveau cinématographique. Spécialement du côté de la réalisation qui démontre une absence de rythme. L'histoire est racontée platement sans la moindre personnalité. Le tout se conclut par une distribution peu convaincante qui se voit obligée de défendre des dialogues imbuvables et le manque de profondeur de leur protagoniste respectif.

Au niveau technique, l'image proposée s'avère de très bonne qualité. Composé à la fois d'une belle palette de couleurs et d'une solide reproduction des détails, l'ensemble est tout simplement magnifique. Cependant, cette force devient dans ce cas-ci une faiblesse, puisque par son aspect, le film perd tout son aura d'intensité. De cette manière, celui-ci n'arrive jamais à nous faire frémir ou à nous faire ressentir toute la pression qu'éprouve l'héroïne. Du côté son, la piste sonore accompagne très bien l'action projetée à l'écran. Toutefois, certaines scènes auraient pu mériter davantage de sons ambiants afin d'injecter plus de suspense à l'intrigue.

La section des suppléments nous soumet un segment très peu informatif sur l'envers du décor dans lequel les artisans parlent de leur rôle respectif. Heureusement, une piste de commentaires mettant en vedette le réalisateur Rob Cohen est accessible afin d'offrir un peu de tonus à la section. Par l'entremise d'une analyse assez bien menée, le cinéaste réussit à rendre son œuvre plus intéressante que lorsqu'on la visionne sans ses interactions. Le tout se conclut par une panoplie de scènes retranchées qui, pour certaines, auraient pu approfondir un peu la psychologie des personnages si elles avaient été incluses dans le montage final.

Dépourvu d'originalité, de sens critique, de rythme, de réaliste et de personnages bien construits, le film "The Boy Next Door" se révèle tout simplement médiocre. Même sa vedette qui est également productrice semble s'ennuyer à l'écran.


Cotes

Film2
Présentation8
Suppléments6
Vidéo9
Audio9