Arakimentari
Tartan Video

Réalisateur: Travis Klose
Année: 2004
Classification: NR
Durée: 75 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Japonais (DD51, DD20, DTS51)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres: 16
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Alexandre Martin
11 juin 2005

Nobuyoshi Araki est un des photographes les plus marquants du Japon. De par son attitude cavalière, il a réussi à sortir son pays d'une pudeur extrême, tout en perpétuant une tradition artistique. Bien qu'il ait commencé par des photographies pornographiques, ses oeuvres, couvrant d'ailleurs toujours ce sujet, ont maintenant atteint une reconnaissance artistique. Évidemment, ses photographies ne sont pas encore pour tous, de par ce qu'elles représentent. Ses modèles, presque uniquement des femmes, posent nues, dans des positions érotiques, voire pornographiques, toujours dans un contexte de provocation. Parfois, le sujet est attaché et suspendu, et même badigeonné de peinture rouge, pour imiter le sang. Bref, bien que la culture japonaise à cet égard ait fait un bon prodigieux, il n'en demeure pas moins que plusieurs le considèrent, encore, comme un vulgaire pornographe.

Le film ne constitue en rien une biographie de l'artiste. On nous y présente plutôt la façon dont il travaille et comment il se comporte dans la vie de tous les jours. Le tout nous est présenté par le biais d'interviews et commentaires faits par d'autres photographes, des amis proches ainsi que des modèles. Quelques célébrités y sont aussi présentes, entre autres, Björk et Richard Kern. Évidemment, le film nous présente aussi plusieurs de ses oeuvres, et on assiste à quelques séances de photo. Bien entendu, le film reste de bon goût, bien qu'on puisse y voir plusieurs scènes de nudité complète.

Visuellement, rien n'est à reprocher au film, surtout de par la nature de celui-ci. Le transfert et la compression sont sans problèmes, et l'image est toujours nette et précise. La piste sonore est, elle aussi, tout à fait adéquate. Bien que le film soit en japonais, les dialogues semblent clairs et distincts, sans masquage abusif par la musique. Il est à souligner qu'une piste DTS est disponible; bien que ce soit potentiellement intéressant, c'est loin d'être nécessaire pour un documentaire...

Comme suppléments, on retrouve tout d'abord un des interviews d'Araki, présenté sans coupure (près d'une heure). Le segment est présenté dans son ensemble, c'est-à-dire qu'on y voit les "bloopers" précédant les séances de question réponse. D'ailleurs, contrairement au film, on est ici témoin des questions (posées en anglais par le réalisateur, puis traduites par un interprète). Bien que ce soit intéressant, l'absence de coupure rend le segment un peu lourd. Une piste de commentaires, faite par le réalisateur Travis Klose et le producteur Jason Fried, est aussi incluse. Ils nous expliquent la genèse du film ainsi que certaines scènes et interviews, en détail. Petite précision amusante qu'on nous apprend: lors du segment où l'on présente, en rafale, les couvertures de tous les livres qu'Araki a produits, une photographie du réalisateur y est subrepticement insérée. Puisque chaque photo prend trois cadres, c'est extrêmement difficile à voir en temps réel, mais avec un lecteur DVD, la chose est faisable. On nous présente ensuite une série de photographies; de par le sujet du DVD, ce supplément est très intéressant, puisqu'on y voit les oeuvres d'Araki. On nous présente aussi la bande-annonce du film et celles d'autres films dont le DVD est produit par Tartan. Les menus sont animés et sonores. La conception du DVD est très bien faite, très artistique, un peu à l'image du sujet du film!

Sans toutefois trop s'attarder sur la vie d'Araki, le film nous permet de découvrir ses oeuvres et comment il a influencé la culture populaire japonaise en en forçant l'ouverture.


Cotes

Film7
Présentation7
Suppléments7
Vidéo8
Audio8