Baraka
Christal Films

Réalisateur: Ron Fricke
Année: 1993
Classification: G
Durée: 104 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Musique (DD51)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 22
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez : Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
13 mars 2003

Filmé au début des années 90 dans plus de 24 pays, ce film documentaire offre des images sublimes d'une planète aux multiples peuples et aux innombrables facettes. L'utilisation du format 70mm donne encore plus de vie à cette interconnexion de l'être humain avec la nature qui l'entoure. Pas de paroles, seulement une musique tantôt lancinante, tantôt langoureuse et tantôt moderne qui accompagne des plans provenant des plus hauts sommets ou des plus petits villages sur les six continents. Un voyage géographique, géologique et démographique pour le pur plaisir des yeux et de l'esprit, malgré la rudesse et la triste réalité qui nous est parfois donnée.

Baraka est un mot provenant d'un dialecte de l'Islam qui pourrait se traduire par "le souffle de la vie". Ce voyage poétique est vu par certains comme une réponse à un autre très beau documentaire, Koyaanisqatsi de Godfrey Reggio. Mais ici, le réalisateur Ron Fricke (qui a collaboré avec Reggio et qui a réalisé des films IMAX tels que Chronos) cherche à nous faire comprendre comment l'être humain et la vie elle-même sont liés à la terre. Le partage de cette connaissance, qui ne sera jamais complété, est pourtant bien documenté dans cette œuvre qui se veut spirituelle avant tout.

L'apparence pêle-mêle des séquences est trompeuse. Des champs de pétrole en feu du Koweït aux ruines des camps de concentration en passant par les milliers de statues de terre des soldats chinois ou les symboles sur les pyramides : la guerre est toujours au cœur de la race humaine. Ou encore cette série de plans où d'un Hindou à la longue chevelure tressée, assis en tailleur en train de lire un livre de prières, on découvre la religion sous plusieurs formes et chez de nombreux peuples. Mais il n'y a pas que de superbes images de paysages féeriques. Le monde dans lequel nous vivons renferme aussi des situations moins exceptionnelles et surtout plus éprouvantes, comme ces incinérations de fortune sur les bords du Gange où ces enfants des bidonvilles cherchant à se nourrir à même les décharges publiques. Et quand notre esprit se laisse emporter par la sérénité du moment, la dure réalité d'un monde en mutation surgit et des images de guerre ou de civilisation pressée prennent possession de l'écran. On peut aussi, plus simplement, découvrir des traditions locales, tel ce rituel de chants thaïlandais ou de danses aborigènes ou africaines, qu'on ne verrait jamais dans un documentaire touristique.

Les différentes techniques de prises de vues sont nombreuses. Chaque séquence, parfois très courte, montre un travail de recherche évident. Rares sont les plans fixes. Il y a très souvent un léger travelling modifiant le point de vue ou nous rapprochant d'un sujet. D'autres techniques plus modernes sont utilisées, comme par exemple l'accélération du temps qui nous montre une valse de nuages au dessus des déserts de l'Arizona qui a duré des heures mais que nous voyons en trente secondes ou encore le flot incessant des piétons dans les transports en communs, comme le métro, et qui ressemblent à une colonie de fourmis en accéléré. Les analogies sont aussi utilisées, comme par exemple ces élevages de poulets où les poussins suivent un chemin pré-établi au sein de l'usine un peu comme les hommes dans la rue quand ils prennent chaque jour le même chemin pour aller travailler.

Cette nouvelle édition au format DVD respecte finalement toutes les conditions techniques que ce film mérite : édition panoramique anamorphique avec un son Dolby Digital 5.1. La beauté des images est parfaitement rendue et la bande sonore nous transporte avec magie en nous distillant des pièces musicales toujours parfaitement appropriées et en laissant s'échapper quelques sons naturels selon les lieux. Il est à noter qu'il est aussi possible d'écouter ce film au format Dolby Stéréo seulement pour ceux qui ne possèderaient pas de décodeur approprié. Mais ce serait vraiment dommage de manquer la présence qu'apporte la piste Dolby Digital. Et si vous le pouvez, ce film donne son meilleur sur un grand écran.

Malheureusement, car toute bonne chose a souvent un revers de la médaille, les menus sont statiques et silencieux et les suppléments se limitent à un documentaire promotionnel de huit minutes qui nous apprend malgré tout quelles techniques ont été utilisées pour le tournage de ce film et où le réalisateur, notamment, nous explique ses raisons de l'avoir fait. Puis, en format texte uniquement, d'autres productions de la compagnie MPI (car c'est un produit de MPI distribué au Québec par Christal Films avec une pochette française) sont présentées. Par contre, pour ceux qui voudraient en savoir plus sur les lieux de tournage, une carte indiquant les 69 endroits visités est imprimée dans le petit livret inclus dans le boîtier. Quand on a vu ces images, il est probable que l'on ait envie d'en connaître un peu plus sur ces magnifiques contrées.

"Baraka" est l'un des plus beaux documentaires qui existent sur le monde et la nature qui le recouvre. La réalisation, méticuleusement recherchée de cette production, apporte une dimension supplémentaire à son intérêt. Et au bout du compte, on prend conscience de ce qu'est notre monde : un mélange d'horreurs quotidiennes et de beautés intemporelles, chacune aux extrémités de la conscience humaine. Mais chacun devra y voir sa propre conclusion. C'est là l'intérêt d'un tel film : permettre à chaque spectateur d'avoir son propre jugement. Mais quel qu'il soit, il ne pourra qu'être élogieux pour cette œuvre. Un must.


Cotes

Film10
Menu3
Suppléments3
Vidéo9
Audio9