The Barefoot Artist
Film Movement

Réalisateurs: Glenn Holsten, Daniel Traub
Année: 2014
Classification: NR
Durée: 83 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 857692005437

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Gignac
7 janvier 2016

Documentaire étoffé, mais trop souvent inégal sur une artiste d'exception, "The Barefoot Artist" ne semble pas toujours savoir sur quel pied danser.

Lily Yeh est une artiste qui transforme différents milieux sociaux par le pouvoir de l'art. On la suit dans plusieurs pays - comme le Kenya et le Rwanda - où elle tente de métamorphoser le laid en beau.

Il y a deux longs-métrages de qualité fort variable dans cet essai bien intentionné. Le plus passionnant sur papier - la peinture qui agit comme baume sur des régions dévastées - demeure ironiquement le plus quelconque à l'écran. Ce segment est abordé de façon superficielle alors qu'il aurait dû être le nerf du sujet. C'est davantage lorsque l'artiste se confie sur son passé et ses origines que l'ouvrage lève vraiment. Il permet de remonter aux sources de sa famille, de son père soldat et de cette Chine en guère contre le Japon. Un cours d'histoire personnel qui vaut son pesant d'or, mais qui est trop souvent dérangé par les affres du présent.

La musique de nature descriptive enveloppe bien le projet. Les pistes sonores anglophones demeurent discrètes dans leur utilisation des enceintes, prenant soin de rendre audibles les nombreux dialogues. Et lorsqu'une langue étrangère fait son apparition, il y a de visibles sous-titres blancs dans la langue de Shakespeare. Les images tirées de sources variées demeurent potables sans être extraordinaires. Les contrastes manquent d'homogénéité, alors que la palette de couleurs peut surprendre par leur intensité.

La jolie pochette arborant la créatrice et une de ses toiles est plutôt agréable à regarder. Le menu principal du disque est similaire. Il est statique, bercé d'une simple mélodie. Les suppléments pratiquement inexistants se limitent à quelques bandes-annonces.

"The Barefoot Artist" est un effort globalement pertinent qui va malheureusement dans tous les sens. S'il y a une quête intime qui mérite le détour, elle est entachée d'un manque de perspective qui met tous les thèmes sur le même pied d'égalité alors qu'il y en a des plus importants que d'autres. Reste un portrait sincère de la trop peu connue Lily Yeh qui risque d'en intéresser plus d'un.


Cotes

Film5
Présentation5
Suppléments1
Vidéo6
Audio6