The Benefactor [Blu-ray]
VVS Films

Réalisateur: Andrew Renzi
Année: 2016
Classification: 13+ (QC)
Durée: 93 minutes
Ratio: 2.40:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (TrueHD51), Français (TrueHD51)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 8
Nombre de disques: 1 (BD-50)
Code barres (CUP): 888235024974

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
19 avril 2016

La vedette et le producteur du très bon Arbitrage refont équipe pour "The Benefactor", un drame nettement inférieur qui est plus manipulateur qu'autre chose.

Se sentant responsable de la mort de ses meilleurs amis, un riche philanthrope (Richard Gere) se rapproche de leur fille devenue orpheline (Dakota Fanning) et de son amoureux (Theo James) qu'il fait embaucher dans un hôpital.

Ce premier long-métrage de fiction d'Andrew Renzi tient entièrement sur les épaules de Richard Gere. L'acteur que l'on voit trop peu ces dernières années est comme toujours éclatant dans la peau d'un être charismatique qu'il est facile d'aimer et de détester tout à la fois. Le comédien est si puissant – et parfois même énervant - qu'il éclipse complètement ses partenaires de jeu qui paraissent ici très ordinaires. Il ne fait pas non plus oublier le scénario moralisateur, les répliques télégraphiées et la mise en scène sans relief.

La musique plaquée tend à surligner ce qui apparaît à l'écran. Les pistes sonores immersives font ressortir des enceintes des bruits de sirènes, de véhicules, d'oiseaux et de sonneries de téléphones. Les voix sont claires, le doublage francophone acceptable et il y a de visibles sous-titres en cas de désir. Les images souffrent de contrastes trop sombres et accaparants. La palette de couleurs est toutefois soignée et les teintes appréciables.

La banale pochette dans des tons de vert, de noir et de blanc montre les trois interprètes et une scène importante. Le menu principal du disque Blu-ray offre pour sa part un radieux montage de séquences et un populaire air musical. Aucun supplément ne se retrouve sur cette édition.

À partir d'une prémisse qui n'est pas sans rappeler le Demolition de Jean-Marc Vallée, "The Benefactor" tente d'emprunter le chemin de la rédemption en mélangeant passé et présent. Malgré ses bonnes intentions et un Richard Gere en grande forme, le récit n'apparaît pas toujours crédible et il souffre de nombreuses baisses de régime. Suffisamment pour donner le goût de décrocher plus d'une fois.


Cotes

Film4
Présentation6
Suppléments-
Vidéo6
Audio7