The Immortal Life of Henrietta Lacks [Blu-ray]
Warner Home Video / HBO Home Entertainment

Réalisateur: George C. Wolfe
Année: 2017
Classification: 14A
Durée: 90 minutes
Ratio: 1.78:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DTS51), Espagnol (DTS20)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (BD-25)
Code barres (CUP): 883929600960

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca
Le livre sur lequel est basé le film est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
29 octobre 2017

Film HBO basée sur le livre du même nom de Rebecca Skloot, "The Immortal Life of Henrietta Lacks" nous raconte l'histoire de la femme noire derrière HeLa. Il s'agit de cellules cancéreuses dites naturellement immortelles (qui ne meurent pas après de nombreuses divisions) servant à la recherche biomédicale. Elles sont à la source du développement d'entre autres un vaccin contre la polio, la cartographie génétique, la recherche sur le SIDA, des tests sur la toxicité et la radiation, et bien d'autres. On estime que 20 tonnes de ces cellules ont été cultivées pour la recherche. C'est bien beau, mais ces cellules ont été prises sans le consentement de la patiente et de sa famille en 1951. Les facilités médicales ne sont pas obligées d'informer qui que ce soit de ce qu'ils font avec le matériel rejeté lors d'une opération (encore aujourd'hui).

Depuis qu'elle en a entendu parler, Rebecca Skloot (Rose Byrne) veut écrire un livre à propos d'Henrietta Lacks et sa relation à la lignée de cellules qui porte ses initiales. Mais la journaliste ne pensait jamais avoir autant de collisions avec sa fille Deborah Lacks (Oprah Winfrey) qui avait tant de questions à propos de sa mère qu'elle n'a jamais connue et qui est devenue un outil indispensable de la médecine. Une bataille de famille qui a donné naissance à la bioéthique, le droit de contrôler notre corps.

Le jeu des acteurs est superbe! Rose Byrne m'impressionne dans chacun de ses rôles où elle devient une tout autre personne. Ici, son rôle de journaliste indépendante montre la volonté de fer de son personnage, son courage de continuer malgré le refus de ses sujets de coopérer. La famille a été blessée, certains ont essayé de profiter de leur histoire, alors le personnage a dû naviguer au travers des traumatismes des années. Mais c'est une Oprah Winfrey qui offre le plus au film, faisant réagir les autres personnages autour d'elle sous chacune de ses actions. Que ce soit la colère, la peur d'être encore plus blessée ou tout simplement de vouloir garder une partie de sa mère pour seulement elle, Winfrey nous fait surveiller son personnage à chaque phrase. Le reste de la famille Lacks est adorable et on s'en attache rapidement. La seule chose que je n'ai pas aimé du film, et qui n'aide pas vraiment à l'histoire, c'est le nombre considérable de flashbacks pour montrer la vie d'Henrietta Lacks. Au début c'est intéressant, mais de la voir faire la fête ne donne n'avance à rien.

Comme la majorité des productions HBO, on nous présente un très bon produit d'une qualité exemplaire. Étant un biopic, il est certain que le film ne propose pas un look à nous jeter par terre, mais plutôt une belle ambiance qui tourne entre les années 50 (tirant sur une coloration en sépia) et 2000 (naturelle sans filtre). Les plus beaux détails sont parmi les séquences extérieures. Pour l'audio, je ne m'attendais pas à grand-chose d'extraordinaire dans l'ambiance, quoique l'immersion est plutôt musicale qu'autrement. Une chose est certaine, les dialogues entre la journaliste et la famille Lacks sont toujours très clairs. Les suppléments sont plutôt maigres. Il y a près de six minutes divisées sur deux revuettes, une sur les descendants Lacks et une autre sur le tournage du film en Géorgie.

"The Immortal Life of Henrietta Lacks" est un film qui ouvre une discussion sur l'éthique et en même temps sur les possibilités médicales illimitées au travers des générations de scientifiques. On parlait récemment des cellules souches qui ouvrent le même genre de débat. On ne peut pas être contre et en même temps on veut avoir le contrôle de notre corps. Ils ont fait des millions de dollars avec cette "technologie" sans que la propre famille de la défunte n'en touche un sou. Même sans paiement, la famille aurait dû en être en être informée, mais elle aurait peut-être refusé l'utilisation. Les étudiants en biologie en discutent, mais ce film amène le sujet vers la population en général, ce qui est une bonne chose. Il faut savoir que tout le monde a profité de près ou de loin des cellules Hela.


Cotes

Film7
Présentation5
Suppléments3
Vidéo8
Audio7