Victoria & Abdul [Blu-ray]
Universal Pictures Home Entertainment / Focus Features

Réalisateur: Stephen Frears
Année: 2017
Classification: PG
Durée: 111 minutes
Ratio: 2.40:1
Codec: 1080p (AVC)
Langue: Anglais (DTSHDMA51), Français (DTS51), Espangol (DTS51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (BD-50 + DVD-9)
Code barres (CUP): 191329024737

Ce disque Blu-ray est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
30 décembre 2017

De tout temps la royauté a fasciné le peuple. Même à notre époque où la plupart des reines et rois sont des pantins dispendieux dans des états démocratiques, les gens sont toujours avides de potins et d'histoires concernant les membres des familles royales. On (excluant la personne qui parle!) veut savoir qui a fait quoi et comment et à quelle heure. Récemment une infirmière britannique s'occupant du bébé de Kate et William (les royaux anglais) alla même jusqu'à se suicider lorsqu'elle s'aperçut qu'elle avait dévoilé de l'information privée - somme toute banale - sur le poupon royal à des animateurs radio s'étant fait passer pour des cousins du Prince. Pathétique, mais révélateur!

Mais les choses étant ce qu'elles sont, les cinéastes reviennent régulièrement à la charge avec une histoire ou une autre d'un membre royal ou d'un incident les concernant. Parfois ça donne de beaux résultats comme La folie du Roi George ou Elizabeth, mais parfois des résultats plus mitigés comme c'est le cas ici avec "Victoria & Abdul". Pourtant, Stephen Frears, cinéaste doué et au parcours intéressant s'était déjà penché sur la royauté avec le sympathique The Queen. Délaissant ici le présent avec la Reine Liz II, il s'attaque à une histoire de son arrière-arrière-grand-mère, la fameuse Reine Victoria.

Situé à la fin du 19e siècle, le long-métrage raconte l'histoire à peu près vraie des derniers mois du puissant monarque qui régnait sur l'Empire britannique à son apogée. À partir de journaux personnels retrouvés en Inde en 2010 on a retracé l'histoire d'amour platonique (ou du moins d'infatuation) entre la Reine et un serviteur indien musulman qui devint son ami, professeur et confident à la fin de ses jours. Au grand dam des sangsues royales et autres "lécheux de culs" qui ne pouvaient concevoir qu'un homme de couleur, de basse caste et musulman de surcroît puisse avoir les faveurs de la Reine.

Le film de Frears n'est pas déplaisant, loin de là. Il lui manque cependant une petite étincelle qui lui permettrait de gagner des galons. Bien que les deux comédiens -Judi Dench et Ali Fazar- soient fantastiques, leur histoire traîne un peu en longueur. La reine allant d'émerveillement en émerveillement et accordant à Abdul de plus en plus de faveurs royales et sociales, la suite royale s'énervant de plus en plus, on s'attendait à une montée dramatique plus impressionnante que celle à laquelle on a le droit finalement. Trop de temps morts et un manque de punch nous laissent un peu sur notre faim. Et au-delà des belles images et des costumes et décors d'époque, le film manque un peu de viande. Dans la même lignée, je proposerais plutôt le sympathique (Her Majesty) Mrs Brown qui s'attardait sur une autre relation platonique/infatuation d'une jeune veuve (Judi Dench, toujours!) avec un de ses palefreniers au langage direct.

Visuellement, le transfert est très bien réussi et le résultat est superbe. On a des couleurs chaudes et une netteté de l'image époustouflante. Les détails sont minutieux et les contours sont tranchés. Chaque plan est impeccable et l'ambiance de lumière est telle qu'elle nous projette vraiment dans le passé du 19e siècle. Pour l'audio, on a aussi fait un travail remarquable. Les bruits environnants et les ambiances sonores ajoutent grandement au tout. Les dialogues sont aussi bien servis par le travail de numérisation et on distingue bien la palette de fréquences. En suppléments, on retrouve une revuette contenant des entrevues avec les deux comédiens principaux ainsi qu'une autre jetant un regard à l'aspect visuel du film, tant au niveau des costumes et décors d'époque qu'à la direction photo. Il y a aussi une copie numérique offerte malheureusement cette fois-ci qu'en format Ultraviolet.


Cotes

Film7
Présentation9
Suppléments7
Vidéo9
Audio9