Hell or High Water [Blu-ray]
VVS Films

Réalisateur: David Mackenzie
Année: 2016
Classification: 14A
Durée: 102 minutes
Ratio: 2.35:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (TrueHD51, DD51), Français (TrueHD51, DD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 8
Nombre de disques: 1 (BD-50)
Code barres (CUP): 888235024851

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
18 novembre 2016

De multiples vols de banques commis par deux frères (Ben Foster et Chris Pine) attirent l'attention d'un policier vieillissant (Jeff Bridges).

Remarqué à Cannes plus tôt cette année, "Hell or High Water" est une œuvre féroce sur l'Amérique. Tout y passe, de la relation des États-Unis - et plus implicitement du Texas - avec sa population mexicaine et amérindienne à la perte des idéaux envers ses institutions, en passant par la moralité chancelante en temps de crise économique, le rapport à la terre, etc. Un peu plus et on se croirait chez James Gray ou Andrew Dominik.

Cette riche matière première n'entrave en rien le scénario, bien au contraire. Les enjeux principaux semblent même ténus, suivant un rythme indolent. Ce qui est important n'est pas nécessairement l'intrigue principale, mais bien toutes ces ramifications qui se déroulent à l'arrière-plan, dans le sous-texte. Ce climat entre ces frangins bien différents et ce père spirituel évoque la tragédie grecque. Il n'est heureusement jamais trop lourd, gracieuseté d'un humour absurde qui peut rappeler le Fargo des frères Coen. Les personnages apparaissent déjà avec une étoffe, une épaisseur. Ils sont immédiatement définis, fascinants malgré leurs conventions et leurs limites (Bridges et Foster connaissent ces partitions par cœur). Chris Pine s'impose en laissant parler son talent, ce qui n'arrive pas souvent dans son cas (on accusera les longs-métrages et pas nécessairement l'acteur).

Cinéaste assez inégal qui a offert son lot de bons (Starred Up), de moyens (Young Adam) et de mauvais films (Perfect Sense, Spread), l'Écossais David Mackenzie signe une réalisation solide et très aboutie. Le tout débute avec un premier plan fort en bouche, pour se poursuivre plus subtilement à l'aide d'un montage parallèle à toute épreuve. Il développe en un rien de temps un western moderne qui se termine sur une finale assez réjouissante.

La musique de Warren Ellis et de Nick Cave offre déjà une ambiance du tonnerre. Les pistes sonores très dynamiques ensevelissent les enceintes sous des bruits de tirs et d'explosions, de sirènes, de véhicules et de monnaies de casino. Les dialogues sont audibles et comme les accents s'avèrent souvent prononcés, il ne faut pas hésiter à insérer de visibles sous-titres blancs ou d'opter pour un doublage francophone qui est loin d'être exemplaire. La photographie majestueuse est au service d'images très détaillées, d'une étonnante palette de couleurs et de teintes précises. Seuls les contrastes demeurent trop sombres.

La pochette un peu trop banale montre nos héros en pleine nature. On y préfère nettement l'ensoleillé menu principal qui offre un montage de scènes et une mélodie entraînante. Les suppléments évocateurs réunissent des documentaires sur la profondeur des thèmes en place, la psychologie des personnages et le soin visuel constant. Il y a en plus des questions/réponses avec le réalisateur et les comédiens, ainsi que quelques images du tapis rouge.

"Hell or High Water" est à ne point douter une des productions américaines les plus satisfaisantes de l'année. Un petit film qui ne paye pas de mine au début et qui séduit amplement par tout ce qu'il aborde et sa façon de le faire.


Cotes

Film7
Présentation6
Suppléments6
Vidéo7
Audio8