8 1/2
The Criterion Collection
The Criterion Collection

Réalisateur: Federico Fellini
Année: 1963
Classification: NR
Durée: 138 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Italien (Mono)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 28
Nombre de disques: 2 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez : Amazon.ca

Selon Martin Albert
14 janvier 2002

Que dire de ce film ? Premièrement, je n'ai pas vraiment aimé l'histoire. J'avais très hâte de voir ce film dont tout le monde me disait être un chef -d'œuvre incomparable que tous les cinéastes copiaient, voir le meilleur film de l'histoire du cinéma. Oui, la photographie est très belle, les nombreux personnages y sont détaillés, mais je n'ai trouvé guerre de plaisir à l'écouter ce qui m'avait été décrit comme un pur délice. Est-ce que mes exigences étaient plus hautes que pour un autre film? C'était supposément le meilleur film du monde après tout! Chacun voit ce film à sa façon.

L'histoire y est très compliquée, rajouté au fait qu'on y parle plusieurs langues (tout d'abord l'italien mais aussi l'anglais et le français… selon l'acteur qui parlait). C'est l'histoire d'un réalisateur / scénariste nommé Guido Anselmi qui n'a plus d'idée pour son projet de film. Tout le monde lui tourne autour avec des centaines de question. Les producteurs veulent savoir dans quel sera le sujet du film (ils ont investi sans le savoir), les acteurs et actrices veulent savoir leur rôle (leur audition avait eu lieu il y a cinq mois) et les gens du design voulaient savoir quelque chose du film pour produire les décors. Il ne leur disait rien puisqu'il ne le savait pas lui-même. Il inventa même une petite danse pour s'en sauver. Un moment donné les gens lui proposait des choix simples à faire mais il est trop occupé à rêver.

Il rêve de sa fantaisie où toutes les femmes qu'il a aimé dans sa vie sont à son service. Elles sont comme il le voudrait. Même sa femme est pas mal moins chialeuse et fait tout pour plaire son homme. Mais dans la vraie vie, elle veut se séparer de lui. Ses rêveries se confondent à la réalité. Nous voyons une scène de sa vie présente et tout d'un coup il y a une partie de ses rêves qui est là. Assez compliqué à suivre. Une seconde écoute s'impose probablement parce que le film est visuellement fascinant. Il a d'ailleurs gagné des Oscars pour les costumes et comme meilleur film étranger. Fellini a nommé son film 8 1/2 parce qu'il avait fait dans le passé sept films et trois court-métrages (7 + 0.5 + 0.5 + 0.5 = 8.5).

L'introduction du menu est animée, mais le reste du menu est statique (incluant la sélection des chapitres qui est en texte seulement). La qualité de l'image est très impressionnante et digne d'une production Criterion. Aucune rayure ni rien qui montre l'âge du film. L'image est aussi claire que si le film aurait été tourné hier. La piste sonore y est également très claire, sans aucun défaut. Excellent pour entendre les petites musiques de fanfares de Nino Rota qui vous accompagnent tout le long du film.

Comme extras, il y a une introduction au film par le célèbre réalisateur Terry Gilliam qui parle de sa relation avec ce film et sa carrière. C'est la première chose que j'ai écouté sur le DVD (avant le film) pour entendre ce qu'un réalisateur voyait dans ce film… Mes espérances avait été à nouveau gonflé. Il y a aussi une piste de commentaires (ou plutôt un essai littéraire) sur certaine scènes du film lu par l'actrice Tanya Zalcon en plus de commentaires de l'ami de Fellini Gideon Bachmann et du professeur Antonio Mondo de l'université de New York. Une bande-annonce aussi étrange que le film complète les extras du premier disque.

Sur le second disque, nous retrouvons deux galeries de photos avec des photos derrière les caméras des artisans du film en compagnie des jolies femmes qui entouraient la production. Une de ces galeries contient même deux scènes retranchées (en photo).

Il y a ensuite un documentaire (si on peut appeler ça comme ça) de 52 minutes nommé "Fellini: A Director's Notebook" produit par Fellini pour Peter Goldfarb et NBC en 1969. Il parle de ses recherches à Rome pour l'inspiration de ses films à venir, des ses films abandonnés et bien d'autres tout en présentant des scènes de ses films passés, des séquences derrière les caméras et des interviews avec des acteurs. Nous avons même doit à une scène retranchée de son film Nights Of Cabiria (film également offert dans la collection Criterion). C'est un peu le livre en image de sa préparation pour Satyricon, son prochain film. Le documentaire est un peu compliqué à suivre parce que c'est des Italiens qui parlent anglais avec un accent très prononcé qui sont dans ce documentaire. Des sous-titres auraient grandement aidé à rendre l'écoute plus plaisante. Vous pouvez aussi lire la lettre de proposition de ce documentaire à Peter Goldfarb de Fellini écrite en 1968.

Je parlais de Nino Rota un peu plus tôt, celui qui a été injustement identifié «Le compositeur de Fellini». Hé bien, nous retrouvons sur ce disque un documentaire de 48 minutes nommé " Nino Rota: Between Cinema and Concert". Il est le génie qui a composé les pièces musicales inoubliables de la trilogie The Godfather et de plusieurs film, justement, de Fellini. Le documentaire contient des interviews avec les gens qui l'ont connu. Malgré qui le narrateur soit très réservé dans sont ton de voix, ses propos sur Rota sont très humoristiques. Très intéressant !

Ensuite, il y a des interviews récentes avec quelques personnes du film. Tout d'abord, l'actrice Sandra Milo (qui incarne le rôle de Carla dans le film), parle pendant une demi-heure sans arrêt (bla bla bla bla bla bla bla… Oulala!). Elle parle de sa rencontre avec Fellini qui insistait fortement qu'elle joue dans son film malgré qu'elle ait quitté la carrière d'actrice. Parla suite, nous retrouvons deux interviews plus sérieuses, la première avec le réalisateur Lina Wertmüller, avec ses lunettes blanches, dont une longue carrière débuta sur le plateau de tournage de 8 1/2 et le cinématographe Vittorio Storaro qui discute de l'art révolutionnaire du cinématographe Gianni Di Venanzo dans le film. Les trois interviews sont terminées par une biographie des interviewés.

Cet ensemble Criterion est assez complet sur le film et son bagage d'inspiration pour les autres réalisateurs qui ont suivi les pas de Fellini. Très intéressant même si vous n'aimez pas le film. Il mérite d'être découvert et même réécouté (avec la piste de commentaires peut-être) après avoir vu les documentaires. C'est un film assez unique.


Cotes

Film6
Menu4
Suppléments8
Vidéo8
Audio8