CHIPS [Blu-ray]
Warner Home Video

Réalisateur: Dax Shepard
Année: 2017
Classification: 14A
Durée: 101 minutes
Ratio: 1.85:1
Codec: 1080p (VC-1)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DD51), Espagnol (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50 + DVD-9)
Code barres (CUP): 883929583454

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Patrick Robert
25 juillet 2017

Mettant en vedette deux policiers patrouillant les autoroutes de la Californie à moto, la série télévisée CHiPs a connu pas moins de six saisons entre 1977 et 1983, et étant donné la propension d'Hollywood à multiplier les remakes, il était inévitable qu'un jour ou l'autre, un cinéaste tenterait de donner une seconde vie à ce classique du petit écran. Cette adaptation signée Dax Shepard reprend bien les deux personnages principaux, mais dans cette version, Francis "Ponch" Poncherello est en fait la fausse identité d'un agent du FBI nommé Castillo qui se fait passer pour une recrue du California Highway Patrol afin d'enquêter sur des policiers corrompus impliqués dans des vols de camions blindés, tandis que son partenaire, le noble Jon Baker, a été transformé en idiot au bon cœur, soit un ancien champion de motocross déchu qui, dans une ultime tentative pour sauver son mariage, s'est enrôlé dans la police. Ça commence plutôt mal...

Tandis que la série télévisée s'adressait au grand public, le film propose une version "modernisée" et cotée 17 ans et plus, ce qui se traduit par un ton qui se veut adulte, mais qui est surtout grossier et con, avec ses blagues de masturbation, et ses répliques du genre: "Shitting is man's last refuge". Dans une scène, Jon, qui souffre de blessures dûes à ses années de motocross, est paralysé sur le plancher de sa chambre, et il demande à Ponch de le transporter dans le bain pour relaxer ses muscles. Comme il n'est vêtu que d'un rideau, Ponch accepte de l'aider à reculons, mais il s'enfarge évidemment dans le rideau et tombe, face première, sur les parties génitales de Jon. On se demande bien comment les propriétaires de la franchise ont pu accepter d'associer le nom "CHiPs" à un tel humour de toilettes.

Michael Peña reprend le rôle de Ponch, popularisé à l'époque par Erik Estrada, et s'il tire plutôt bien son épingle du jeu, on ne peut en dire autant de Dax Shepard qui, en plus d'avoir scénarisé et réalisé le long-métrage, joue aussi le personnage de Jon Baker. Il livre ici un imbécile du genre de celui qu'il interprétait dans Idiocracy, et sa présence dans un rôle principal attriste encore un peu plus lorsqu'on voit des acteurs de la trempe de Justin Chatwin, Maya Rudoplh, Ed Beagley Jr., Kristen Bell ou Vincent D'Onofrio cantonnés à des rôles secondaires. Les amateurs de la série apprécieront la brève apparition d'Erik Estrada, mais Larry Wilcox, l'interprète original de Jon Baker, a non seulement refusé de participer au film, il l'a dénoncé sur les réseaux sociaux.

On compte évidemment plusieurs poursuites de voitures sur l'autoroute à haute vitesse, des cascades à moto, et bon nombre d'explosions dans le long-métrage, mais dans l'ensemble, non seulement la réalisation de "CHiPs" est tellement générique qu'elle aurait pu être signée par n'importe qui, mais les scènes d'actions n'arrivent pas à la cheville d'un Fast & Furious en terme de spectacle. Le réalisateur a voulu mettre à profit le soleil de la Californie, et chaque plan baigne dans la lumière, au point où on ne compte aucune scène de pluie ou de nuit à travers tout le montage. Le seul clin d'œil aux années 1980, l'époque de la série originale, est une course effrénée au son de la chanson "Roseanna" du groupe Toto, l'un des rares contre-emplois rigolos du film.

L'édition de "CHiPs" maintenant disponible contient le long-métrage sur disques Blu-ray et DVD, ainsi qu'un code pour télécharger une copie numérique. Du côté du matériel supplémentaire, on a droit à une première revuette où Dax Shepard explique les différences entre la série télévisée originale et sa version, une seconde consacrée aux cascades automobiles, toutes effectuées sans l'aide d'aucun écran vert ou d'ordinateur, et une dernière consacrée à la Ducati, la mythique moto que conduisent les deux policiers dans le film. Dix scènes retirées du montage complètent le menu.

Si la série télévisée CHiPs avait été aussi puérile que le long-métrage qui s'en inspire, elle n'aurait certainement pas eu droit à 139 épisodes. Les amateurs de l'émission originale seront déçus par cette version, tandis que les autres ne trouveront qu'une comédie niaise qui apporte très peu de nouveauté à la formule du "buddy cop".


Cotes

Film5
Présentation7
Suppléments7
Vidéo7
Audio7