Blood Sweat and Gears: Racing Clean to the Tour de France
First Run Features

Réalisateur: Nick Davis
Année: 2009
Classification:
Durée: 93 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)
Code barres (CUP): 720229914024

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Sébastien Cassou
9 novembre 2009

Il y a peu de sports professionnels où le dopage des athlètes est un fait aussi connu et toléré qu'en cyclisme professionnel. Depuis nombre d'années, on disqualifie régulièrement des coureurs et même des équipes complètes lors de compétitions d'envergure comme les championnats du monde, le "Giro d'Italia" ou le "Tour de France". C'en est même une habitude et les journalistes cyniques ont pris l'habitude de relégué ces scandales au bas de leur colonne et de jouer la carte du "c'est comme ça" au lieu de s'en indigner.

Or, un ex-coureur cycliste américain dégoûté par cette attitude et ces pratiques illégales décida il y a quelques années de former une équipe professionnelle et de recruter des athlètes "propres" pour tenter de prouver qu'on pouvait performer dans ce sport sans se doper. C'est ainsi que Jonathan Vaughters mit sur pied l'équipe Garmin-Chipotle/Slipstream et engagea de jeunes cyclistes prometteurs et un vétéran (et ex-dopé repenti!) David Millar dans le but de prouver au monde son hypothèse et de tenter de redorer le blason de ce sport qu'il aimait tant.

Dans le documentaire "Blood, Sweat & Gears", on suit le développement de cette équipe, presque du début, et les efforts faits par ses membres et ses employés pour réussir à monter sur le podium des grandes courses mondiales. On vit les hauts et les bas des coureurs, leurs déceptions lors des défaites et des ratées, mais aussi leurs joies lors des triomphes et des victoires. On suit le parcours de certains coureurs qui tentent de se qualifier pour les épreuves sur piste (en vélodrome), mais aussi le travail du gros de l'équipe qui tente de prouver sa valeur et d'être non seulement invité au Tour de France 2008, mais de finir parmi les premiers. On pourra ainsi vivre les grandes émotions des coureurs David Millar, Christian Vande Velde ou Magnus Backstedt et leur dur labeur pour arriver parmi les premiers aux Champs-Élysées.

Même pour les profanes de ce sport, le documentaire se révèle extrêmement passionnant. En suivant au jour le jour toutes les étapes de l'organisation d'une telle machine, mais aussi celles de l'entraînement, de la diète, des blessures, des relations familiales et amoureuses, pendant plus d'un an, le réalisateur Nick Davis nous montre le fonctionnement et l'énergie nécessaire pour faire rouler cette organisation. Donc, plus qu'un film sur les performances, on assiste ici à un vrai exposé sur le sport et ses enjeux financiers et politiques. À voir pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin au sport professionnel.

Visuellement, le tout est bien rendu. Des couleurs vives, des contours précis et un "look généralement" plaisant. L'utilisation de petites caméras vidéo de qualité moyenne pèse un peu à la longue sur la qualité de l'image finale, mais on comprend le choix de ces caméras compactes lorsqu'on voit les endroits incongrus où on a réussi à filmer. Pour l'audio, on retrouve un bon son de transfert qui rend bien la belle profondeur et la chaleur de la bande originale. En suppléments on retrouve deux courts-métrages, une galerie photo ainsi qu'une biographie et un message du réalisateur.


Cotes

Film8
Présentation7
Suppléments7
Vidéo8
Audio8