Brideshead Revisited
Miramax Home Entertainment

Réalisateur: Julian Jarrold
Année: 2008
Classification: PG-13
Durée: 133 minutes
Ratio: 2.40:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51)
Sous-titres: Espagnol
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)
Code barres (CUP): 786936757989

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Simon Bergeron
16 janvier 2009

L'incertitude mine l'existence continuellement, c'est bien connu. Les riches comme les pauvres (il n'y a aucune classe intermédiaire) le ressentiront inéluctablement un jour ou l'autre. Jusqu'où s'arrêtera la poursuite de ce qu'on veut? Sait-on ce que l'on veut exactement? Comment agir à bon escient? Ces questions trouvent preneurs dans cette adaptation du best-seller d'Evelyn Waugh. La mouture du réalisateur Julian Jarrold passe plusieurs événements sous silence, des événements importants, mais livre un film correct et sans prétention.

Charles Ryder est un étudiant accepté en Histoire alors qu'il aimerait davantage étudier la peinture, l'art visuel. Il obéit à ce que son père exige de lui. Rencontrant Sebastian, un libertin étudiant au campus, ce dernier l'invite à la maison de famille, Brideshead. Il fait alors la rencontre de la famille au complet: la mère croyante et ferme, la sœur réservée, ombre de la famille ainsi que la jeune sœur franche. Ryder fait son chemin dans sa phase de découvertes tant avec Sebastian qu'avec Julia. Cependant, le jeune homme désire davantage: le cœur de la jeune femme, le manoir, l'amour de tous, l'acceptation, la consécration. Il veut tout, mais son don en peinture et sa réputation risquent bien de le lui procurer...

Jetant un regard sur le naissant 20e siècle et les préjugés de l'époque, le récit raconte une histoire à la morale plus subtile que d'habitude: jusqu'où s'arrête-t-on lorsqu'on veut tout? Ryder, ici l'exemple de l'homme qui le mérite, se pose en "héros" à la morale devenant douteuse tout au long du film. Passant du jeune artiste prometteur à la sangsue vipère boit-sans-soif, il gravit les échelons de la haute, tout ça pour le cœur de Julia... où est-ce vraiment ce qu'il veut? L'équipe d'acteur est crédible et attachante: Goode est correct, Whishaw est désarmant, Atwell est séduisante, Emma Thompson offre presque un portrait de Reine Elizabeth et Michael Gambon (le professeur Dumbledore d'Harry Potter) est touchant. On dénote quelques faiblesses et trous dans le scénario dont les répercussions du jeune Ryder sur son entourage et autres qui donnent matière à réflexion. Quelques longueurs sont aussi au rendez-vous, ce qui affecte le métrage malgré l'intention du réalisateur de nous faire ressentir le rythme de l'époque. Réalisateur qui donne un effort substantiel pour l'ambiance du film.

Au banc des suppléments, des scènes coupées (qui ont raison de l'être), une courte revuette sur le tournage (20 minutes... insuffisant) et une piste de commentaires animée par plusieurs intervenants qui livrent des secrets intéressants, mais dont on aurait aimé une piste plus longue que le film (?!). La revuette est courte et ne procure pas assez d'information sur la télé-série ou l'importance d'adapter le roman, ni les motivations des producteurs à faire ce film.

L'image est très belle. Ainsi, on a droit à un transfert superbe presque totalement dénué de défauts. Le grain de la pellicule procure un charme intemporel au film. La désaturation de la couleur est maîtrisée même lors des rares scènes d'effets spéciaux. Les gestes, actions et déroulements sont fluides sans perte et les arrêts sur image ne permettent pas de voir un défaut quelconque hormis dans les scènes plongées dans le noir. Le son, offert seulement en anglais, permet une bonne immersion dans l'époque: les effets sonores, l'ambiance, la musique, tout reflète le charme du 20ème siècle naissant. La page principale du menu est musicale et un peu animée (très limitée). Le reste est fixe et muet. Pas le meilleur travail vu, mais un peu trop répandu comme procédé.

"Brideshead Revisited" est un bon film qui prend son temps, mais dont certains trous scénaristiques peuvent miner le développement. Certains personnages disparaissent, d'autres reviennent sans cohérence réelle... de quoi donner envie de lire le livre avant de se faire une idée.


Cotes

Film7
Présentation5
Suppléments5
Vidéo8
Audio8